L'élection de Biden certifiée, Trump calme le jeu et promet une transition "ordonnée"

L'élection de Biden certifiée, Trump calme le jeu et promet une transition "ordonnée"

ÉTATS-UNIS - Donald Trump a admis tôt jeudi, après la certification par le Congrès de l'élection de Joe Biden à la Maison Blanche, que sa présidence touchait à sa fin et a promis une "transition ordonnée".

Et Donald Trump jeta l'éponge. Plus de deux mois après le scrutin présidentiel, le républicain a concédé sa défaite, ce jeudi face à son rival démocrate Joe Biden. Le président sortant a promis une transition "ordonnée" le 20 janvier… avant de donner rendez-vous à ses partisans.

Toute l'info sur

Le Capitole envahi par des partisans de Donald Trump

"Même si je suis en complet désaccord avec le résultat de l'élection, et les faits me soutiennent, il y aura une transition ordonnée le 20 janvier", a-t-il écrit dans un communiqué. "Cela représente la fin de l'un des meilleurs premiers mandats présidentiels", a ajouté le républicain. Ce dernier donne déjà date à ses soutiens : "Ce n'est que le début de notre combat pour rendre sa grandeur à l'Amérique", a précisé le dirigeant.

La victoire de Biden confirmée par les grands électeurs

Difficile pour le républicain de nier plus longtemps le verdict des urnes : quelques minutes auparavant, après le rejet d'objections émises par des élus républicains, le vice-président Mike Pence avait confirmé la victoire de Joe Biden. Avec 306 grands électeurs contre 232 pour le président sortant devant les deux Chambres réunies pour une session extraordinaire, le démocrate est officiellement devenu le nouveau président des États-Unis.

Lire aussi

En reconnaissant sa défaite, Donald Trump met un point final à son mandat tumultueux, dont le jusqu'au boutisme a abouti aux scènes de chaos observées mercredi au Capitole. Élus portant des masques à gaz, agents de la police en civil armes au poing, manifestants installés dans les bureaux des parlementaires… Le siège du pouvoir législatif a été littéralement pris d'assaut par des partisans du républicain. Bilan : quatre morts.  Lors d'une allocution au ton grave prononcée au plus fort de la crise, Joe Biden, qui prendra ses fonctions le 20 janvier, a dénoncé une attaque "sans précédent" contre la démocratie américaine. 

Découvrez notre podcast "Far West"

- Sur APPLE PODCAST

- Sur SPOTIFY

- Sur DEEZER

Plongez dans le Far West de la politique américaine.

Sur le même sujet

Lire et commenter