EN DIRECT - Affaire Epstein : l'homme d'affaire accusé de trafic sexuel avait signé un testament deux jours avant sa mort

International

Toute L'info sur

Jeffrey Epstein, le milliardaire qui exploitait sexuellement des mineures

ENQUETE - Retrouvé pendu dans sa cellule, samedi 10 août, Jeffrey Epstein enterrera-t-il ses secrets avec lui ? La mort du milliardaire, inculpé pour l'exploitation sexuelle de dizaines de jeunes filles, secoue les États-Unis. Une affaire qui a aussi de grandes répercussions à l'international. Suivez les dernières informations.
Live

TESTAMENT


Deux jours avant de se suicider, Jeffrey Epstein a paraphé un testament confiant tous ses biens -chiffrés à 577 millions de dollars  (environ 520 millions d'euros) - au "Trust 1953", aux bénéficiaires inconnus, selon le New York Post citant des documents judiciaires.


Une telle méthode est classique pour protéger la confidentialité des bénéficiaires, selon un avocat cité par le New York Post.  Aucun bénéficiaire n'est donc nommé dans le testament, qui identifie uniquement les personnes chargées de l'exécuter.

PRISON 


Dans le sillage de l'affaire Epstein et plus précisément du suicide de l'homme d'affaires, Hugh Hurwitz, le directeur de l'administration pénitentiaire fédérale américaine a été remplacé, annonce le ministre de la Justice, William Barr. 


Il s'agit de la dernière retombée en date de la vive controverse suscitée par la mort de M. Epstein, qui s'est pendu en détention alors qu'il était supposé être sous étroite surveillance. 


Des responsables pénitentiaires cités dans la presse ont affirmé que les surveillants avaient dormi environ trois heures, alors qu'ils étaient censés effectuer des rondes toutes les demi-heures. Le directeur de la prison fédérale de Manhattan avait été muté à titre temporaire et deux des employés suspendus.

PRINCE ANDREW


Le prince Andrew, le frère cadet du prince Charles, s'est dit "consterné" par les accusations d'abus sexuels dans le cadre de l'affaire Jeffrey Epstein, après la diffusion d'une vidéo qui le montrerait en 2010 au domicile du financier poursuivi pour viols sur mineures et trouvé mort en prison le 10 août à New York. "Son Altesse Royale déplore l'exploitation de tout être humain et laisser entendre qu'il pourrait cautionner, participer ou soutenir de telles pratiques est abominable," a indiqué le palais de Buckingham dans un communiqué repris par l'agence de presse locale Press Association. 


Jeffrey Epstein, dont l'entourage a compté un temps Bill Clinton, Donald Trump ou encore le prince Andrew , sollicitait très régulièrement des "massages" qui, selon l'enquête américaine, pouvaient tourner aux rapports sexuels forcés. Virginia Giuffre, une des victimes présumées, a déclaré en 2016 avoir eu des relations sexuelles avec le prince alors qu'elle était mineure.


Le Daily Mail a publié une vidéo qui montrerait le prince, fils de la reine Elizabeth II, en train de saluer une femme quittant le domicile d'Epstein à New York en 2010.

AUTOPSIE

 

Martin G. Weinberg, Reid Weingarten et Michael Miller, les avocats de Jeffrey Epstein, contestent les conclusions de la médecin légiste qui a autopsié le corps du milliardaire, indique le New York Times (article en anglais). Ils prévoient de conduire leur propre enquête.

NOUVELLE PLAINTE AU CIVIL


Une nouvelle plainte au civil a été déposée contre les héritiers du Jeffrey Epstein et ses complices présumés par deux femmes dont il aurait abusé il y a une quinzaine d'années. Elles réclament dorénavant 100 millions de dollars de dommages-intérêts.


Déposée au tribunal fédéral de Manhattan, la plainte n'identifie pas les deux victimes supposées ni les quelque 10 femmes également assignées pour avoir possiblement aidé le financier. Lisa Bloom, l'avocate des plaignantes, a indiqué dans un communiqué qu'elles avaient alors 18 et 20 ans au moment des faits. Les deux femmes, qui travaillaient alors comme hôtesses dans un restaurant de Manhattan en juin 2004, auraient été approchées par une "rabatteuse" qui leur aurait proposé plusieurs centaines de dollars en échange de massages au domicile de Jeffrey Epstein. Elles auraient alors été agressées sexuellement par l'homme d'affaires. 

Urgent

PENDAISON


Les résultats de l'autopsie de Jeffrey Epstein, retrouvé mort dans sa cellule de prison à Manhattan samedi dernier, ont confirmé que l'homme d'affaires s'était suicidé par pendaison, ont indiqué vendredi plusieurs médias américains, citant le rapport du médecin légiste.


Des responsables anonymes cités par le New York Times ont indiqué qu'il aurait apparemment utilisé ses draps pour se donner la mort. 

SA COMPLICE PRÉSUMÉE À LOS ANGELES ?


Elle avait disparu des écrans radars depuis plus de trois ans. Ghislaine Maxwell, amie de toujours de Jeffrey Epstein, aurait été retrouvée à la terrasse d'un fast-food à Los Angeles par le New York Post.  La cinquantenaire, accusée d’avoir contribué au trafic sexuel dirigé par le financier américain, a été prise plusieurs fois en photo par le quotidien new-yorkais. Une fois repérée, elle se serait exclamée : "Eh bien je suppose que c'est la dernière fois que je mange ici!" Ghislaine Maxwell a nié a plusieurs reprises les accusations formulées contre elle.

AUTOPSIE 


L'autopsie d'Epstein a été pratiquée et selon le Washington Post, le corps du financier américain portait des traces de fractures à la nuque. C'est l'os hyoïde qui a été brisé. Le journal explique qu'une fracture comme celle-ci peut être détectée dans les cas de suicide par pendaison. 


Cependant, selon les experts médico-légaux interrogés par le WashPo, ce type de blessure est très fréquent chez les victimes de strangulation. De quoi raviver les questionnements entourant la mort du financier. 

PLAINTE 


Une jeune femme, Jennifer Araoz, affirme avoir été une victime d'Epstein alors qu'elle n'était qu'une adolescente, précise qu'elle a engagé une action en justice contre Ghislaine Maxwell, le bras droit d'Epstein ainsi que contre ses héritiers présumés.


La jeune femme raconte avoir eu plusieurs rapports avec l'homme d'affaires et qu'il l'aurait violée en 2002, selon la plainte. Elle affirme également que Maxwell l'aidait à recruter les jeunes filles pour constituer son réseau, selon l'agence AP

RÉACTION DE DONALD TRUMP 


Interrogé par des journalistes Donald Trump a impliqué, une nouvelle fois, les Clinton dans cette affaire et incité les enquêteurs à se pencher sur la relation entre l'ancien président américain et l'homme d'affaires. 

TÉMOIGNAGE


Dans une interview au DailyMail, Sky Roberts, le père de Virginia Giuffre, l'une des victimes présumées d'Epstein, estime que "le monde est meilleur sans Epstein" et que l'autre personne à blâmer pour cette affaire, est Ghislaine Maxwell. "Elle était la seule à aller dans les club pour recruter ces jeunes filles. Les autorités doivent la traquer et la traduire en justice. Elle sait tout, et elle est la clé de cette affaire", dit-il. 


"On ne sait pas où elle est, mais elle est impliquée", a-t-il déclaré, au lendemain des révélations du journal concernant des clichés sur lesquels on peur voir sa fille Virginia, en compagnie de Ghislaine Maxwell et du Prince Andrew, le fils de la Reine Elizabeth, connu pour avoir été un ami d'Epstein. 

SURVEILLANCE EN PRISON 


Selon le New York Times, les personnes chargées de surveiller Epstein, dans sa cellule, étaient endormis au moment des faits. Selon le journal, le milliardaire aurait donc été laissé sans surveillance durant trois heures. Il apparaît également qu'ils ont falsifié les registres de surveillance. Les deux hommes ont été suspendus.

UN JOURNALISTE TÉMOIGNE


James B. Stewart , un journaliste du New York Times, raconte dans ce dernier sa visite chez le milliardaire Jeffrey Epstein à l'été 2018. Le milliardaire lui parlait de sa proximité avec des personnalités riches et puissantes :  "Ma première pensée, c'était que beaucoup de personnes importantes devaient pousser des soupirs de soulagement car, quoi que sache M. Epstein, il l'a emporté avec lui", explique le journaliste. Le milliardaire aurait déclaré à James B.Stewart que criminaliser les rapports sexuels avec des adolescentes était une aberration culturelle.

LE DIRECTEUR DE LA PRISON MUTÉ


Le directeur de la prison fédérale de Manhattan où le financier Jeffrey Epstein a été retrouvé mort a été muté à titre temporaire. Deux des employés ont par ailleurs été suspendus et ce jusqu'aux conclusions de l'enquête, a annoncé mardi le ministère américain de la Justice. Des mesures supplémentaires pourraient être prises, a ajouté dans un communiqué la porte-parole du ministère, Kerri Kupec. Le ministre William Barr avait dénoncé la veille les carences "pour sécuriser de manière adéquate" la prison où était détenu depuis début juillet Jeffrey Epstein, accusé d'agressions sexuelles sur mineures.

TRUMP


Son retweet de l'acteur Terrence K. Williams, qui affirmait que Bill Clinton aurait eu tout intérêt à faire disparaître Jeffrey Epstein, a fait bondir nombre d'acteurs du dossier. Mais le président Trump n'a, comme d'habitude, rien trouvé à redire quant au fait de relayer ces déclarations complotistes, a relevé le reporter de CNN Daniel Dale. "C'est une figure conservatrice hautement respectée. C'était un retweet. Ce n'était pas de moi, ça venait de lui. Mais c'est un homme avec un demi-million d'abonnés. Beaucoup d'abonnés. Et il est respecté. [...] Ce retweet, qui était ce qu'il était - c'était un retweet - venait de quelqu'un qui est très respecté. Donc je pense qu'il n'y a pas de problème."

PRINCE ANDREW 


Selon le DailyMirror, plusieurs députés travaillistes ont demandé une enquête sur les liens qui unissaient le Prince Andrew et Jeffrey Epstein. Parmi eux, Jess Philips : "on parle de trafic d'enfants". Un autre député travailliste, Lloyd Russell-Moyle a estimé quant à lui que le prince Andrew devait répondre de ces accusations : "Il a été accusé par un témoin crédible d'avoir utilisé cette jeune femme comme esclave sexuelle'. 

DANS LA TOURMENTE 


Dans la foulée de ce qui apparaît comme un suicide, les amis d'Epstein se retrouvent sous le feu des projecteurs. Depuis son inculpation début juillet, les noms de plusieurs de ses puissants amis ont émergé dans les documents judiciaires et les médias. Aucun d'entre eux n'a été inculpé mais ils risquent désormais de se retrouver au cœur de l'enquête que le procureur fédéral de Manhattan a promis de continuer. 


Parmi ces puissantes personnes, Ghistaine Maxwell, décrite comme la "meilleure amie" d'Epstein. Divers témoignages l'accusent d'avoir activement recruté de jeunes adolescentes afin de satisfaire son appétit sexuel apparemment insatiable et d'avoir participé aux abus. Ce qu'elle nie. 


Autre personne impliquée, l'homme d'affaires français Jean-Luc Brunel, patron de l'agence de mannequins MC2. Virginia Giuffre affirme avoir été forcée d'avoir des relations sexuelles avec lui et qu'il aurait mis en relation le financier avec des mineures.  


Le Prince Andrew, deuxième fils de la reine Elizabeth II revient souvent comme ayant été un ami de Jeffrey Epstein. L'une des victimes présumées, Virginia Giuffre accuse Ghislaine Maxwell de l'avoir forcée à avoir des relations sexuelles avec lui, tandis qu'une autre femme l'a accusé de comportement indécent. Le palais de Buckingham a démenti à plusieurs reprises tout comportement inapproprié.

PRISON 


Parmi ces irrégularités, le New York Times révèle que l'un des surveillants n'était même pas un agent de surveillance à part entière. Cette prison est actuellement en pénurie de personnel ainsi, les agents employés doivent effectuer des temps de travail, extrêmement longs. 


L'un des gardes travaillait pour la cinquième fois consécutive et "l'autre travaillait sous le régime des heures supplémentaires obligatoires", a expliqué à Associated Press, une personne proche du dossier. 

PRISON


Le ministre américain de la Justice William Barr a dénoncé lundi "de graves irrégularités" à la prison fédérale où a été retrouvé mort, Jeffrey Epstein.

Suicide de Jeffrey Epstein : de "graves irrégularités" dans la surveillance pénitentiaire du milliardaire confirmées

Suicide de Jeffrey Epstein : de "graves irrégularités" dans la surveillance pénitentiaire du milliardaire confirmées

PERQUISITIONS 


Ce mardi 13 août, le FBI a donc mené des investigations dans la résidence d'Epstein, sur son île privée des Caraïbes, Little Saint James. Des perquisitions décidées par le bureau du procureur de New York, indique The Guardian.


>> L'île Little Saint James 

AUTOPSIE 


L'autopsie du corps de Jeffrey Epstein a été réalisée mais les résultats ne sont pas encore connus. Ceux-ci devraient être révélés sous peu, selon les médias américains. 

COLÈRE 


Selon le site américain, Business Insider, les agents du FBI sont furieux après Donald Trump.  Ce dernier a retweeté à ses 63 millions d'abonnés de Twitter une théorie du complot sans fondement suggérant que l'ancien président Bill Clinton était impliqué dans la mort de Jeffrey Epstein.


 Selon un agent interrogé par la publication, l'affaire Epstein a été "surchargée" dès le départ. "La dernière chose dont les enquêteurs ont besoin, c'est d'un président qui souffle sur les braises des théories complotistes, sans fondement". Un autre explique que repayer des théories du complot complique la tâche des agents du Bureau fédéral d'Investigation dans la lutte contre l’extrémisme. Ces théories sont devenues une menace pour la sécurité intérieure et augmentent les risques de passages à l'acte. 

EN FRANCE 


Ce lundi, Marlène Schianna et Adrien Taquet ont réclamé des investigations sur les liens entre Epstein et la France. Nicole Belloubet avait publié, dans la foulée, un communiqué expliquant que "les poursuites ne sont pas des décisions du gouvernement. Depuis 2013, les instructions individuelles sont prohibées, conformément au principe d’indépendance de l’autorité judiciaire". Une déclaration qui avait été vue par certains, comme un recadrage. 


Ce mardi 13 août, Marlène Schiappa dément un "désaccord" avec la Garde des sceaux. 

MINISTÈRE AMÉRICAIN DE LA JUSTICE 


Ce lundi 12 août, le ministre américain de la justice, William Barr, a dénoncé "de graves irrégularités" à la prison fédérale où a été retrouvé Jeffrey Epstein. Il a assuré que la justice poursuivrait ses éventuels complices.


M. Barr, qui avait annoncé dès samedi l'ouverture de deux enquêtes sur ce drame, s'est dit "consterné" et "franchement en colère" en apprenant les carences "pour sécuriser de manière adéquate" la prison fédérale de Manhattan où était détenu Jeffrey Epstein depuis début juillet, lors d'une conférence à la Nouvelle Orléans. "Je vous assure que l'enquête va continuer, visant quiconque complice d'Epstein", a-t-il ajouté. 


Plusieurs médias avaient indiqué  que le financier, parmi les détenus les plus en vue du pays, avait été laissé seul dans sa cellule alors qu'ils étaient censés être toujours deux, et que les rondes prévues toutes les 30 minutes n'avaient pas été respectées.


Le financier, qui avait été retrouvé blessé le 23 juillet après apparemment une première tentative de suicide, ne bénéficiait par ailleurs plus de surveillance renforcée anti-suicide depuis le 29 juillet.  

DES VICTIMES FRANÇAISES ?


En raison de ses liens, notamment immobiliers avec la France, Jeffrey Epstein a-t-il des victimes en France ? Nos explications.

Affaire Jeffrey Epstein : y a-t-il des victimes en France ?

Affaire Jeffrey Epstein : y a-t-il des victimes en France ?

PERQUISITIONS 


Ce lundi 12 août, le FBI a opéré des perquisition dans la résidence d'Epstein sur l'île de Little St. James, dans les îles Vierges, que le riche homme d'affaires aurait acquise dans les années 1990. Cette île est surnommé "l'île de la pédophilie" par de nombreux médias. 

LES FAITS 


- Jeffrey Epstein a été retrouvé mort, dans sa cellule, le 10 août dernier. L'homme avait été arrêté à sa descente d'avion et était accusé d'exploitation sexuelle de dizaines de jeunes filles mineures, dans ses différentes résidences privées. Il encourait 45 ans de prison.


- Dans la nuit de lundi à mardi 13 août, le FBI a effectué une perquisition sur une petite île américaine des Caraïbes appartenant au financier Jeffrey Epstein. Cette île était surnommé "l'île de la pédophilie". 


- L'affaire "passionne" l'Amérique autant qu'elle interroge : comment cet homme qui avait déjà fait une tentative de suicide, fin juillet, a-t-il pu mettre fin à ses jours ? L'autopsie du corps pratiqué en ce début de semaine, a attesté que le magnat de la finance s'était bien suicidé par pendaison.


- Cette affaire alimente toutes sortes de théories du complot. Nous vous expliquons pourquoi. 

 

- Les secrétaires d'Etat Marlène Schiappa (Egalité femmes/hommes) et Adrien Taquet (Protection de l'enfance) ont réclamé, ce lundi que des investigations soient lancées sur les liens entre ce puissant homme d'affaires et la France.


- Le ministre américain de la Justice et le procureur fédéral de Manhattan ont promis, malgré sa disparition, de poursuivre l'enquête sur les multiples agressions sexuelles commises par Epstein et de traquer ses éventuels complices.  


- Cette affaire a ébranlé l'administration Trump. Le secrétaire américain au Travail Alexander Acosta a fini par démissionner, vendredi 12 juillet. Alors qu'il était procureur, il avait eu à gérer le dossier juridique de Jeffrey Epstein. 

BIENVENUE


Bonjour à toutes et à tous, bienvenue dans ce direct consacré aux développements autour de l'affaire Epstein. Une affaire qui n'en finit plus de faire parler depuis la mort du milliardaire, samedi 10 août, dans sa cellule de la prison de New York, où il était incarcéré depuis son inculpation, un mois plus tôt, pour l'exploitation sexuelle de dizaines de jeunes filles mineures dans ses résidences privées. 

Un séisme national, et même planétaire. Le "suicide apparent", tel que l’a qualifié l’administration pénitentiaire américaine, de Jeffrey Epstein a déclenché une tempête judiciaire et politique aux Etats-Unis. Et l'onde de choc atteint la France, où les secrétaires d’Etat Marlène Schiappa et Adrien Taquet ont réclamé l’ouverture d’une enquête. 


Retrouvé pendu samedi 10 août dans sa cellule de la prison de New-York - censée être hautement surveillée - où il était incarcéré depuis son inculpation, le 8 juillet dernier, pour l'exploitation sexuelle de dizaines de jeunes filles mineures - certaines âgées de 14 ans - qu'il faisait venir pour les violer, le milliardaire a emporté avec lui ses méfaits et une partie de ses secrets. De quoi susciter alimenter les spéculations, les théories du complet et l’inquiétude des victimes, qui craignent de ne jamais accéder à la vérité de cette affaire tentaculaire. 

Devant l'indignation suscitée par ce décès, et notamment les manquements dans la surveillance de Jeffrey Epstein, le FBI a ouvert une enquête. Et le ministère de la Justice promet quant à lui de traquer et poursuivre les complices de ce membre éminent de la jet-set. 


Suivez les dernières informations autour de cette affaire inédite dans le live ci-dessous : 

Retrouvez nos articles sur l’affaire Epstein en cliquant ici

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter