Effondrement d'une mine en Turquie : trois jours de deuil national

Effondrement d'une mine en Turquie : trois jours de deuil national
International
DirectLCI
EXPLOSION - Plus de 200 mineurs ont été tués mardi lors de l'une des pires catastrophes industrielles survenues en Turquie. Plusieurs centaines d'autres sont toujours piégés sous terre malgré les efforts des secouristes. Un deuil national de trois jours a été décrété.

Des centaines de mineurs sont toujours coincés sous terre. Au moins 205 employés d'une mine de charbon de la province de Manisa, dans l'ouest de la Turquie , ont été tués mardi dans l'une des pires catastrophes industrielles du pays. Un bilan qui risque de s'alourdir selon le ministre de l'Energie, Taner Yildiz, qui a averti : "Nous entrons dans une phase plus critique. Au fur et à mesure que le temps s'écoule, nous nous approchons à grands pas d'une issue très défavorable". Un deuil national de trois jours a été décrété.

Une explosion et un incendie sont survenus mardi après-midi alors que 787 employés se trouvaient dans la mine. 80 personnes ont été blessées, dont quatre grièvement. "S'il y a eu négligence, nous ne fermerons pas les yeux. Nous prendrons toutes les mesures nécessaires, dont des mesures administratives et légales", a déclaré le ministre. Selon les premiers témoignages, l'explosion a eu lieu vers 12h30, apparemment provoquée par un transformateur électrique, et a provoqué un effondrement bloquant les mineurs dans les galeries.

Normes en vigueur

Juste après cette catastrophe, des centaines de secouristes se sont affairés à extirper au compte-goutte des blessés, la plupart souffrant de graves difficultés respiratoires. De nombreux gendarmes et policiers armés ont en outre été déployés autour du site pour faciliter les allées et venues incessantes de dizaines d'ambulances entre le site de la catastrophe et l'hôpital de Soma, ville où est située la mine.

La compagnie minière Soma Komur a estimé dans un communiqué que l'effondrement était "un accident tragique". Ce dernier "est survenu malgré un maximum de mesures de sécurité et des inspections mais nous avons réussi à intervenir rapidement", a assuré l'entreprise. Le ministère turc du Travail et de la Sécurité sociale a pour sa part indiqué que la mine avait été inspectée la dernière fois le 17 mars et qu'elle appliquait les normes en vigueur. "Il n'y aucune sécurité dans cette mine. Les syndicats ne sont que des pantins et la direction ne pense qu'à l'argent", a contredit un mineur. Le Premier ministre, Recep Tayyip Erdogan, a exprimé ses "plus sincères condoléances" aux familles des victimes.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter