Trump recadre une de ses conseillères qui avait appelé à acheter les produits de sa fille

Trump recadre une de ses conseillères qui avait appelé à acheter les produits de sa fille

CONFLIT D’INTÉRÊTS – En réaction à la décision du groupe Nordstrom de retirer de ses rayons les vêtements et les accessoires de mode d'Ivanka Trump, une proche conseillère de Donald Trump a fait polémique en appelant les citoyens américains à se ruer sur ses produits.

Le mieux est l’ennemi du bien. Mardi, Ivanka Trump perdait son plus gros contrat tandis que la chaîne de magasins de luxe Nordstrom annonçait qu’elle retirait de ses rayons les vêtements, chaussures et sacs de la marque de la fille du président des Etats-Unis, arguant que les ventes avaient décliné en 2016. Ce jeudi, Donald Trump se fendait d’un tweet, via le compte officiel de la présidence du pays, pour dénoncer cette décision "injuste", ce qui avait déjà créé un certain malaise. Et puis, depuis la Maison Blanche, Kellyanne Conway, proche conseillère du président, est allée plus loin en lançant ce vibrant appel sur Fox News : "C’est une ligne magnifique. Je déteste faire les courses mais je vais aller en acheter. Je possède moi-même de ces produits. Je vais faire de la publicité gratuite : allez tous en acheter aujourd’hui, vous pouvez en trouver en ligne !"

Toute l'info sur

La présidence Donald Trump

Lire aussi

Résultat ? Un tollé. D’abord, comme on pouvait s'y attendre, en provenance du camp démocrate, l’opposition ayant même envoyé un courrier pour saisir le Bureau de l’éthique gouvernementale, dont les lois interdisent, en principe, à tout employé du secteur public d’utiliser ses fonctions "pour son propre gain" ou "pour le soutien à un quelconque produit, service ou entreprise". Mais aussi, surtout, en provenance de la présidence. Lors de son briefing quotidien, Sean Spicer, le porte-parole de la Maison Blance qui, la veille, avait dénoncé "des tentatives pour salir le nom (d'Ivanka Trump)" a cette fois (sèchement) indiqué que "Kellyanne a été rappelée à l’ordre sur ce sujet, point final". 

En vidéo

Une enseigne refuse de vendre la marque d’Ivanka Trump, son père s’insurge

Concrètement, Nordstrom est tout à fait dans son bon droit, mais le président des Etats-Unis est convaincu que la décision du groupe a un lien avec l’appel au boycott des entreprises estampillées Trump lancé par l’association "Grab your Wallet" ("Attrapez votre portefeuille"). Selon le New York Times, une autre enseigne, TJMax, a ainsi ordonné à ses employés de faire disparaître les articles Ivanka Trump de ses présentoirs. En conséquence de quoi, les pro-Trump, à travers notamment le site ultra-conservateur The Gateway Pundit, ont lancé leur propre appel au boycott des entreprises jugées anti-Trump. Et des géants tels que Uber, New Balance, Pepsi ou Budweiser, craignent désormais de faire l’objet d’un boycott dans l’autre sens... Un joyeux désordre, en somme. Qui ne fait sans doute que commencer.

Lire aussi

En vidéo

CONTRE TRUMP, LA RESISTANCE S'ORGANISE (AUSSI) EN LIGNE

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Alerte "vent" : 2 départements en vigilance

Le "champignon noir" : que sait-on de cette infection qui touche les yeux de patients guéris du Covid en Inde ?

Vincent éliminé de "Koh-Lanta" : "En rentrant, je me suis inscrit à une formation pour devenir coach de vie"

Elle a tué son mari qui la tyrannisait : Valérie Bacot témoigne dans "Sept à Huit" avant son procès

Vaccin : le casse-tête de l'exécutif pour écouler les doses d'AstraZeneca

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.