Égypte : "40 terroristes" tués dans des raids après l'attaque meurtrière contre un bus de touristes

International

RIPOSTE - Au lendemain de l'attentat meurtrier contre un bus de touristes vietnamiens, les autorités égyptiennes ont tué "40 terroristes" dans des raids menés contre des djihadistes présumés à Gizeh et dans le Sinaï. Ces raids, ordonnés par le pouvoir en place, sont systématiques après ce type d'attaques.

Le pouvoir égyptien est passé à l'offensive. Les forces de sécurité ont tué ce samedi 29 décembre 40 djihadistes présumés dans des raids en Égypte, au lendemain d'un attentat meurtrier contre des touristes vietnamiens."Quarante terroristes ont été tués", 30 dans la région de Gizeh, lieu de l'attaque de vendredi, et 10 dans le Sinaï, où est implanté le groupe terroriste État islamique, a indiqué le ministère de l'Intérieur égyptien. "Ils planifiaient une série d'agressions contre les institutions de l'État", dont le secteur du tourisme, des lieux de culte chrétiens et les forces de sécurité.

Le ministère de l'Intérieur égyptien n'a pas lié directement les raids policiers à l'attaque de vendredi qui n'a pas été revendiquée, mais une source sécuritaire a précisé qu'ils avaient eu lieu à la suite de l'attentat à la bombe artisanale. 

Des raids quasi-systématique après un attentat

Après ce type d'attaques, les autorités égyptiennes annoncent de manière quasi-systématique des raids et la mort de "terroristes". Comme à l'accoutumée, les médias égyptiens ont relayé samedi, à la télévision et sur les réseaux, les photos des djihadistes présumés tués. Elles montrent des hommes ensanglantés, une arme à la main, le visage flouté, gisant dans des cachettes rudimentaires. Mais ces médias, sous contrôle étroit de l'État, ont évoqué de manière succincte l'attentat, un sujet sensible en Égypte où le pouvoir se présente comme un allié majeur des puissances occidentales dans la lutte antiterroriste.

Voir aussi

Depuis février dernier, l'Égypte mène une offensive contre Daech, dans la région du Nord-Sinaï, où environ 500 djihadistes sont morts selon l'armée. Les attaques se sont multipliées en Égypte depuis la destitution par l'armée du président islamiste Mohamed Morsi en 2013, contre les forces de sécurité et la minorité chrétienne copte. Le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi a décrété l'État d'urgence après des attaques contre des églises en avril 2017, une mesure sans cesse renouvelée depuis.

Le secteur crucial du tourisme a souffert de l'instabilité politique et des attentats de groupes extrémistes, dont l'EI, à la suite du soulèvement populaire de janvier 2011 qui a chassé du pouvoir le président Hosni Moubarak. "L'attaque sape le message très déterminé du gouvernement égyptien selon lequel le pays est sûr pour les touristes", a déclaré à l'AFP Zack Gold, spécialiste des questions de sécurité au Moyen-Orient et analyste au centre de recherches CNA, basé aux Etats-Unis.

En vidéo

Egypte : l'attaque d'un bus de touristes vietnamiens fait deux morts

L'attentat de vendredi est le premier perpétré contre des touristes depuis juillet 2017 et l'une des plus importantes attaques  contre des voyageurs depuis le 31 octobre 2015. L'EI avait revendiqué un attentat à la bombe ayant coûté la vie aux 224 occupants d'un avion russe transportant des touristes russes, après son décollage de la station balnéaire de Charm el-Cheikh.

Lire et commenter