Jill Biden, First Lady et "Dr" avant tout

Description du sujet digitial

PORTRAIT - Enseignante et doctorante en sciences de l'éducation, Jill Biden a été l'un des meilleurs atouts de campagne pour le candidat démocrate. Mercredi 20 janvier, elle deviendra la nouvelle Première dame des États-Unis.

"Je suis le mari de Jill Biden." C'est par ces mots que Joe Biden s'est parfois présenté dans ses meetings ces derniers mois. Preuve s'il en fallait de l'importance que le démocrate accorde à son épouse. Une enseignante de 69 ans, bien décidée à marquer de son empreinte le statut de First lady.

Un statut qu'elle ne doit pas seulement à l'élection de son époux, tant elle s'est investie dans la campagne. Jill Biden a en effet multiplié les visites dans les Etats-clés, dont certains ont basculé dans le camp démocrate. Son discours ? Un appel aux Américains, "démocrates et républicains, ruraux et urbains" à se rassembler pour dépasser les clivages politiques, battre la pandémie et la crise économique. Mais surtout, une tentative de s'éloigner des provocations de Donald Trump : "Nous ne sommes pas d'accord sur tout, ce n'est pas nécessaire, on peut toujours s'aimer et se respecter".

Toute l'info sur

Biden et Harris à la Maison Blanche

Lire aussi

Elle m'a redonné la vie- Joe Biden à propos de son épouse Jill

N'hésitant pas à montrer les muscles quand une protestataire s'approche de son époux lors d'un meeting, Jill Biden sait aussi montrer une image plus intime de Joe Biden, dont la vie a été frappée par des "tragédies inimaginables". Jill Biden a notamment raconté comment en 2015, l'ancien vice-président de Barack Obama avait trouvé la force de reprendre ses activités à la Maison Blanche quelques jours seulement après la mort de son fils Beau, décédé d'un cancer du cerveau. "Il a appris à guérir une famille, et de la même façon on guérit un pays : avec amour, compréhension, des petits gestes de gentillesse, du courage et un espoir inébranlable". 

Un espoir que le couple cultive depuis des décennies. Joe et Jill Biden se sont en effet mariés en 1977, cinq ans après une première tragédie, quand un accident de voiture avait emporté la première épouse du sénateur et leur fillette. Encore petits, ses deux fils survivants, Beau et Hunter, avaient eux-mêmes suggéré à leur père d'épouser Jill, a raconté Joe Biden dans des mémoires, où il avait écrit : "Elle m'a redonné la vie."

Si Jill Biden avait interrompu sa carrière de prof d'anglais lorsqu'elle avait eu leur fille, Ashley, en 1981, elle avait ensuite repris ses études pour décrocher un doctorat en éducation. Elle enseigne toujours dans une université du nord de la Virginie, près de Washington. Pas question pour elle de quitter ses fonctions : elle a assuré vouloir continuer à travailler même si Joe devenait président. Sans compter Hillary Clinton, brièvement sénatrice à la fin du mandat de son mari, elle s'apprête ainsi à devenir la première Première dame à poursuivre sa carrière professionnelle.

Une carrière qui lui a valu une polémique comme savent si bien en fournir certains polémistes. Titulaire d'un doctorat en sciences de l'éducation, elle se présente sous le titre de "Docteure", dans sa bio Twitter comme sur la page qui lui est consacrée sur le site de la Maison Blanche. N'étant pas docteure dans le domaine médical, cela lui avait valu une moquerie dans certains cercles, en particulier de la part de l'essayiste Joseph Epstein. Une polémique... et des soutiens, qui ne voyaient là que pur sexisme. Soutiens de poids, puisqu'on y trouvait deux de ses prédécesseuses, en l'occurrence Michelle Obama et Hillary Clinton.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Covid-19 : pourquoi le nombre de jeunes en réanimation continue d'augmenter ?

Patrick J. Adams, le mari de Meghan dans "Suits", dénonce l'attitude "obscène" de Buckingham

Quelques heures avant l'interview de Harry et Meghan, la reine loue le "dévouement désintéressé"

La mort d'Olivier Dassault complique un peu plus la succession à la tête de l'entreprise familiale

EN DIRECT - Covid-19 en France : les patients en réanimation au plus haut depuis novembre

Lire et commenter