Les ayants-droits des Village People attaquent Donald Trump pour l'utilisation de leur tube "YMCA"

Les ayants-droits des Village People attaquent Donald Trump pour l'utilisation de leur tube "YMCA"

LITIGE - Les héritiers du légendaire groupe disco vont attaquer Donald Trump en justice. Ils refusent l'utilisation à des fins électorales du tube "YMCA" que le président américain utilise à la fin de ses meetings.

Ils sont mécontents et le font savoir. Les ayants-droits du groupe disco des Village People vont déposer plainte, en France et aux Etats-Unis, pour l'utilisation, sans autorisation, par Donald Trump, du tube "YMCA". "Au cours des tout derniers jours de la campagne pour l'élection présidentielle américaine, la chanson mondialement connue "YMCA", interprétée par les Village People, a fait l'objet d'une utilisation tout aussi massive que non autorisée par le candidat Donald Trump et son équipe, tant au cours de ses meetings, qu'en tant que bande sonore d'une vidéo de promotion diffusée dans le monde entier" écrit Me Richard Malka, l'avocat des héritiers de Village People. 

Toute l'info sur

Élection américaine : Trump vs Biden, la folle campagne

Le célèbre tube est devenu un hymne républicain

Ce tube de l'année 1978 a été écrit par deux Français, Jacques Morali et Henri Belolo, et un Américain, Victor Willis. Et il est devenu un véritable hymne de ralliement dans le camp républicain. Donald Trump a conclu tous ses meetings par quelques pas de danse sur la célèbre chanson. 

Son équipe de campagne a également diffusé sur Twitter, mardi 3 novembre, un montage de plusieurs séquence de ses meetings, avec la chanson des Village People en bande sonore. Le tout semble ironique, puisque la chanson fait l'objet d'un contentieux depuis sa création. Prise au premier degré, elle répond à l'acronyme "Young Men's Christian Association", une célèbre ONG internationale rassemblant de jeunes hommes chrétiens à travers le monde. Mais dans son autre interprétation, il s'agit bien d'un hymne à la libération sexuelle en faveur de la communauté LGBT, décrivant l'association comme un lieu d'activités et de drague pour les jeunes hommes gay. Une association qui ne manque pas de piquant, sachant que les chrétiens évangéliques composent une solide base de l'électorat de Donald Trump.

L'avocat des ayants-droits de Village People précise que les détenteurs des droits des auteurs français, ainsi que la société Scorpio Music, propriétaire de l'œuvre, "ont découvert avec stupéfaction cette appropriation illicite, qui plus est à des fins partisanes et électorales au profit de Donald Trump, ce qu'ils n'auraient jamais accepté". 

"Cette utilisation contrefaisant" fera "l'objet d'une plainte dans les tous prochains jours, tant en France qu'aux Etats-Unis, contre tout initiateur ou complice de ce qui constitue un vol pur et simple de la propriété d'autrui" annonce Me Malka, l'avocat des héritiers de Village People. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Joe Biden estime que le Covid-19 fera "plus de 600.000" morts aux États-Unis

EN DIRECT - États-Unis : l'acte d'accusation contre Donald Trump transmis au Sénat lundi

"Langue Covid" : un nouveau symptôme du virus ?

6 doses au lieu de 5 : la baisse des livraisons de Pfizer est-elle liée à une nouvelle stratégie de vaccination ?

Procès en destitution de Trump : l'article transmis lundi au Sénat, et après ?

Lire et commenter