En 2016, les 1% les plus riches possèderont la moitié de la fortune mondiale

International
INÉGALITÉS – Les riches n'ont jamais été aussi riches. Selon une étude publiée ce lundi par l'organisation humanitaire Oxfam, 1% des personnes les plus riches de la planète détiendra plus de la moitié des richesses mondiales l'année prochaine.

Les inégalités entre les riches et les pauvres ne cessent de s'accroître. L'année prochaine, un cap sera même franchi. En 2016, 1% des personnes les plus riches de la planète possèdera plus que les 99% restants de la population mondiale.

De 2009 à 2016, le gouffre s'est élargi

C'est l'organisation caritative Oxfam qui révèle ce lundi cette étude. Intitulée "Insatiable richesse, toujours plus pour ceux qui ont déjà tout", elle a été publiée en marge du Forum économique mondial de Davos qui débutera mercredi.

A LIRE AUSSI >> Publicité controversée : Scarlett Johansson quitte Oxfam

Sans surprise, les richesses mondiales se concentrent de plus en plus aux mains "d'une petite élite fortunée". La part du patrimoine mondial détenue par les 1% les plus riches est passée de 44% en 2009 à 48% en 2014 et dépassera les 50% en 2016. A titre d'exemple, les individus les plus riches possédaient en moyenne l'année dernière 2,3 millions d'euros chacun. Alors que 80% de la planète ne se partagent que 5,5% de l'ensemble des richesses.

Réécrire les règles fiscales

L'organisation non-gouvernementale, dont la directrice générale Winnie Byanyima va coprésider le Forum de Davos, appelle les Etats à adopter des mesures pour lutter contre les inégalités. Comme mettre un frein à l'évasion fiscale des entreprises et des grandes fortunes, investir dans la gratuité des services publics ou encore instaurer un salaire minimum. Une solution que ne désapprouverait pas Thomas Piketty , économiste des inégalités, et dont l'ouvrage "Le Capital au XXIe siècle" connaît un succès fulgurant aux Etats-Unis.

A LIRE AUSSI >> Pourquoi le forum de Davos n'intéresse personne

Elle souhaite que cette 45ème édition réécrive "les règles fiscales internationales". Si plus de 300 dirigeants politiques de premier plan, dont la chancelière allemande Angela Merkel, le président François Hollande, le chef du gouvernement italien Matteo Renzi ou le secrétaire d'Etat américain John Kerry, y sont attendus, pas sûr que ce sujet soit au programme.

A LIRE AUSSI
>> 6.500 euros, le salaire de la richesse
>> Top 10 : qui sont les plus grandes fortunes de France ?

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter