Election régionale en Allemagne : pourquoi ce scrutin est-il si important pour Merkel ?

International
SCRUTIN - Le Land du Mecklembourg-Poméranie occidentale vote ce dimanche. Une élection régionale qui devrait acter la montée en puissance de l'extrême droite. Un vote de rejet de la politique de Merkel.

Ce dimanche 4 septembre, le Mecklembourg-Poméranie occidentale, un Land situé au nord-est de l'Allemagne, vote pour renouveler son parlement régional. Et, sauf surprise, l'issue de ce scrutin devrait voir l'Alternative pour l'Allemagne (AfD, extrême droite) l'emporter.


Un coup dur pour la CDU d'Angela Merkel, qui pourrait finir à la troisième place. Cette élection est d'autant plus symbolique que la chancelière allemande est aussi députée de la région. Les premières estimations commenceront à tomber vers 16h.

La montée de l'extrême droite


Depuis la fin août, les sondages montrent clairement la même tendance :  le Parti social-démocrate (SPD) arrive en tête avec 28% des voix. Derrière, l'AfD engrangerait entre 21 et 23% des suffrages, juste devant la CDU, donnée à 20/22%. Sauf que le SPD gouverne en coalition avec la CDU. Le mode de scrutin, à un tour, fait que la formation d'une majorité sera plus complexe pour la coalition sortante.


L'AfD profite de l'impopularité de Merkel pour gagner des électeurs de la CDU, mais récupère aussi des voix à la gauche radicale de Die Linke. De plus, les néo-nazis du NDP sont crédités de 3% d'intentions de vote. Le Parlement de ce Land va donc tanguer fortement à droite.

En vidéo

Allemagne : l'AFD, le parti d'extrême-droite qui surfe sur les peurs du peuple

La politique migratoire de Merkel sanctionnée

Un an après la décision d'Angela Merkel d'ouvrir l'Allemagne aux réfugiés, la problématique de l'intégration du million de demandeurs d'asile a monopolisé la campagne électorale dans cet État-région de l'ex-RDA communiste, offrant un terrain fertile aux populistes anti-immigration de l'AfD, même si seuls quelques milliers de réfugiés sont installés dans le Mecklembourg.


Désemparés par le succès croissant des populistes, certains responsables politiques musclent leur discours et critiquent la politique migratoire de la chancelière, pourtant quasi-unanimement soutenue l'automne dernier. Face aux critiques, Angela Merkel reste fidèle à son credo : si c'était à refaire, elle reconduirait la même politique d'ouverture aux migrants, a-t-elle assuré samedi au quotidien Bild.

Avant-goût des élections fédérales de 2017

Mais il n'y a pas que l'immigration à influer sur le vote des Allemands. Selon Hajo Funke, professeur de sciences politiques à l'Université libre de Berlin, la "déception des électeurs" envers le gouvernement régional sortant et sa politique d'austérité est aussi à prendre en compte. De plus, l'AfD tire sa force du fait que le SPD et la CDU gouvernent en coalition dans ce Land ainsi qu'au niveau fédéral. Difficulté de les différencier, manque de représentativité, etc. Le rejet des élites porte les populistes de l'AfD.


Selon une enquête publiée samedi, seulement 44% des Allemands font confiance en Merkel pour un quatrième mandat. Les revers électoraux se multiplient et donnent une tendance nette pour les élections fédérales de 2017 : l'extrême droite a le vent en poupe et rien ne semble pouvoir arrêter sa progression.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter