Donné perdant, Bernie Sanders ne lâche pas la course à l'investiture démocrate

Donné perdant, Bernie Sanders ne lâche pas la course à l'investiture démocrate

ETATS-UNIS - Le sénateur socialiste a annoncé ce mercredi qu'il débattrait "dimanche prochain" contre Joe Biden. Face à ce dernier, aujourd'hui favori pour devenir le champion des démocrates face à Donald Trump en novembre, Bernie Sanders veut continuer à porter sa "révolution politique".

Bernie Sanders l'assume, ce n'était pas "une bonne soirée". Longtemps donné favori à la course à l'investiture démocrate aux Etats-Unis, le sénateur a pris du retard face à Joe Biden, qui a consolidé son avance du Super Tuesday, à l'occasion du mini Tuesday du 10 mars. Mais le candidat socialiste ne lâche pas la course. Il voit même déjà la prochaine étape, se projetant même vers le débat qui le confrontera ce dimanche à son "ami Joe Biden". 

Toute l'info sur

Élection américaine : Trump vs Biden, la folle campagne

Lire aussi

Bernie Sanders assume la défaite

Car après plusieurs défaites inaugurales, c'est Joe Biden qui a créé la surprise. L'ancien vice-président de Barack Obama a fait un retour spectaculaire dans la course à l'investiture démocrate, d'abord en remportant 10 des 14 Etats en jeu lors du Super Tuesday, puis en gagnant le Mississippi, le Missouri, l'Idaho et le Michigan lors du  mini Tuesday, mardi 10 mars. Face à lui, Bernie Sanders n'a remporté que le Dakota du Nord, un Etat qui n'attribue qu'un petit nombre de délégués dans la course à l'investiture. Il peut encore espérer rafler les délégués délivrés par les Démocrates de l'étranger et par l'Etat de Washington.

Pas de quoi décourager celui qui promet l'assurance-maladie universelle et la gratuité des études. Si cette figure de proue de la gauche américaine concède sa défaite, il a décidé, après une nuit de délibérations avec son cercle le plus proche, de continuer à prôner sa "révolution politique" auprès des électeurs, notamment les plus jeunes. 

Et de fait, son concurrent ne court pas loin en tête. Avec 786 délégués contre 645 , le "centriste" n'a que 141 délégués d'avance. Et le vainqueur n'est désigné qu'à partir du moment où il en atteint 1991. Les deux septuagénaires vont donc se retrouver ce dimanche pour un débat dans l'Arizona qui sera scruté avec une attention toute particulière.

Lire aussi

Il faudra que chacun fasse un pas vers l'autre

D'une part, par les Démocrates. Cette décision est en effet susceptible de mettre en colère l'establishment du parti à l'âne, qui réclame ouvertement la fin rapide de ce duel. Dans les rangs, ils sont nombreux à redouter que les idées, considérées comme très à gauche pour les Etats-Unis, de Bernie Sanders n'effraient en effet les électeurs. D'ailleurs, à l'exception d'Elizabeth Warren qui n'a pas fait connaître sa préférence, espérant décrocher une place sur un éventuel ticket avec Joe Biden, les anciens grands candidats se sont tous ralliés à Joe Biden. 

Mais aussi par les fervents supporters des deux hommes. Comme le relève le professeur d'histoire à l'université de Princeton Julian Zelizer, il sera "crucial" que le socialiste mobilise sa base électorale derrière le candidat, tandis que le centriste devra faire "un geste" envers son adversaire s'il veut profiter de "l’enthousiasme" de l'électorat du sénateur du Vermont, particulièrement populaire chez les plus jeunes.

C'est possiblement pour s'inscrire dans cette voie que l'ancien bras droit de Barack Obama a tendu la main à Bernie Sanders en remerciant le candidat et ses partisans "pour leur énergie infatigable et leur passion". "Nous avons le même but et ensemble, nous battrons Donald Trump",  a lancé l'ancien vice-président américain. Une main que semble d'ores et déjà prendre son adversaire. 

Il a appelé son "ami" à prendre en compte ses idées afin d'envisager un rassemblement pour battre le "dangereux" Donald Trump. Car il est là, le réel objectif, aussi bien pour les électeurs que pour les candidats. Pour battre ce "menteur pathologique, raciste, sexiste, homophobe, xénophobe, intégriste, qui doit absolument être vaincu", pour reprendre les mots du candidat, il faudra bien faire une alliance. Pour voir si, oui ou non, les septuagénaires feront un pas vers l'autre, reste donc attendre le débat organisé ce dimanche. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Voici les trois étapes de l'assouplissement du confinement jusqu'à janvier

EN DIRECT - Allocution d'Emmanuel Macron : suivez notre édition spéciale

"Koh-Lanta" : avant la finale, qui remporte le match des réseaux sociaux ?

Christophe Dominici, légende du XV de France, retrouvé mort à l'âge de 48 ans

EN DIRECT - États-Unis : la victoire de Joe Biden également certifiée en Pennsylvanie

Lire et commenter