LE QUART D'HEURE AMÉRICAIN - Hillary Clinton et la France : ce que vous ne savez (peut-être) pas

International
DirectLCI
SÉRIE - 5/7 - Elle sera peut être la prochaine présidente des Etats-Unis. Mais que pense Hillary Clinton de notre pays ? Les relations entre la France et la favorite de la course à la Maison Blanche peuvent être surprenantes, parfois admiratives, parfois moins...

On connaissait déjà la francophilie de certains hommes politiques américains, comme John Kerry, mais qu'en est-il d'Hillary Clinton ? La candidate démocrate et favorite des sondages a plusieurs fois évoqué la France lors de ses prises de position, et s'y est même rendue avant d'occuper le poste de Secrétaire d'État sous le mandat de Barack Obama. 


Pourtant, ses relations avec la France ne sont pas si roses, et même parfois préjudiciables à sa campagne. En voici cinq illustrations.

  • 1Son arrière-grand-père est français

    Il faut remonter au XIXe siècle pour s'en rendre compte, mais la favorite de la course à la présidence américaine a des racines françaises. L'un de ses arrière-grands-pères s'appelle Antoine Martin. Il est né en France en 1816 et a émigré au Canada aux alentours de 1830, selon une étude publiée en 2007 dans la revue de l’association The French-Canadian Heritage Society of Michigan.
  • 2Pour elle, la politique française en matière de garde d'enfants est exemplaire

    En 1990, Hillary Clinton est présidente du Children's Defense Fund, une organisation caritative pour la protection et l'éducation des enfants aux États-Unis. Ces fonctions l'ont amenée à voyager en France pendant deux semaines, afin d'y étudier la politique de l'enfance. Elle en a tiré une tribune, publiée dans le New York Times la même année, dans laquelle elle incite les États-Unis à s'inspirer du modèle français de garde d'enfants. Elle vante notamment la capacité de la France a rendre accessible la garde d'enfants à domicile ou en crèche, ainsi que sa politique de santé publique entraînant de faibles taux de mortalité infantile.
  • 3Les autoroutes de Corrèze n'ont pas de secret pour elle

    En 1998, alors première dame des États-Unis, Hillary Clinton a rencontré son homologue française, Bernadette Chirac, sur sa terre d'élection : la Corrèze. Dans son discours devant le conseil général de Corrèze, Hillary Clinton a même mentionné... la construction de nouvelles autoroutes dans le département : "Je vous félicite pour les nouvelles A 20 et A 89, qui, je l'espère, vous apporteront la prospérité." Sans oublier d'évoquer le passage du Tour de France. Pour l'anecdote, le conseiller général Jean-Pierre Bechter, avait alors lancé de manière prémonitoire : "Je souhaite à votre pays que vous en soyez élue première femme présidente."
  • 4Son avis tranché sur la sécurité sociale française

    Jusqu'ici, les relations d'Hillary Clinton avec la France semblent presque idylliques. Mais la francophilie de la candidate à la présidence a ses limites, et son adversaire à la primaire démocrate, Bernie Sanders, a pu le constater. En février 2016, lors d'un débat entre les deux prétendants, Bernie Sanders a dénoncé l'inefficacité du système de santé américain, comparé à celui de la France. Réponse cinglante d'Hillary Clinton : "Nous ne sommes pas la France."
  • 5Ses relations avec une grande entreprises française exploitées par ses détracteurs

    Au cours de ces derniers mois de campagne, les rapports d'Hillary Clinton avec la France n'ont pas joué en sa faveur, en particulier sa relation avec une grande entreprise française : Lafarge. Entre 1990 et 1992, Hillary Clinton a siégé au conseil d'administration de cette multinationale française des matériaux de construction. L'entreprise a, par la suite, financé à hauteur de plusieurs dizaines de milliers de dollars la Fondation Clinton. Lafarge figure d'ailleurs officiellement sur le site de la fondation parmi les donateurs. Rien de répréhensible mais suffisant pour permettre aux détracteurs de Clinton d'exploiter des accusations, elles, non encore établies de Wikileaks sur des supposées liens financiers plus étroits entre Lafarge et la campagne de la candidate. Accusations jusqu'alors non confirmées. De vieilles affaires ont également été exhumées comme cette amende infligée à Lafarge en 1992 pour avoir déversé des déchets toxiques en Alabama. Et plus récemment, une enquête du journal Le Monde sur les activités de Lafarge en Syrie a été largement diffusée par des médias américains et réexploitée contre la prétendante à la maison blanche alors que celle ci ne figure plus au sein de son Conseil d'administration de l'entreprise depuis 24 ans .

Lire aussi

En vidéo

LE QUART D'HEURE AMÉRICAIN - Cinq infos qui en disent long sur Hillary Clinton

En vidéo

Affaire des emails : que reproche-ton à Hillary Clinton ?

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter