Le serial killer japonais tuait ses victimes le jour où il les rencontrait avant de les dépecer

DirectLCI
SERIAL KILLER - Au lendemain de l'arrestation d'un homme, à Zama, chez qui la police japonaise a retrouvé neuf corps mutilés et décapités, le suspect a livré des détails sur les circonstances de ses crimes. Il a notamment précisé qu'il tuait ses victimes "le jour même" de leur première rencontre. Détails.

Le Japon est abasourdi. Le pays, qui jouit d'un taux de criminalité extrêmement bas, a été le théâtre d'un fait divers particulièrement sordide, dont les détails se précisent depuis mardi et la découverte de neuf cadavres dépecés dans un appartement de Zama, près de Tokyo. Arrêté chez lui par la police japonaise, le suspect de 27 ans était toujours interrogé mercredi. Il a notamment déclaré avoir tué toutes les victimes sur une période de deux mois, rapportent ce mercredi les médias locaux, citant des sources proches de l'enquête. Il a également précisé qu'il prenait contact avec ses futures victimes via le réseau social Twitter, puis qu'il les tuait "le jour même" de leur première rencontre. Selon ses dires, quatre d'entre elles étaient encore adolescentes, quatre autres âgées d'une vingtaine d'années, tandis que la neuvième approchait la trentaine. Selon le quotidien Mainichi Shimbun, l'homme leur proposait de les aider à concrétiser leurs intentions suicidaires. 


Ce dernier a par ailleurs reconnu avoir arraché la chair des corps pour la jeter aux ordures, puis répandu de la litière pour chat sur les restes afin de tenter de dissimuler les preuves. Des têtes coupées ont aussi été retrouvées dans des glacières. Au total, quelque 240 morceaux d'os, appartenant à huit femmes et un homme, ont été découverts, a écrit le quotidien Tokyo Shimbun.

Les images de la "maison de l'horreur"

Les images de la "maison de l'horreur", située une zone résidentielle ordinaire au sud-ouest de la capitale nippone, se sont invitées en Une des médias japonais. Le suspect, qui y a commis tous ses crimes, s'était installé dans une dépendance à l'étage le 22 août dernier, selon le Mainichi Shimbun. La police japonaise a remonté sa trace alors qu'elle enquêtait sur la disparition inquiétante d'une femme de 23 ans, qui avait notamment sollicité sur Twitter de l'aide pour mourir. Une caméra de surveillance l'avait montrée lundi en compagnie de l'homme de l'appartement à Zama, selon la chaîne publique NHK. Lorsque les enquêteurs lui ont demandé où se trouvait la jeune femme, ce dernier a simplement répondu "dans la glacière", en la montrant du doigt, relate le quotidien Yomiuri Shimbun.


La police estime pour le moment que le suspect a agi seul mais ses motifs ne sont pas clairs et les enquêteurs se demandent comment il lui a été possible de tuer une personne par semaine sans que l'attention de ses voisins ne soit attirée par des altercations ou des cris, note le Tokyo Shimbun. Pour l'heure, il a été mis en examen pour avoir découpé un seul corps, les enquêteurs rassemblant encore des preuves pour établir formellement sa responsabilité dans les neuf meurtres qu'il a reconnus.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter