Le narcotrafiquant El Chapo jugé coupable à l'issue d'un procès hors normes

Le narcotrafiquant El Chapo jugé coupable à l'issue d'un procès hors normes
International
DirectLCI
CASE PRISON - Après trois mois de procès, durant lesquels la violence et la corruption des cartels ont été mis à jour, le trafiquant de drogue mexicain Joaquin Guzman, alias "El Chapo", a été reconnu coupable des 10 chefs d'accusation à son encontre. Il devrait écoper d'une peine de prison à perpétuité.

Le parrain de la drogue El Chapo, rendu célèbre par ses évasions spectaculaires, a été reconnu coupable de 10 chefs d'accusation lors de son procès aux Etats-Unis. Les 12 jurés du tribunal fédéral de Brooklyn à New York reconnaissent notamment qu'il a dirigé le puissant cartel mexicain de Sinaloa, responsable de l'exportation de centaines de tonnes de cocaïne et d'autres drogues aux Etats-Unis entre 1989 et 2014.

Prison à vie ?

Le prononcé de sa sentence est prévu pour le 25 juin, mais au vu de la législation américaine, ce verdict devrait lui valoir une peine de prison à perpétuité non négociable. On ignore encore où il purgera sa peine, certains évoquent "l'Alcatraz des Rocheuses",  une prison du Colorado considérée comme l'une des plus sûres des Etats-Unis.


À l'annonce du verdict, El Chapo, en costume gris et chemise beige, a regardé sa jeune épouse, Emma Coronel, 29 ans, et mis la main sur le cœur, rapporte nos confrères de l'AFP. Cette ancienne reine de beauté américano-mexicaine, avec qui il a eu deux filles jumelles, lui a soufflé un baiser.


Les avocats d'El Chapo ont annoncé leur intention de faire appel. "Pour le meilleur ou pour le pire, (El Chapo) est quelqu'un qui ne renonce jamais", a déclaré un des avocats, Bill Purpura.


Les autorités américaines, de leur côté, se réjouissent de ce verdict qui représente une grande victoire. L'enquête qu'elles ont menée aura été très coûteuse et aura duré de nombreuses années. Par le passé, le gouvernement américain avait déjà tenté de faire tomber un parrain de la drogue, le  Colombien Pablo Escobar. Il n'avait jamais obtenu son extradition. Le trafiquant avait finalement été tué lors d'une opération policière à Medellin en 1993.

La violence des cartels au grand jour

Avec ce procès, la justice américaine tenait à exposer le fonctionnement des cartels latino-américains qui inondent les Etats-Unis de drogue depuis les années 80. Les enquêteurs américains ont réussi à faire témoigner 56 personnes, dont la plupart avaient travaillé aux côté d'El Chapo et sont aujourd'hui sous les verrous.


L'argent coulait à flots : l'ancien pilote d'El Chapo a notamment expliqué qu'il disposait de quatre avions, de nombreuses résidences, dont une luxueuse dans la grande station balnéaire d'Acapulco, d'un yacht baptisé "Chapito" et d'un ranch doté de son propre zoo et d'un petit train pour le traverser.  


Surtout, tous les témoins l'ont accusé d'avoir co-dirigé le cartel de Sinaloa. Selon eux, l'homme - aujourd'hui âgé de 61 ans - gérait la logistique d'import-export de centaines de tonnes de cocaïne de Colombie vers les Etats-Unis et n'hésitait pas à mettre la main à la pâte pour neutraliser les cartels rivaux - plusieurs témoins ont par exemple décrit une scène particulièrement cruelle lors de laquelle El Chapo a personnellement torturé et exécuté trois trafiquants d'un cartel voisin. 


Il a enfin été accusé de corruption systématique de la police, des militaires et de responsables politiques pour qu'ils ferment les yeux, à hauteur de millions de dollars de pots-de-vin et jusqu'au plus haut niveau du gouvernement mexicain.

Un bouc émissaire ?

"Ce procès a levé le rideau sur le trafic international de drogue comme aucun procès ne l'avait jamais fait", s'est félicité le procureur fédéral de Brooklyn, Richard Donoghue. "Il a aussi révélé qu'ils ont pu opérer grâce à une corruption endémique - c'est inacceptable et cela va s'arrêter", a-t-il ajouté. 


Pour la défense, ce procès est plutôt un "show" dans lequel El Chapo joue le rôle du bouc émissaire d'un gouvernement mexicain corrompu. Ses avocats estiment que les anciens associés qui ont témoigné et accusé l'ancien "parrain" ont menti réduire leur peine. Selon eux, le vrai patron du cartel et "la pièce manquante du procès" n'est autre qu'Ismael "El Mayo" Zambada.

Présenté lors du procès comme le co-dirigeant du cartel, "El Mayo" est toujours en fuite et le cartel de Sinaloa, loin d'être anéanti. Jugeant que la guerre contre la drogue est un échec total, Eduardo Balarezo, un des avocats de la défense estime que "le gouvernement américain sait bien que rien n'a changé et que rien de changera avec la condamnation d'El Chapo".

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter