En Centrafrique, des soldats français accusés de sévices physiques

International
ARMÉE - Une procédure disciplinaire a été engagée à l'encontre de cinq soldats français, accusés de sévices physiques sur deux Centrafricains.

Le ministère français de la Défense a annoncé ce samedi 4 juin qu'une procédure disciplinaire a été engagée à l'encontre de cinq soldats français, dont un officier, accusés de sévices physiques sur deux Centrafricains.

"Au vu de la gravité des faits, des mesures de suspension ont été prononcées à l’égard de cinq militaires, auteurs de violences ou responsables hiérarchiques ayant assisté et laissé faire ces violences", a indiqué le ministère. "Simultanément, a été engagée une procédure disciplinaire (...) préalable à toute éviction de l’institution", a-t-il ajouté.

"Aucune connotation sexuelle"

Auparavant, le quotidien régional Ouest-France précisait que "c’est l’actuel chef de corps du régiment manceau (il ne commandait pas l’unité lors des faits) qui a alerté, le 28 avril dernier, le chef d’état-major de l’armée de terre (CEMAT), le général Bosser. Il suspectait plusieurs de ses subordonnés d’avoir commis des sévices physiques graves, à Bangui, dans un poste au PK 12 (point kilométrique), dans les premiers mois de 2014."

Le ministère a de suite été prévenu de cette affaire. "Aucune connotation sexuelle dans cette pitoyable affaire", assure l’entourage du ministre de la Défense. L'instruction devra maintenant déterminer les responsabilités des soldats, qui pourraient être poursuivis pour "tentatives d'homicides", selon une source citée par Ouest-France.

A LIRE AUSSI
>>  Des soldats français accusés d'avoir forcé de jeunes Centrafricaines à de la zoophilie
>> 
Centrafrique : des soldats à nouveau accusés d'abus sexuels sur mineurs
>> 
Soupçons de viols en Centrafrique : où en sont les affaires en cours

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter