EN DIRECT - Aquarius : la France accueillera 18 des 58 migrants présents à bord du navire humanitaire

International
DirectLCI
AQUARIUS - Un accord a été trouvé ce mardi après que l'ONG SOS Méditerranée a demandé à la France de pouvoir accoster "à titre exceptionnel" dans le port de Marseille pour débarquer 58 migrants secourus dans la Méditerranée. La France en accueillera 18. Suivez les dernières informations sur la situation.
Live

MACRON


Depuis New York, où il participait à l'Assemblée générale de l'ONU, le Président français a justifié l'attitude de la France. "Je suis conscient des tensions qui existent dans notre pays" sur la question des migrants. "J'ai conscience parfois de donner le sentiment de ne pas céder à des bons sentiments faciles" mais "si je suivais cette voie, elle nourrirait les extrêmes xénophobes dans notre pays et elle ne réglerait pas durablement la situation", a-t-il ajouté.

MARSEILLE


L’OFPRA, l'agence française pour les réfugiés, "sera dès demain sur place à Malte", précise Matignon. "Le navire Aquarius, qui n’a plus de pavillon, se rendra ensuite à Marseille".

ACCORD


La France accueillera 18 des migrants, l'Allemagne et l'Espagne 15 chacune et le Portugal 10 comme déjà annoncé par Lisbonne, a précisé une source gouvernementale française à l'AFP.

Urgent

ACCUEIL


Les 58 migrants présents à bord du navire humanitaire vont finalement pouvoir débarquer à Malte, annonce le gouvernement maltais. Ils seront transférés à bord d'un navire de patrouille dans les eaux internationales, puis accueillis dans quatre autres pays européens.

OFFICIEL


Dans son communiqué, le gouvernement portugais se dit prêt à accueillir 10 des 58 migrants présents sur l'Aquarius.

UNE ISSUE ?


Le Portugal annonce un accord avec la France et l'Espagne pour l'accueil des migrants de l'Aquarius. La décision d'accueillir ces dix personnes a été prise "de façon solidaire et concertée avec l'Espagne et la France", a indiqué le ministère de l'Intérieur portugais dans un communiqué, sans préciser où ces migrants pourraient être débarqués.

FOCUS


Le bateau humanitaire souhaite accoster à Marseille, "le seul port envisageable pour qu'il puisse repartir". On vous explique pourquoi

VIDEO - Aquarius : pourquoi le navire veut retourner à Marseille

VIDEO - Aquarius : pourquoi le navire veut retourner à Marseille
Live

La France suggère que l'Aquarius débarque à Malte, a fait savoir l'Elysée. 

À MARSEILLE


Selon La Provence, le maire de Marseille, Jean-Claude Gaudin, a indiqué que l'accueil de l'Aquarius ne "le gênerait pas". "Vous connaissez ma tradition et celle de Marseille. Nous voulons une ville de générosité et de fraternité, a indiqué le maire de la cité phocéenne. Nous voulons une ville d'ouverture et d'accueil", a ajouté l'édile.

Ce qui ne manquera pas de soulager Bruno Le Maire qui, ce matin, résumait la position du gouvernement à ce sujet au micro de Jean-Jacques Bourdin : "Pour l'instant, la France dit non".

En attendant, ainsi que l'a dit à RTL l'envoyé de Médecins sans frontière à bord de l'Aquarius, le bateau a cessé sa route vers Marseille, pour porter secours à un bateau en détresse avec 100 migrants à bord.

Et le gouvernement, lui, repousse pour le moment sa décision, renvoyant la responsabilité de l'accueil "au port le plus proche", faisant valoir que, si le gouvernement ouvrait ses portes à l'Aquarius, l'Italie de Matteo Salvini, le pays le plus proche pour accueillir le bateau, obtiendrait gain de cause dans sa politique anti-migrants.

L'opposition de droite et d'extrême droite, en revanche, est nettement moins pressée 

"DEVOIR D'HUMANITÉ"

L'appel a suscité nombre de commentaires dans l'ensemble de la classe politique, l'opposition de gauche encourageant l'exécutif à autoriser le navire à débarquer. 

Ce lundi, le navire avait émis une demande auprès de la France pour débarquer à Marseille, "à titre exceptionnel", les 58 migrants secourus.

Bonjour et bienvenue sur ce direct autour du sort de l'Aquarius, le bateau affrété par SOS Méditerranée pour venir en aide aux migrants naufragés en Mer Méditerranée.

L'Aquarius est en route vers Marseille. L'ONG SOS Méditerranée a déclaré ce lundi 24 septembre lors d'une conférence de presse qu'elle demandait l'autorisation à la France de débarquer dans la cité phocéenne à "titre exceptionnel".  A son bord, se trouvent 58 migrants, parmi lesquels 17 mineurs, dont la plupart a dû faire face à du "travail forcé et non rémunéré" en Libye, selon un communiqué de l'association SOS Méditerranée.


Le directeur des opérations de l'association, Frédéric Penard, a affirmé que Marseille était le seul "port envisageable", après avoir essuyé le refus de l'Italie et de Malte. Le navire a, par ailleurs, appris ce matin que le Panama allait lui retirer son pavillon.


En fin d'après-midi, Matignon a indiqué à l'AFP que la France cherchait "une solution européenne".

"Nous avons du mal à imaginer que la France puisse refuser"

"Nous avons alerté d'autres pays, mais nous avons du mal à imaginer que la France puisse refuser, compte tenu de la situation humanitaire", a déclaré Francis Vallat, le président de l'ONG en France. Sans préjuger de la réponse, il a assuré qu'à aucun moment les autorités "ne nous ont dissuadé de monter vers Marseille".


Il faut "environ quatre jours", depuis la position actuelle du navire, pour gagner Marseille, a indiqué Francis Vallat. Toutefois, Frédéric Penard s'est dit incapable de prévoir "quand le navire arrivera" sur les côtes françaises "parce que les éléments changent", l'Aquarius étant "toujours susceptible d'être mobilisé" pour une opération de sauvetage en mer.

Cette annonce a déclenché les réactions des politiques : Jean-Luc Mélenchon, chef de file des Insoumis et député de Marseille, a estimé qu'il était de "notre devoir et notre honneur" de laisser accoster l'Aquarius. Un avis partagé par Benoit Hamon qui réclame également que la France accorde son pavillon au navire humanitaire. 

 Marine Le Pen a fustigé "les passeurs de l'Aquarius"

En juin, l'Aquarius avait été à l'origine d'une polémique tournant à la crise diplomatique après avoir sollicité l'Italie, puis Malte, après avoir récupéré 630 migrants au large de la Libye. Au terme d'une vive passe d'armes notamment entre la France et l'Italie, l'Espagne avait accepter d'accueillir le navire. 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter