Empoisonnement d'un ex-espion russe en Angleterre : la mise en garde de Moscou à l'égard de Theresa May

Empoisonnement d'un ex-espion russe en Angleterre : la mise en garde de Moscou à l'égard de Theresa May

International
DIPLOMATIE - L'ambassade de Russie à Londres a accusé lundi le gouvernement britannique de jouer un "jeu très dangereux" dans sa manière de mener l'enquête sur l'empoisonnement de Sergueï Skripal, un ex-agent double russe. Des propos qui interviennent peu avant un discours très attendu de la Première ministre.

Comme un air de guerre froide entre Moscou et Londres. Dix jours après la tentative d’empoisonnement sur un ancien agent double russe, Theresa May devait s’exprimer publiquement ce lundi devant les députés britanniques. Quelle tonalité adoptera la Première ministre ? Selon des médias, elle pourrait désigner un responsable et annoncer des mesures de rétorsion. Un bras de fer qui ne semble guère effrayer Moscou.


L'ambassade de Russie à Londres a en effet critiqué le gouvernement britannique dans sa manière de mener l'enquête sur l'empoisonnement de Sergueï Skripal et de sa fille. "La politique actuelle menée par le gouvernement britannique envers la Russie constitue un jeu très dangereux avec l'opinion publique britannique", a déclaré le porte-parole de l'ambassade. Avant d’ajouter : "Cela envoie l'enquête sur une piste politique inutile, et porte le risque de graves conséquences à long terme pour nos relations" bilatérales." Le président russe Vladimir Poutine a également réagi, conseillant à Londres de "tirer les choses au clair" avant toute discussion à ce sujet avec Moscou.

En vidéo

Ex-espion russe: un pub et un restaurant de Salisbury contaminés

Des mesures de rétorsion contre Moscou ?

Malgré ces mises en garde, Theresa May devrait – sauf surprise – durcir le ton. Dans la matinée, la cheffe du gouvernement a réuni ses principaux ministres ainsi que des responsables de la défense et des services secrets pour faire le point sur l'enquête. Elle pourrait désormais annoncer des mesures de rétorsion contre Moscou, telles que l'expulsion de diplomates, la révocation de visas ou encore un boycott diplomatique de la Coupe du monde de football en Russie. Les journaux britanniques se perdaient aussi en conjectures sur une possible condamnation commune d'alliés du Royaume-Uni, comme la France et l'Allemagne.


Une réaction diplomatique à un scénario digne d'un film d'espionnage. Le 4 mars, Sergueï Skripal, 66 ans, et sa fille Youlia, 33 ans, ont été découverts empoisonnés sur un banc de la petite ville de Salisbury, en Angleterre. Ils sont dans un état "critique mais stable, en soins intensifs", tandis qu'un policier, également victime de l'agent innervant, est "conscient" et se trouve "dans un état grave mais stable". C'est une enquête "complexe", a souligné dimanche le chef de la police de Wiltshire. De nombreux mystères demeurent : comment et où Sergueï Skripal et sa fille ont-ils été empoisonnés ? Ont-ils été suivis ? Et comment le policier a-t-il été lui aussi empoisonné ?

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Ex-espion russe empoisonné : une affaire au parfum de guerre froide

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter