Empoisonnée au Novitchok : son compagnon lui avait offert le flacon, croyant que c’était du parfum

Empoisonnée au Novitchok : son compagnon lui avait offert le flacon, croyant que c’était du parfum

RÉCIT - Le Britannique Charlie Rowney a expliqué à sa sortie d’hôpital avoir ramassé un flacon qu’il pensait être du parfum pour l’offrir à sa compagne. Il s’agissait en fait du poison Novitchok, qui a tué celle-ci.

"Je me souviens avoir trouvé une bouteille de parfum que j’ai ramassée et offerte à Dawn". Quelques jours après sa sortie d’hôpital, où il avait été admis pour un empoisonnement au Novitchok, Charlie Rowley a raconté l’incroyable et dramatique concours de circonstance ayant mené à la mort de sa compagne Dawn Sturgess.

Dans un entretien au Sun ainsi qu’une interview à ITV, il explique avoir trouvé le flacon dans un carton. "Il fallait enlever la bouteille de l’emballage en cellophane et mettre le vaporisateur à pompe sur la bouteille. C’est comme ça que j’en ai eu sur les mains", décrit-il.

Toute l'info sur

Ex-espion russe empoisonné : une affaire au parfum de guerre froide

Je me souviens qu’elle l’a pulvérisé sur ses poignets- Charlie Rowney, à propos de sa compagne Dawn Sturgess

La bouteille était neuve et complètement fermée, assure-t-il, se rappelant que sa compagne avait cru reconnaître un parfum d’une "marque connue". Lui se souvient plutôt d’une "substance huileuse", ne sentant pas le parfum.

"Je me souviens qu’elle l’a pulvérisé sur ses poignets", avant de se trouver mal quinze minutes plus tard, poursuit-il. Le couple avait alors été hospitalisé. Dawn Sturgess est décédée le 8 juillet des suites de son empoisonnement, Charlie Rowley est ressorti le 20 juillet. "Je me se sens très triste de ce qui lui est arrivé, c'est affreux et traumatisant. J'étais encore sous traitement quand on m'a annoncé sa mort. Je ne pense pas que je m'en remettrai", a-t-il ajouté.

Lire aussi

Cet empoisonnement à l’agent innervant Novitchok avait relancé l’affaire Skripal, à la base d’une grave crise démocratique entre Londres et Moscou depuis le mois de mars. Charlie Rowley se rappelle avoir trouvé la bouteille à Salisbury, la localité où l’ex espion russe et sa fille avaient été attaqués.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Allemagne : "Ne permettons pas que la pandémie divise aussi notre société", déclare Frank-Walter Steinmeier

Un rassemblement devant le ministère de la Santé pour dénoncer les suicides de cinq internes en médecine

Une troisième dose de Pfizer "probablement" nécessaire : la mise au point de Gérald Kierzek

VIDÉO - "The Voice" : Jim Bauer a mis K.O. les coachs avec une audacieuse reprise de "Tata Yoyo"

L'image de la cérémonie : la reine Elizabeth II se recueille devant le cercueil de son mari Philip

Lire et commenter