"Cela ne servira pas son héritage" : malgré le déni de Trump, Biden avance vers la transition

"Ça ne servira pas son héritage" : Biden relativise l'impact de la mauvaise volonté de Trump

INTERNATIONAL - Le président américain fraichement élu a jugé ce mardi que l'attitude de Donald Trump était "source d'embarras". Sans pour autant estimer qu'elle aurait "beaucoup d'impact" sur le transfert du pouvoir entre les deux hommes.

Un feuilleton qui s'éternise. Malgré la victoire annoncée de Joe Biden à l'élection présidentielle, Donald Trump refuse toujours de s'avouer vaincu. Depuis plusieurs jours, il multiplie les sorties sur Twitter, renouvelant des accusations de fraude électorale sans avoir, pour autant, d'éléments concrets pour les étayer. Plus les jours passent, plus le milliardaire républicain semble s'enfermer dans le déni. 

Interrogé sur cette posture par des journalistes à Wilmington (Delaware), Joe Biden a concédé qu'elle était "source d'embarras". Alors qu'il continue de recevoir les félicitations de dirigeants étrangers, le démocrate a néanmoins souligné que ce comportement n'aura "pas beaucoup d'impact" sur la passation de pouvoir. Et concède : "Comment puis-je dire ça délicatement ? Cela ne servira pas son héritage". Celui qui deviendra officiellement le 46e président des Etats-Unis en janvier prochain n'a d'ailleurs pas attendu pour se mettre au travail. 

Toute l'info sur

L'Amérique se choisit Joe Biden et Kamala Harris

Biden déjà à l'œuvre, Trump ne lâche rien

Joe Biden a reçu ce mardi les félicitations du président turc Recep Tayyip Erdogan. Il s'est aussi entretenu avec plusieurs dirigeants européens : le Premier ministre britannique Boris Johnson, ex-allié de Trump en Europe, la chancelière allemande Angela Merkel, le président français Emmanuel Macron et le Premier ministre irlandais Micheal Martin. Il a notamment affirmé son souhait de "redynamiser les relations bilatérales et transatlantiques, notamment à travers l'Otan et l'Union européenne", largement mises à mal par son prédécesseur. 

De son côté, Donald Trump se fait relativement discret en dehors de ses interventions explosives sur les réseaux sociaux. "Nous avançons à grands pas. Les résultats commenceront à tomber la semaine prochaine", a-t-il notamment écrit alors que le ministre de la Justice a donné son feu vert à l'ouverture d'enquêtes sur d'éventuelles irrégularités lors du scrutin. Le républicain a, par ailleurs, reçu un ferme soutien de la part de son chef de la diplomatie Mike Pompeo, qui a promis une "transition en douceur vers une seconde administration Trump"

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

"Jean Moulin était un scientifique" : les perles du test de culture G des candidates à Miss France

Non, l'application TousAntiCovid ne sera pas indispensable pour entrer dans un supermarché

EN DIRECT - Covid-19 : plus de 11.000 contaminations ces dernières 24 heures, la baisse se poursuit

Un troisième mystérieux monolithe de métal découvert, en Californie cette fois

Miss France 2021 : passez le test de culture générale des candidates

Lire et commenter