Elections américaines : recomptage des voix terminé dans le Wisconsin, Trump accroît son avance

Elections américaines : recomptage des voix terminé dans le Wisconsin, Trump accroît son avance
International

CONFIRMATION – Le recomptage des suffrages dans le Wisconsin a validé le résultat de l’élection présidentielle américaine. Vainqueur le 8 novembre, Donald Trump accroît même son avance d’une centaine de voix dans cet ancien bastion démocrate.

Il aura fallu reprendre un à un quelque trois millions de bulletins. Douze jours après le début de l’opération de recomptage des voix dans le Wisconsin, dans le nord des Etats-Unis, les autorités de l’Etat ont confirmé la victoire de Donald Trump à l’élection présidentielle américaine dans cet ancien bastion démocrate. 

Le président-élu a même creusé l’écart d’une centaine de voix face à sa rivale Hillary Clinton, allant jusqu'à dépasser 22.000 votes au total. Ce recomptage avait été demandé par l'ex-candidate écologiste à  la présidentielle Jill Stein.

Les démocrates et les Verts peuvent maintenant se reposer. Arnaque ! - Donald Trump réagissant aux résultats du recomptage des voix dans le Wisconsin

"Le résultat final du scrutin dans le Wisconsin est arrivé et devinez quoi. Nous venons de gagner 131 voix supplémentaires. Les Démocrates et les Verts peuvent maintenant se reposer. Arnaque !", s'est réjoui Donald Trump via son compte Twitter.

7 millions de dollars pour "restaurer la confiance" dans le système électoral

Pour financer son recours, Jill Stein avait lancé une vaste souscription auprès des électeurs déçus via une application lancée sur son propre site internet, parvenant à collecter plus de sept millions de dollars. Une somme conséquente qui n’aura concrètement pas fait changer grand-chose, même si l’ex-candidate écologiste le conteste. "L'objectif de ce recomptage n'a jamais été de changer l'issue (du vote)", a-t-elle réagi ce lundi dans un communiqué. "Il s'agissait de valider le scrutin et de restaurer la confiance dans le système électoral auprès des Américains qui ont des doutes."

Fin novembre, au moment du lancement de cette initiative, si Jill Stein avait déjà bien fait savoir que son but n’était pas d’aider l’ex-secrétaire d’Etat. Elle expliquait alors vouloir "montrer que le système de vote américain n'est pas digne de confiance". Un changement sémantique minime mais néanmoins notable par rapport à ses propos de ce lundi. Etant donné la proximité entre le résultat initial et celui du recomptage, il semble en effet que le système électoral américain soit digne de confiance, au moins dans le Wisconsin.  

Les démocrates n’en attendaient rien, leur espoir est ailleurs

Outre le Copper State (l’Etat de cuivre, surnom donné au Wisconsin, ndlr), Jill Stein a également lancé deux autres procédures pour obtenir le recomptage des voix de deux Etats clés : le Michigan et la Pennsylvanie. Au total, les trois Etats ont tous été remportés par Donald Trump avec environ 100.000 voix d'avance (22.000 dans le Wisconsin, 70.000 en Pennsylvanie et 10.000 dans le Michigan, où le recomptage a été stoppé jeudi 8 décembre). Compte tenu de ces marges, l'équipe de campagne d'Hillary Clinton avait souligné qu’il était peu probable qu'un nouveau dépouillement ne change la donne. 

Toute l'info sur

La présidence Donald Trump

Même si les chances sont maigres là aussi, l’espoir des démocrates réside plutôt dans la prochaine réunion du Collège électoral américain le 19 décembre prochain. Les partisans de l’ancienne First Lady – mais aussi certains républicains réfractaires  – caressent le doux rêve de pouvoir encore empêcher l’arrivée du milliardaire à la Maison-Blanche. "Il est possible, tout juste possible, que dans les six prochaines semaines, il se passe quelque chose, quelque chose de fou, auquel on ne s'attend pas", a ainsi récemment déclaré le réalisateur Michael Moore sur NBC, arguant que "54% des électeurs ne voulaient pas de Donald Trump". 

S'ils prêchent pour l'instant dans le désert, le cinéaste et les autres anti-Trump espèrent que certains grands électeurs, à l'instar de Chris Supurn au Texas, décident de ne pas voter pour le magnat de l'immobilier. Une perspective improbable - un tel revirement ne s'est produit que neuf  fois depuis 1945 selon l'organisation FairVote - qui provoquerait à coup sûr un nouveau séisme politique. 

Lire aussi

    En vidéo

    Trump VS CIA : le gouvernement russe aurait-il aidé le millardaire à devenir président ?

    En vidéo

    Trump choisit des têtes fortunées pour son équipe

    Sur le même sujet

    Et aussi

    Lire et commenter

    Alertes

    Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent