Election de Donald Trump : et si la Californie faisait sécession ?

International

Toute L'info sur

La présidence Donald Trump

#CALIFREXIT - Depuis l'élection surprise de Donald Trump à la présidence des Etats-Unis, Shervin Pishevar, un entrepreneur de la Silicon Valley se dit prêt à financer une campagne pour que la Californie devienne un pays indépendant. Une sécession possible sur le plan juridique.

Signe d’une fracture sociale, l’élection de Donald Trump va-t-elle également acter le début d’une fracture... géographique ? Depuis l’élection controversée du républicain à la présidence des Etats-Unis mardi, des voix se sont élevées en Californie, Etat acquis à la cause démocrate, pour demander la sécession de l’Etat avec le reste du pays. Un entrepreneur de la Sillicon Valley, Shervin Pishevar, s’est engagé à "financer une campagne légitime pour que la Californie devienne un pays indépendant", a-t-il promis sur son compte Twitter mardi soir.  

Ce co-fondateur de Hyperloop One, la société qui a créé le train supersonique Hyperloop, a confirmé le sérieux de son projet auprès de CNBC, et a déjà un nom pour le futur Etat souverain : "New California". "En tant que moteur économique de la nation et fournisseur d’un pourcentage important du budget fédéral, la Californie a beaucoup de poids", a justifié le chef d’entreprise au média américain. La Californie est en effet l’Etat le plus riche, mais aussi le plus peuplé des Etats-Unis, ce qui en fait la sixième puissance économique mondiale, devant la France. Sur Twitter, nombre de Californiens semblent adhérer au projet et les hastag #Califrexit et #Calexit - en référence au Brexit -  ont largement été relayés depuis mardi soir. 

Deux cas de figures pour faire sécession

L'idée d'une sécession californienne n’est pas nouvelle. Le mouvement sécessionniste Yes California milite depuis 2011 pour l’indépendance de la Californie et demande l’organisation d’un référendum au printemps 2019, indique Mashable.  Le groupe s’est d'ailleurs de nouveau réuni mercredi à Sacramento pour présenter son plan de sécession. Yes California pourrait bien surfer sur cette vague de mécontentement liée à l’élection de Donald Trump et ainsi récupérer les électeurs désabusés. 

D’autant que d’un point de vue juridique, la sécession est possible : un arrêt de la Cour suprême de 1868 permet le départ d’un Etat en cas de "révolution" ou avec "le consentement des autres Etats". Ces deux cas de figures sont toutefois difficilement concevables dans les jours à venir. Et depuis la fin de la Guerre de Sécession en 1865, aucun Etat n’a quitté les Etats-Unis… un pays qui porte, pour l’heure, bien son nom. 

Lire aussi

    Sur le même sujet

    Et aussi

    Lire et commenter