Pour Donald Trump, l’ONU est "un club où les gens se réunissent, parlent et passent du bon temps"

Pour Donald Trump, l’ONU est "un club où les gens se réunissent, parlent et passent du bon temps"

SARCASME – Donald Trump a une nouvelle fois égratigné l’ONU en la qualifiant de "club où les gens se réunissent, parlent et passent du bon temps". Une pique en réaction à la résolution des Nations unies contre la politique de colonisation israélienne.

Comme souvent avec Donald Trump, la pique est venue de Twitter. Quatre jours après le vote d’une résolution des Nations unies contre la politique de colonisation israélienne, le président-élu des États-Unis n'a pas manqué d'égratigner encore l’institution internationale. 

Après avoir d’abord fait savoir vendredi – toujours en moins de 140 caractères – que "concernant l’ONU, les choses seront différentes après le 20 janvier (date de son arrivée effective au pouvoir, ndlr)", le futur locataire de la Maison-Blanche a en effet qualifié lundi l’organisation basée à New-York de "club où les gens se réunissent, parlent et passent du bon temps". 

Toute l'info sur

La présidence Donald Trump

"L’ONU a un tel potentiel mais pour le moment, ce n’est qu’un club où les gens se réunissent, parlent et passent du bon temps. C’est tellement triste", a-t-il écrit sur le réseau social.

Les Nations unies doivent-elles craindre un effet Trump ?

Mais si ces sarcasmes peuvent faire rire, sinon retranscrire une partie de la réalité tant les Nations unies paraissent parfois impuissantes – sur le conflit en Syrie notamment –, ils semblent néanmoins indiquer un changement à venir dans la politique américaine à l’ONU. Et de fait : pendant la campagne présidentielle ou depuis son élection, Donald Trump s’est plusieurs fois montré très critique vis-à-vis de l’institution et de ses mesures les plus emblématiques. 

Qu’il s’agisse de l’accord sur le nucléaire iranien ou de celui sur le climat conclu durant la COP21 à Paris par exemple, le successeur de Barack Obama a répété à de nombreuses reprises qu’il comptait y mettre fin. Et alors que les États-Unis sont, de loin, les plus importants mécènes de l’ONU – 22% du budget opérationnel de l'institution et 28% du financement de ses missions de maintien de la paix –  le style très singulier de Donald Trump a suscité le malaise, certains diplomates craignant que Washington ne mette les Nations unies sur la touche.

Lire aussi

La politique étrangère des Etats-Unis devrait fondamentalement dévier de tout ce que nous avons vu depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale- Matteo Garavoglia, chercheur à la Brookings Institution

"Avec Trump à la Maison Blanche, la politique étrangère des États-Unis devrait fondamentalement dévier de tout ce que nous avons vu depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale", estimait après le scrutin du 8 novembre Matteo Garavoglia, chercheur à la Brookings Institution. Un avis partagé par son collègue Thomas Wright, qui disait pour sa part craindre que "les États-Unis n'abandonnent leur rôle de leader de l'ordre international".

Une lueur d’espoir subsiste cependant. Car, si le milliardaire n’a pas encore dit en profondeur ce qu’il pensait de l’ONU ou du multilatéralisme -d'aucuns lui prêtent d'ailleurs une vision purement unilatérale -, son choix de la gouverneure de Caroline du Sud Nikki Haley comme ambassadrice des Etats-Unis a été perçu comme un signe positif par le personnel onusien. Car bien qu’elle n'ait aucune expérience en diplomatie, Nikki Haley a joué un rôle dans plusieurs négociations économiques internationales. Elle a aussi gagné le respect à l'étranger pour s'être opposée au racisme en retirant le drapeau confédéré du parlement de son État.

Lire aussi

Lire aussi

En vidéo

Washington lâche Israel sur la colonisation : Obama et Trump opposés

En vidéo

Avec ses tweets, Donald Trump affole les marchés financiers

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Immeuble effondré à Sanary : "Le temps joue contre nous", prévient le chef des pompiers du Var

SONDAGE EXCLUSIF : Forte percée de Valérie Pécresse, Emmanuel Macron toujours en tête

Télétravail : Élisabeth Borne annonce un objectif de "5000 contrôles par mois" dans les entreprises

EN DIRECT - Covid-19 : près de 60.000 nouveaux cas en 24 heures, record de la 5e vague

VIDÉO - Fermeture des discothèques : le monde de la nuit entre colère et incompréhension

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.