EN DIRECT - Aquarius : le navire avec 141 migrants à bord est arrivé à Malte

International
MÉDITERRANÉE - En juin dernier, l’aventure de l’Aquarius avec des migrants à son bord, interdits de débarquement par l'Italie, avait donné lieu à une véritable épopée vers l'Espagne. Deux mois après, l'histoire s'est répétée pour le navire. Il a fini par trouver un port où accoster ce mardi 14 août dans l'après-midi. "Malte va donner à l'Aquarius la permission d'entrer dans ses ports, même s'il n'a pas l'obligation légale de le faire", a annoncé son Premier ministre. L'Elysée a indiqué en fin d'après-midi que 60 des 141 migrants secourus seraient accueillis en France.

Quatre jours après avoir secouru 141 personnes au large des côtes libyennes vendredi 10 août, l'Aquarius a enfin trouvé un port pour accoster et débarquer les 141 migrants présents à bord.  "Malte va donner à l'Aquarius la permission d'entrer dans ses ports, même s'il n'a pas l'obligation légale de le faire. Toutes les 141 personnes à bord seront réparties entre la France, l'Allemagne, le Luxembourg, le Portugal et l'Espagne", a écrit le Premier ministre maltais Joseph Muscat sur Twitter. Un peu plus tard, l'Elysée a indiqué que 60 de ces migrants seraient accueillis en France.

Live

• L’Aquarius a recueilli 141 migrants au large de la Libye vendredi 10 août, dont la moitié de mineurs et le tiers de femmes, principalement originaires de Somalie et d’Erythrée. 


• La Corse et le port de Sète ont proposé d’accueillir l’équipage de l’Aquarius et les migrants présents à bord. Mais la France doit donner son feu vert.


• Or, l’Elysée a estimé lundi que la France n’était pas la plus à même de proposer un port au navire, ce dernier se trouvant entre Malte et l’Italie. L’hypothèse de proposer à l’Aquarius d’accoster en France a donc été écartée.


• L’Italie, l'Espagne et la Tunisie ont refusé d'accueillir dans un de leurs ports le navire humanitaire affrété par l'ONG SOS Méditerranée.


• C'est finalement Malte qui a accepté d'accueillir l'Aquarius, mais les migrants vont ensuite être dispersés dans 5 pays Européens.

SCÈNES DE LIESSE



Originaires pour la plupart de Somalie et d'Erythrée, les passagers - dont une moitié de mineurs et un tiers de femmes - ont débarqué petit à petit, sous un soleil brûlant après avoir passé un contrôle médical. Ils ont poussé des cris de joie à l'arrivée du navire dans le port de La Valette, selon un journaliste de l'AFP.

 L'AQUARIUS EST BIEN ARRIVÉ A MALTE


Le navire humanitaire est arrivé mercredi après-midi dans le port de La Valette. L'Aquarius, affrété par les ONG SOS Méditerranée et Médecins sans frontières, est entré dans le port autour de 14H00, avec les 141 migrants à son bord.

LES RÉACTIONS EUROPÉENNES


A Bruxelles, le commissaire européen chargé des Migrations, Dimitris Avramopoulos, a confirmé cet accord entre les différents pays concernés, mais a ajouté que l'Union européenne devait trouver une solution à long terme. Il explique ainsi que : "Nous ne pouvons pas nous en remettre seulement à des arrangements au cas par cas, il nous faut des solutions durables. Et ce n'est pas la responsabilité d'un seul ou de quelques-uns seulement de nos Etats membres, mais de l'Union européenne dans son ensemble".


Un avis partagé par le gouvernement Macron. "La décision a été prise une nouvelle fois dans un contexte d'urgence humanitaire, et démontre l'importante d'un mécanisme pérenne et soutenable pour éviter les crises à répétition", peut-on lire dans un communiqué transmis par la présidence Française.


L'ancien eurodéputé écologiste Daniel Cohn-Bendit plaide mercredi 15 aout pour la création d'"une agence européenne des réfugiés, avec un budget conséquent", regrettant que l'Union européenne n'ait à ce jour "pas de stratégie" sur la question de l'accueil des migrants.


L'agence européenne qu'il préconise permettrait d'aiguiller les nouveaux arrivants, explique-t-il, en réclamant aussi l'organisation par l'UE d'"une conférence internationale, sous l'égide des Nations unies, sur le sauvetage en  mer pour réunir les ONG et Frontex (l'agence européenne de gardes frontières,  NDLR), qui ne se parlent pas".

60 MIGRANTS IRONT EN ESPAGNE, 30 AU PORTUGAL

L'Espagne, qui avait accueilli l'Aquarius en juin au moment de sa précédente errance, a fait savoir mardi qu'elle prendrait en charge 60 des 141 migrants secourus vendredi au large de la Libye.


Le Portugal s'est de son côté dit "disponible" pour accueillir 30 des personnes présentes à bord de ce bateau et d'autres embarcations.

LA FRANCE ACCUEILLERA 60 MIGRANTS


L'Elysée a indiqué que la France accueillera 60 personnes parmi les 141 migrants présents à bord de l'Aquarius et les 114 autres arrivés lundi à Malte.


"L’OFPRA [L'Office français de protection des réfugiés et apatrides] sera sur place dans les prochains jours, pour accueillir 60 personnes en besoin de protection" a indiqué l'Elysée dans un communiqué. Cette solution a été trouvée sur une base ad hoc et volontaire, dans un esprit de responsabilité et de solidarité, selon l’approche européenne coopérative que nous avons prônée de façon constante. La solution adoptée est conforme à la coopération européenne, au droit de la mer et aux principes humanitaires."


L'Elysée indique également être à l'initiative de la solution apportée par Malte dans l'après-midi. "A l’initiative de Malte et de la France, plusieurs Etats membres de l’Union européenne - l’Espagne, le Portugal, l’Allemagne et le Luxembourg -  se sont mis d’accord pour permettre le débarquement rapide et sûr des personnes secourues en mer par l’Aquarius et l’exercice d’une solidarité effective pour l’accueil des personnes en besoin de protection" peut-on lire dans le communiqué de la présidence de la République.

MACRON REMERCIE MALTE

L'AQUARIUS À 50 KM DE MALTE


Les dirigeants de l'Aquarius, actuellement en conférence de presse à Paris, ont annoncé que le bateau se trouvait à 50 kilomètres (soit trois heures de navigation) de Malte. Toutefois, le bateau ne prendra pas nécessairement la route pour Malte dans les prochaines heures. Il faut d'abord que sur place tout soit prêt pour l'accueillir.

MALTE LAISSERA ACCOSTER L'AQUARIUS


Le Premier ministre maltais a annoncé que son pays laisserait accoster l'Aquarius et ses 141 migrants après qu'un accord a été trouvé avec plusieurs pays européens pour accueillir les personnes présentes à bord. "Malte va donner à l'Aquarius la permission d'entrer dans ses ports, même s'il n'a pas l'obligation légale de le faire. Toutes les 141 personnes à bord seront réparties entre la France, l'Allemagne, le Luxembourg, le Portugal et l'Espagne" a-t-il écrit sur Twitter.


En conférence de presse, Sophie Beau, directrice de SOS Méditerranée, s'est montré soulagée qu'un accord européen ait été trouvé. "Si le Premier ministre maltais annonce une résolution pour l'Aquarius c'est bien parce qu'il y a un mécanisme européen coordonné."


Frédéric Penard, directeur des opérations de SOS Méditerranée, a ajouté que cette coordination entre plusieurs pays importants de l'Union européenne était un bon signe. Selon lui, il faut que l'Europe comprenne que ce problème qui touche les pays du sud, implique ses 28 Etats membres. 

ESPAGNE


L'Espagne va accueillir 60 des 141 personnes à bord de l'Aquarius dans le cadre d'un accord avec d'autres pays européens. "L'Espagne a coordonné un accord pionnier avec 6 pays pour se répartir l'accueil des personnes de l'Aquarius. (...) L'Espagne accueillera 60 personne" a tweeté Pedro Sanchez, chef du gouvernement espagnol.

POINT PRESSE SOS MÉDITERRANÉE


Ce mardi, l'ONG a adressé des courriers à chacun des chefs de gouvernement de l'Union européenne pour leur demander la mise en place d'une solution rapide des 141 personnes présentes à bord, et pour pouvoir trouver un mécanisme pérenne, prévisible.

POINT PRESSE SOS MÉDITERRANÉE


"Le 10 juin dernier on découvrait la fermeture des ports italiens. Aujourd'hui on sait pertinemment que les ports italiens sont fermés. Cela fait deux mois que nous n'avons cessé d'alerter sur la nécessité de mettre en place des mécanismes ; et deux mois pendant lesquels l'Union européenne n'a pas encore été capable de mettre en place les mécanismes nécessaires pour mettre en place un modèle de sauvetage qui permette de débarquer les personnes dans des conditions satisfaisantes" a déclaré la directrice de SOS Méditerranée Sophie Beau.


"Le conseil européen a déclaré le 29 juin dernier que des efforts allaient être faits dans ce sens, que des négociations s'ouvraient entre les différents pays pour mettre en place un système avec des plateformes de débarquement. Nous appelons de nos voeux la mise en place d'un tel système."

POINT PRESSE SOS MÉDITERRANÉE


Puisque les centres de coordination italien et maltais n'ont pas accepté d'aider l'Aquarius en lui fournissant un port sûr, SOS Méditerranée indique que les centres français, espagnol et grec sont également mobilisés pour trouver le plus rapidement possible un endroit où débarquer les 141 migrants présents à bord du navire.

POINT PRESSE SOS MÉDITERRANÉE


L'ONG SOS Méditerranée tient actuellement un point presse à Paris. Il est possible de le suivre sur son compte Twitter.

LE PORTUGAL PRÊT À AIDER


Le Portugal s'est dit "disponible" pour accueillir une partie des migrants qui se trouvent à bord du navire humanitaire. "Le Portugal est disponible pour accueillir 30 des 244 migrants qui se trouvent à bord de l'Aquarius et des autres embarcations actuellement à Malte" a indiqué le gouvernement portugais dans un communiqué.

"SI J'AVAIS SU"

Nous avons recueilli le témoignage d'un migrant sur l'Aquarius. S'il vait su dans quoi il s'engageait, il affirme qu'il ne se serait pas lancé dans l'aventure. 

LA TUNISIE, LA SOLUTION ?


Plusieurs membres des Républicains et du Rassemblement national ont estimé que la France ne devait pas accueillir l'Aquarius, et ont proposé que la Tunisie ouvre ses ports. 


 "Les Républicains sont favorables à une position de fermeté vis-à-vis de ces situations" car "nous ne pouvons pas créer un nouvel appel d'air", a réagi Gilles Platret, un des porte-parole de LR, sur franceinfo. Accueillir ces migrants "sous le coup de l'émotion ne ferait qu'encourager (cette immigration, NDLR) et faire le jeu des passeurs", a-t-il ajouté, plaidant pour que l'Aquarius, que l'Italie et Malte refusent d'accueillir, se dirige vers les côtes tunisiennes.


Sur LCI, Jordan Bardella, porte-parole du Rassemblement national, a estimé : "Nous n'avons pas les moyens" de les accueillir, et "si on applique le droit de la mer, c'est aux ports tunisiens" de le faire.

"SETE NE SERAIT PAS SETE"


Le maire de Sète, Jean-Claude Gayssot, qui a proposé d'accueillir l'Aquarius dans son port, a déclaré sur LCI qu'il ne souhaitait pas se mêler au débat politique mais qu'il s'agissait pour lui d'une décision humanitaire. 


L'ancien ministre des Transports a par ailleurs souligné que des villes comme Sète ne seraient pas ce qu'elles sont aujourd'hui si de très nombreuses personnes n'étaient pas venues d'ailleurs pour y vivre. 

GIBRALTAR


Gibraltar a annoncé qu’il allait retirer son pavillon à l’Aquarius après lui avoir demandé de suspendre ses activités de sauvetage, pour lesquelles il n’est pas enregistré dans le territoire britannique. Le bateau a été enregistré en 2009 à Gibraltar en tant que navire de recherche. SOS Méditerranée a dénoncé "une manœuvre politique pour entraver son action de sauvetage. Jamais aucune défaillance n’a été relevée face aux exigences réglementaires du pavillon".

FRANCE INSOUMISE


Le député La France insoumise Eric Coquerel ne comprend pas que "les droits les plus élémentaires concernant le devoir de porter assistance aux naufragés en mer sont allègrement bafoués".

EELV


Le parti écologiste prend position et estime que la France a le devoir de proposer d'accueillir l'Aquarius.

OCCITANIE


Guillaume Cros, vice-Président EELV de la région Occitanie a rappelé que sa région était prête à accueillir les migrants présents sur l'Aquarius. 

JORDAN BARDELLA (RN) SUR LCI


Invité de LCI ce mardi matin, le porte-parole du Rassemblement national Jordan Bardella a estimé que le travail des ONG venant au secours des migrants en mer favorisait les passeurs et le trafic d'êtres humains.


"Ces ONG sont les complices des passeurs, font du trafic d'êtres humains. Elles vont chercher les migrants à quelques kilomètres des côtes libyennes pour les amener en Europe !" a-t-il déclaré.

JORDAN BARDELLA (RN) SUR LCI

DI FILIPPO


Le député LR de Moselle est lui aussi pour ne pas permettre à l'Aquarius d'accoster, estimant que l'action de l'ONG SOS Méditerranée favorise les passeurs.

NADINE MORANO


L'ancienne ministre de Nicolas Sarkozy propose tout simplement de renvoyer les migrants présents sur l'Aquarius chez eux.

LA CORSE PRÊTE À ACCUEILLIR LE NAVIRE


Confirmant les propos du président de l'Assemblée de Corse, Gilles Simeoni, président du Conseil exécutif de Corse a déclaré sur Twitter que la Corse et ses ports étaient disponibles pour une aide humanitaire d'urgence.

LA CORSE PRÊTE À ACCUEILLIR LE NAVIRE


Après Sète, la Corse se dit prête à accueillir l’Aquarius. "La Corse est exactement dans le même état d’esprit" qu’en juin lorsque le navire avait déjà été interdit d’accoster en Italie et à Malte, a souligné Jean-Guy Talamoni, président de l’Assemblée de Corse, sur BFMTV. "La Corse a déjà donné son point de vue, il n’a pas changé. Il faut maintenant que les autorités de l’Etat fassent en sorte que ces personnes soient accueillies."

 

"La question aujourd’hui reste entière pour les navires et à nouveau l’Aquarius aujourd’hui. L’Europe a failli dans cette affaire et il est temps qu’elle se réveille et que chacun prenne sa part de responsabilité" a-t-il ajouté, appelant "les autorités de l’Etat (français) à dire aussi quelque chose". "On a laissé pendant des années l’Italie se débrouiller avec ce problème comme si c’était son problème, alors que c’était le problème de toute l’Europe (…) Maintenant on ne va pas considérer que c’est le problème de l’Espagne parce que l’Espagne a une attitude plus ouverte."

• L’Aquarius a recueilli 141 migrants au large de la Libye vendredi 10 août, dont la moitié de mineurs et le tiers de femmes, principalement originaires de Somalie et d’Erythrée. 


• La Corse et le port de Sète ont proposé d’accueillir l’équipage de l’Aquarius et les migrants présents à bord. Mais la France doit donner son feu vert.


• Or, l’Elysée a estimé lundi que la France n’était pas la plus à même de proposer un port au navire, ce dernier se trouvant entre Malte et l’Italie. L’hypothèse de proposer à l’Aquarius d’accoster en France a donc été écartée.


• L’Italie, l'Espagne et la Tunisie ont refusé d'accueillir dans un de leurs ports le navire humanitaire affrété par l'ONG SOS Méditerranée.


• C'est finalement Malte qui a accepté d'accueillir l'Aquarius, mais les migrants vont ensuite être dispersés dans 5 pays Européens.

Mais cet accord a été difficile à trouver. SOS Méditerranée et Médecins sans frontières (MSF) ont passé plusieurs jours à appeler à l’aide les gouvernements. Comme il y a deux mois, ils ont passé plusieurs jours à se renvoyer la balle. Le ministre italien de l'Intérieur, Matteo Salvini, patron de la Ligue (extrême droite) avait précisé samedi dans un entretien radiophonique à la Rai que l'Aquarius, "propriété d'un armateur allemand avec un pavillon de Gibraltar ne verrait jamais un port italien". 


Le Premier ministre italien Giuseppe Conte s'était pour sa part félicité, dans une vidéo diffusée samedi sur Facebook, d'une forte diminution des débarquements de migrants sur les côtes italiennes au cours de ses deux premiers mois au pouvoir (-85% par rapport à juin-juillet 2017). Ceci "sans jamais perdre de vue la protection des droits des réfugiés et des demandeurs d'asile et la garantie d'un accueil digne", avait-il jugé.

Le port de Sète prêt à accueillir le navire

Ce lundi 13 août, le directeur du Port de Sète, l'ancien ministre des Transports Jean-Claude Gayssot, a proposé d'y accueillir les 141 migrants de Aquarius, "si les autorités françaises le lui permettent". "C'est la dimension humanitaire qui doit prévaloir, il s'agit de sauver des vies, des familles", a-t-il fait valoir, à l'unisson de l'ensemble de la gauche. La Corse avait également fait savoir, mardi 14 août, qu'elle était prête à fournir un port de débarquement au navire.


Mais l'Elysée bottait en touche en renvoyant au principe selon lequel "le débarquement doit avoir lieu dans le port sûr le plus proche", ce qui n'est pas le cas des ports français puisque le bateau se trouve actuellement entre l'Italie et Malte. 

Bis repetita

En juin, l'Aquarius avait récupéré 629 migrants au large de la Libye. Mais Matteo Salvini avait refusé de les laisser débarquer en Italie tout comme le gouvernement de Malte. L'odyssée du navire s'était achevée dans le port espagnol de Valence, d'où ils avaient rejoint des communautés autonomes espagnoles, qui s'étaient précipité pour les secourir. Avant de recevoir l'aide de la France, dont le gouvernement avait été lourdement critiqué pour son inaction dans ce dossier. L'Aquarius est ensuite resté un mois en escale technique à Marseille.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Migrants : l'UE évite la crise politique

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter