Législatives en Espagne : comment le parti d’extrême droite Vox s'est imposé dans le jeu politique

International
POLITIQUE - Pour la troisième fois en quatre ans, les Espagnols se sont rendus aux urnes, dimanche 28 avril, pour des élections législatives. Si le PSOE a remporté le scrutin, l’extrême droite a fait son entrée en force au Parlement, pour la première depuis la restauration de la démocratie. Le parti au discours ultra-nationaliste Vox est en effet passé d’inexistant à sérieux concurrent.

En Espagne, quelle sera l’ampleur de la percée de Vox dimanche 28 avril ? Le parti d’extrême droite n’a pour l’instant aucun siège à la chambre des députés, mais il ne fait aucun doute que cela changera après les élections législatives anticipées. 


Les enquêtes d’opinion, qui voyaient la formation de Santiago Abascal devenir la cinquième force à la chambre des députés, avec plus de 10% des voix, ont vu juste pour le classement, mais pas pour le score, puisque le scrutin devrait permettre à Vox d'envoyer une bonne vingtaine d'élus au Congrès des députés. Pas de surperformance, mais une entrée remarquée, que le président Sanchez n'avait eu de cesse de pointer du doigt, mettant en garde contre ce risque "réel, certain", prenant en exemple d’autres pays : "Personne ne s'attendait en Finlande à voir l'extrême droite passer de la cinquième à la deuxième position", a-t-il rappelé.

Il y a six mois, l'Espagne était l'un des rares pays européens où l'extrême droite était absente du paysage, cette dernière étant bloquée par une droite pour le moins conservatrice et prudente sur la remise en question des héritages franquistes. Mais en décembre, Vox a créé une première surprise lors des élections régionales, en obtenant près de 11% des voix en Andalousie, et en aidant le PP et Ciudadanos à chasser les socialistes du pouvoir dans leur fief historique. Depuis, la formation ultra-nationaliste, qui compte notamment parmi ses candidats des généraux à la retraite défenseurs du franquisme, n’a cessé de faire parler d’elle.

Anti-féministes, anti-mariage gay, anti-indépendantistes

Fondé en 2013, Vox s’oppose à l’avortement, à l’euthanasie, au mariage homosexuel. Le parti tient un discours très dur sur l’immigration, l’islam, ou encore les féministes. Il a notamment rompu le consensus autour de la loi contre les violences sexistes en affirmant qu'elle "criminalise" les hommes. Et sa virulence à l’égard des indépendantistes catalans, qui ont tenté de faire sécession en octobre 2017, lui a permis de prospérer : favorable à l’interdiction des partis séparatistes, Vox veut recentraliser l’Espagne et chasser du pouvoir Pedro Sanchez, "ennemi de l’Espagne" qui s’est hissé à la tête du gouvernement entre autres grâce aux voix catalanes.

Réseaux sociaux

S’inspirant de la stratégie de Trump aux Etats-Unis ou de Bolsonaro au Brésil, Vox se méfie des médias traditionnels. Son leader, Santiago Abascal, n’a accordé des interviews qu’à certains médias ciblés. En revanche, le parti domine les réseaux sociaux espagnols. En mars, il a comptabilisé 33% de toutes les interactions ("like", messages partagés, commentaires...) des comptes officiels des cinq principaux partis, selon l'outil de mesure Social Elephants. Ce qui est d’autant plus fort qu’il est le parti avec le moins d’abonnés sur Twitter. Il est aussi, selon les autorités qui ont mis en place un dispositif anti-fake news, le parti attirant le plus de fausses informations, notamment via ses groupes WhatsApp, rapportait RFI il y a quelques semaines


"Vox a réussi à réveiller l'espoir de nombreuses personnes qui (...) ne se sentaient pas représentées", s’est félicité Santiago Abascal (ancien militant du PP au Pays basque), lors d’un meeting mercredi. Parmi ses cibles prioritaires, le parti entend parler aux chasseurs et au monde rural. Par ailleurs fervent défenseur de la corrida, Vox a eu son stand - et une pluie d'éloges - lors d'un récent salon de la chasse à Madrid. La formation veut aussi séduire les déçus de la droite et de la gauche, et les indécis : une réserve de voix particulièrement importante, puisque d’après les derniers sondages 40% des électeurs potentiels n’avaient toujours pas arrêté leur choix.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter