Trump-Biden, les scénarios catastrophes d'une égalité parfaite

Trump-Biden, les scénarios catastrophes d'une égalité parfaite

EX-AEQUO - Le duel entre Donald Trump et Joe Biden tarde à rendre son verdict. Les deux candidats sont au coude-à-coude dans les urnes. Mathématiquement, l'hypothèse d'une égalité parfaite n'est pas impossible. S'enclencherait alors une procédure inédite au Congrès pour les départager dans la course à la Maison Blanche.

Donald Trump et Joe Biden ex-æquo : et si le scénario improbable se produisait ? Les Américains se sont réveillés ce mercredi 4 novembre, sans connaître le nom du prochain locataire de la Maison Blanche. Tandis que le décompte dans les derniers États indécis se poursuit, les votes par correspondance n'ayant pas tous été comptabilisés, les deux candidats se tiennent dans un mouchoir de poche. 

Et même l'hypothèse d'une égalité parfaite ne peut être exclue. Il faut en effet 270 grands électeurs pour devenir président des États-Unis, soit la moitié +1 des 538 grands électeurs. Mathématiquement, ils peuvent atteindre le score de 269... chacun ! En fin de journée, plusieurs États - correspondant à 87 grands électeurs - étaient indécis. Ils étaient répartis ainsi : 16 dans le Michigan, 20 en Pennsylvanie, 15 en Caroline du Nord, 16 en Géorgie, 10 dans le Wisconsin, 6 dans le Nevada, 3 en Alaska, et 4 dans le Maine. 

Toute l'info sur

Élection américaine : Trump vs Biden, la folle campagne

Lire aussi

Plusieurs scénarios, dignes de films hollywoodiens, pourraient toujours aboutir à ce statu quo :

• Avec 225 grands électeurs (mercredi en fin de journée), Joe Biden est bien placé pour remporter plusieurs États-clés. Il pourrait s'adjuger le Maine (3 grands électeurs sur 4 lui sont déjà acquis), la Pennsylvanie (20), le Wisconsin (10) et l'Arizona (11). En faisant le plein dans ces États, l'ancien vice-président de Barack Obama totaliserait 269 grands électeurs. Dans le même temps, si Donald Trump remporte le reste des États encore en jeu, l'Alaska (3), la Caroline du Nord (15), la Georgie (16), le Michigan (16) et le Nevada (6), le président sortant s'assurerait alors lui aussi 269 grands électeurs, plaçant les deux hommes à égalité. 

• Toujours crédité de 225 grands électeurs, le candidat démocrate atteindrait le chiffre de 269, à une voix de la majorité absolue, en gagnant le Wisconsin (10), la Georgie (16), le Michigan (16) et les deux tiers du collège électoral du Maine (2 sur 3). En face, avec 213 grands électeurs, le milliardaire républicain pourrait empocher la Pennsylvanie (20), l'Arizona (11), le Nevada (6), la Caroline du Nord (15), l'Alaska (3) et, enfin, le dernier tiers du Maine (1 sur 3). 269-269, l'égalité serait alors parfaite entre eux. 

Quel dénouement en cas d'égalité parfaite ?

Si l'un des cas de figure présentés au-dessus survient, la Constitution américaine est assez claire sur la lourde procédure qui sera enclenchée. "Un scénario catastrophe" selon Jean-Éric Branaa, spécialiste des États-Unis sur LCI. S'il n'y a pas de vainqueur au collège électoral, l'article 2, section 1, clause 3 stipule que la décision de départager les deux candidats reviendra à la Chambre des représentants. Mais ce vote à la Chambre basse du Congrès possède une petite subtilité : les 435 élus ne votent pas l'un après l'autre, ils sont regroupés par État. Dès lors, chaque État dispose d'une seule et unique voix. La règle, ensuite, est plus simple : le premier candidat à obtenir 26 voix (soit la moitié des États +1) est élu. 

Si la course présidentielle devait aboutir au Congrès, cela pourrait profiter à Donald Trump. Le résultat dépendrait du parti qui contrôle la délégation de l'État. En l'état actuel, bien que les démocrates soient majoritaires à la Chambre des représentants, les républicains sont à la tête d'un plus grand nombre d'États. Ils disposent donc de plus de voix. Dans le même temps, le Sénat, à majorité républicaine, conforterait l'actuel vice-président Mike Pence. Ce qui scellerait, à coup sûr, le ticket Trump-Pence.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Vaccins : "Il n'y a pas de stocks cachés" assure Jean Castex

CARTE - Covid-19 : quelle est la situation épidémique dans votre département ?

Investiture de Joe Biden : le FBI craint une menace venant de la Garde nationale

L'acteur Jean-Pierre Bacri est mort à l'âge de 69 ans

Fin du "Muslim ban", retour dans l'accord de Paris... ce que Joe Biden fera dès son investiture

Lire et commenter