Ecosse : des protections périodiques gratuites pour toutes, de l'école à l'université

Ecosse : des protections périodiques gratuites pour toutes, de l'école à l'université

DirectLCI
NOUVELLE RÈGLE - C'est une première mondiale. Le gouvernement écossais lance un plan d'action pour lutter contre la précarité menstruelle : les produits hygiéniques seront dorénavant gratuits pour toutes les jeunes filles, de l'école à l'université.

"Les protections périodiques seront gratuites pour toutes dans les écoles, les collèges et les universités", a annoncé Nicola Sturgeon, la Première Ministre écossaise. Tampons, serviettes hygiéniques, serviettes lavables voire coupe menstruelle devraient être mis à disposition toutes les jeunes filles et femmes dans leus établissements scolaires dès la rentrée. La mesure concerne près de 400 000 personnes.


Un budget de 5,2 millions de livres (environ 5,8 millions d'euros) a été alloué, preuve que les protections ont un coût non négligeable dans le porte-monnaie des femmes en précarité. En France, il faut compter 60 euros par an en moyenne. Une récente étude britannique, menée auprès de 2000 filles et femmes dans les écoles, collèges, lycées et universités, dévoile qu'un quart des interviewées connaissent des difficultés à s'en procurer faute de moyens. 

Dans un pays aussi riche que l'Écosse, c'est inacceptable que quiconque doive se battre pour acheter des produits sanitaires basiques.Aileen Campbell (membre du Parlement écossais de Clydesdale)

De nombreuses voix de la classe politique ont applaudi cette initiative : "Dans un pays aussi riche que l'Écosse, c'est inacceptable que quiconque ait à se battre pour acheter des produits sanitaires basiques", a indiqué l'ancienne ministre de la Santé, Aileen Campbell (Scottish National Party). "Je suis fière que l'Écosse prenne une action qui soit une première dans le monde pour combattre la pauvreté menstruelle."


Si cette annonce est une première mondiale, l'Ecosse n'en est pas à son coup d'essai en termes de lutte contre la précarité menstruelle. Un programme pilote avait déjà été lancé en septembre 2017 dans la ville d'Aberdeen, la troisième ville du pays. Des tampons et serviettes hygiéniques ont été distribués pendant six mois dans trois établissements du secondaire et dans différentes associations. Des milliers de femmes dans le besoin avaient pu bénéficier de cette aide.

Et en France ?

Si nous sommes encore loin d'une mobilisation gouvernementale de cette ampleur dans l'Hexagone, certaines initiatives locales ont émergé. A Paris, des mairies ont installé des "boites à dons" où l'on peut déposer des protections périodiques. L'association Règles Élémentaires se charge ensuite de les distribuer à des publics précaires. La mutuelle étudiante LMDE propose de son côté de rembourser à hauteur de 25 euros par an serviettes et tampons. 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter