Douze jours sans homicide, un exploit à New York

Douze jours sans homicide, un exploit à New York

DirectLCI
CRIME - La période est étonnament longue pour que la police s'en émeuve : en février, New York a enregistré sa plus longue période sans meurtre depuis plus de 20 ans.

Drôle de record. En février, la ville de New York a passé 12 jours consécutifs... sans qu'un seul meurtre ne soit enregistré. Le dernier homicide recensé dans la plus grande ville américaine remontait au 1er février. Cette parenthèse enchantée a pris fin samedi 14 février lorsqu'un homme de 28 ans, Eric Roman, a succombé à ses blessures. Il avait été blessé par balle à la tête, la veille, alors qu'il rentrait chez lui.

Si ce chiffre est mis en avant, c'est qu'il faut remonter à 1994 pour trouver une si longue période sans homicide dans la Grosse Pomme, selon les archives de la police new-yorkaise qui ont débuté en 1963. L'an dernier, la ville a enregistré son plus faible taux de meurtre depuis le début de ce registre, avec "seulement" 333 homicides - loin des 2 245 répertoriés en 1990.

Moins de meurtre quand il fait froid ?

A qui (ou quoi) attribuer les lauriers pour ces statistiques positives ? Déjà en 2014, c'est en février que la ville avait connu une période de 10 jours sans meurtre. Les criminologues indiquent que ce déclin pourrait être dû à la chute des températures à cette période de l'année, explique le New York Times . Avant de préciser que ces 12 jours sans meurtre peuvent aussi correspondre à de nouvelles stratégies déployées par le police contre les criminels, à une période entre deux coups d'éclats de gangs, ou juste... à une coïncidence.

Pour Eli Silverman, criminologue interrogé par le Guardian , le travail de la police a peut-être une incidence sur la baisse du nombre de crimes, mais ce n'est qu'une petite partie du processus. Selon lui, la baisse des meurtres est l’œuvre collective de tous les acteurs de la communauté. "Il y a une interaction" de tous les efforts mis en place et "il est presque impossible de savoir quel facteur précis a déclenché cette baisse".

En 2012 déjà, la police de New York avait relevé un "événement" en terme de crime. Le 26 novembre, aucun crime violent (viol, meurtre) n'avait été enregistré. Une anomalie statistique en quelque sorte pour cette ville de plus de 8 millions d'habitants, indiquaient alors les observateurs. Une manière d'expliquer que si le taux d'homicides et de crimes a fortement baissé depuis 25 ans, il paraît difficilement imaginable d'envisager de longues périodes sans meurtres dans une si grande ville.

EN SAVOIR + >> Notre dossier sur les Etats-Unis

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter