Trump assure qu'il a gagné, Twitter et Facebook signalent ses messages

Trump assure qu'il a gagné, Twitter et Facebook signalent ses messages

FAKE NEWS - S'ajoutant à la liste des incongruités de cette campagne électorale, les deux géants des réseaux sociaux ont dû déployer une partie de leur stratégie contre la désinformation.

Avec un scrutin plus serré que jamais, le rôle des réseaux sociaux est scruté d'encore plus près. C'est ainsi que Facebook, comme Twitter, ont signalé, dans la nuit du mardi 3 au mercredi 4 novembre, un tweet du président Donald Trump, dans lequel ce dernier indiquait avoir remporté la victoire lors de l'élection présidentielle. Un message des plus prématurés, alors que des dizaines de millions de bulletins restaient à dépouiller. 

Toute l'info sur

Élection américaine : Trump vs Biden, la folle campagne

Masqué sur Twitter, édité sur Facebook

"On est devant et de loin, mais ils essaient de voler l'élection. Jamais nous ne les laisserons faire. Les bulletins ne peuvent pas être déposés après la fermeture du scrutin". C'est ce message présidentiel que Twitter a décidé de masquer, l'accompagnant du message suivant : "Une partie ou la totalité du contenu partagé dans ce tweet est contestée et susceptible d'être trompeuse quant au mode de participation à une élection."

Lire aussi

Même message sur Facebook, pas masqué pour le coup, mais à côté duquel les techniciens de la plateforme ont copié un lien vers son centre d'information sur les élections : ce lien permet d'accéder aux résultats intermédiaires, soit un coude-à-coude entre Donald Trump et son adversaire démocrate Joe Biden dans la course aux grands électeurs (comme vous pouvez le constater sur le direct de LCI).

Le groupe californien a immédiatement communiqué sur ces modifications : "Dès que le président Donald Trump a commencé à proclamer la victoire de façon prématurée, nous avons affiché des notifications sur Facebook et Instagram indiquant que le décompte des votes était en cours et qu'il n'y avait pas encore de gagnant."

Rebelote ce mercredi, quand Twitter a publié un avertissement pour accompagner un tweet du président américain remettant en question le décompte des voix dans plusieurs États-clés. "Une partie ou la totalité du contenu partagé dans ce Tweet est contestée et susceptible d'être trompeuse quant au mode de participation à une élection  ou à un autre processus civique", indique le réseau social au-dessus du message de Donald Trump.

L'action des géants numériques est-elle suffisante ?

Ces mesures prises par Twitter et Facebook faisaient partie des gardes-fous mis en avant pour juguler les risques de désinformation pendant tout le processus électoral. Mis en cause en 2016 pour leur passivité dans le déroulement du processus électoral, entaché par de vastes opérations de manipulations extérieures, les deux géants des réseaux sociaux avaient voulu prendre les devants, cette fois. C'est ainsi que les comptes liés aux conspirationnistes de QAnon avaient été supprimés, après que Facebook a amélioré sa capacité à détecter et démanteler les campagnes de dénigrement. 

Reste encore la question des incitations à la violence, ou les vidéos manipulatoires, que les plateformes n'ont pas encore réussi à maîtriser. L'AFP relève ainsi que, selon l'ONG Avaaz, une vidéo tronquée et détournée de Joe Biden, où le candidat démocrate semble dire que l'administration de Barack Obama a mis en place un vaste système de fraude électorale, a été vue environ 17 millions de fois sur différents sites.

L'ONG Media Matters s'inquiétait encore, dans la soirée du 3 novembre, que "des messages disant aux gens d'aller voter sans masque se répandent sur les groupes Facebook. Un utilisateur va jusqu'à suggérer que ne pas porter de masque va 'faire fuir les libéraux' des urnes". De son côté, la coalition Election Integrity Partnership, a montré qu'une recherche sur les Etats américains clefs donnait comme résultat une chaîne YouTube avec un faux décompte en temps réel des votes. Une vidéo qui a depuis été retirée de la plateforme. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

"Jean Moulin était un scientifique" : les perles du test de culture G des candidates à Miss France

Jackpot record de l'Euromillions : ces gagnants pour qui la chance a (très mal) tourné

EN DIRECT - Covid-19 : plus de 11.000 contaminations ces dernières 24 heures, la baisse se poursuit

REVIVEZ - C'est Alexandra qui remporte "Koh-Lanta : les 4 Terres"

Un troisième mystérieux monolithe de métal découvert, en Californie cette fois

Lire et commenter