Fusillades aux États-Unis : Walmart retire la publicité pour les jeux vidéo violents, mais continue de vendre des armes

International
USA - Alors que deux fusillades sont survenues récemment dans des magasins Walmart, la firme américaine a décidé de ne plus autoriser la publicité de produits au contenu violent. Les armes à feu, elles, sont toujours en vente.

Une décision pour le moins surprenante. Malgré deux fusillades survenues dans ses rayons en seulement quelques jours, le géant américain des supermarchés Walmart n'a pas l'intention d'arrêter la vente des armes à feu et munitions. Loin de là. "Il n'y a pas de changement de stratégie" concernant le commerce des armes à feu dans les enseignes du groupe selon Randy Hargrove, porte-parole de Walmart. 


En revanche, la chaîne a semble-t-il suivi les recommandations de Donald Trump concernant les jeux vidéo. Résultat : la firme américaine a annoncé vouloir retirer toute publicité vis-à-vis des produits vidéo mais aussi de films et de vidéos de chasse comportant des scènes de violence, comme le montre cette note interne relayée sur Twitter.

Aucune étude n'établit de lien entre jeux vidéo et comportements violents

À  El Paso au Texas, tout près de la frontière mexicaine, un homme armé d'un fusil d'assaut a ouvert le feu samedi 2 août aux abords et dans un magasin de la chaîne, faisant au total 20 morts. Quatre jours plus tôt, à Southaven dans le Mississippi, un salarié du groupe a tué deux de ses collèges sur leur lieu de travail.


Au lendemain des fusillades d'El Paso et de Dayton(Ohio), Donald Trump avait déclaré : "Nous devons arrêter la glorification de la violence dans notre société, ce qui inclut les jeux vidéo sinistres et atroces." Le président américain estime qu'il est "trop facile aujourd'hui pour les jeunes en difficulté de s'entourer d'une culture célébrant la violence". Pourtant aucune étude n'a établi de lien entre le goût pour ces jeux et comportements violents. 


En outre, le président américain a réitéré vendredi son soutien à la détention d'armes à feu après un entretien avec la National Rifle Association (NRA), le lobby pro-armes. 

Donald Trump s'est érigé en "plus grand défenseur" du Second amendement, qui autorise le port d'armes, tout en appelant à un débat sur la manière d'éviter que des personnes "mentalement dérangées" puisse avoir accès à ces armes. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter