Egypte : attentat à la bombe dans une église copte du Caire, au moins 23 morts

DirectLCI
TERRORISME - Au moins 23 personnes ont perdu la vie ce dimanche dans une attaque en plein office dans à l'église Boutrossia, contiguë de la cathédrale Saint-Marc, siège du pape de l'église copte Tawadros.

Sanglante explosion dans un lieu de culte chrétien cairote emblématique. Au moins 23 personnes ont été tuées ce 11 décembre au matin dans un attentat à la bombe, pendant l'office d'une église copte orthodoxe dans le quartier d'Abbasiya. Au moins 49 personnes ont été blessées. 


L'explosion s'est produite vers 10 heures dans l'église Boutrossia, mitoyenne de la cathédrale Saint-Marcs, qui n'sest autre que le siège du pape de l'église copte Tawadros. De source proche des services de sécurité, on précise qu'un engin explosif d'une douzaine de kg de TNT - déposé dans l'aile de l'église réservée aux femmes -, est à l'origine de l'explosion. "Elle s'est produite au moment où le prêtre nous a appelés à nous préparer à la prière", a relaté un fidèle sur place. L'évêque général de l'église copte en Grande-Bretagne, Angaelos, a expliqué que le service était célébré dans la petite église car la cathédrale est en rénovation. Or "c'est une cible facile car son entrée est à l'extérieur du périmètre de la cathédrale", a précisé l'évêque.   


Cette attaque présumée n'a pas été revendiquée, mais sur les réseaux sociaux son annonce a déclenché la liesse de sympathisants du groupe Etat islamique.  

Dites au cheikh, dites au prêtre, que le sang des Egyptiens n'est pas bon marché

Un périmètre de sécurité a été installé autour de l'église, tandis qu'une vingtaine de personnes y scandaient des slogans contre le  terrorisme. "Dites au cheikh, dites au prêtre, que le sang des Egyptiens n'est pas  bon marché".


Le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi a condamné l'attentat,  déclarant trois jours de deuil national à compter de dimanche. L'attentat "vise la nation avec ses chrétiens et ses musulmans". Mais "l'Egypte n'en sortira que plus unie", a-t-il promis. Le Premier ministre Sherif Ismail a lui aussu réagi : "Les musulmans et les chrétiens de la nation sont solidaires contre ce terrorisme noir".  


L'imam de la plus haute institution de l'islam sunnite en Egypte, Al-Azhar,  a également condamné une attaque "infâme". De son côté, le pape Tawadros II a interrompu sa visite en Suisse pour revenir au Caire, selon des médias égyptiens. Sur sa page Facebook, l'église copte a rappelé  "l'unité nationale qui unit les Egyptiens sur la terre bénie d'Egypte".

 

Côté français, Jean-Marc Ayrault a présenté ses "condoléances aux familles". "C’est avec consternation que j’ai pris connaissance de l’attentat odieux qui a frappé, ce matin, l’église Boutrossia du Caire", écrit le ministre français des Affaires étrangères. 

 Le 1er janvier 2011, un attentat non revendiqué avait fait 23 morts et 79  blessés à la sortie d'une église copte après la messe du Nouvel an. Cette nouvelle attaque s'inscrit dans un climat sécuritaire dégradé et une visibilité accrue des islamistes ces dernières années en Egypte. Les forces de sécurité combattent une insurrection islamiste centrée sur le nord du Sinaï, mais qui a également mené des attaques meurtrières dans le reste du pays. Vendredi encore, six policiers ont été tués dans l'explosion de deux bombes, l'une au Caire et l'autre plus au nord.  


Les Coptes orthodoxes, qui représentent 10 % de la population, constituent la grande majorité des chrétiens égyptiens. Faiblement représentée au gouvernement, cette communauté s'estime notamment tenue à l'écart des postes publics stratégiques. La montée d'un islam rigoriste aggrave ce sentiment d'ostracisation, surtout depuis la chute du président Hosni Moubarak il y a six ans.  

Lire aussi

En vidéo

Visés par l'attentat en Égypte, les Coptes sont la plus grande communauté chrétienne du monde arabe

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter