Burkina Faso : une trentaine de morts dans l'attaque à Ouagadougou

DirectLCI
ATTAQUES - Ce vendredi matin, la capitale du Burkina Faso, Ouagadougou, est le théâtre de multiples attaques, visant des sites stratégiques de la ville, dont l'état-major de l'armée. Jean-Yves Le Drian a assuré à LCI que "l'attaque visait bien l'ambassade de France" et qu'"il n'y avait pas de victime française, a priori". Le ministre précise également que "les assaillants sont neutralisés".
Live

EXPLOSION


L'explosion qui a frappé ce matin l'état-major général des armées à Ouagadougou provenait d'une voiture piégée et elle visait "peut-être" une réunion du G5 Sahel, a déclaré ce soir le ministre burkinabè de la Sécurité Clément Sawadogo.


"Le véhicule était bourrée d'explosifs, la charge était énorme" et a occasionné "d'énormes dégâts". "Il y avait une réunion sur le G5 Sahel", "peut-être qu'elle était visée", a déclaré le ministre lors d'un point presse, qualifiant cette attaque de "kamikaze".

REACTION

Dans un communiqué de l'Elysée, Emmanuel Macron a réaffirmé sa "détermination et le plein engagement de la France, aux cotés de ses partenaires du G5 Sahel, dans la lutte contre les mouvements terroristes" après les attaques à Ouagadougou. 

Ces événements, que le chef de l'Etat "condamne avec la plus grande fermeté", "illustrent une fois encore la menace pesant sur l'ensemble du Sahel", a ajouté l'Elysée.

BILAN CÔTE FRANCAIS 


Aucun ressortissant français n'a été tué ou blessé dans l'attaque qui a visé vendredi l'ambassade de France à Ouagadougou ainsi que l'état-major des forces armées burkinabè, indique une source diplomatique à l'AFP. 


"Il n'y a pas de victime française", précise-t-elle. La situation est "sous contrôle" à l'ambassade de France et à l'Institut français, avait précisé auparavant l'entourage du chef de la diplomatie, Jean-Yves Le Drian.

Urgent

ATTAQUE A OUAGADOUGOU


Le parquet de Paris ouvre une enquête pour "tentative d'assassinat terroriste".

TEMOIGNAGE 

"On a entendu des tirs, tout le monde a fui"

Attaque au Burkina Faso : "On a entendu des tirs, tout le monde a fui dans les rues"

Attaque au Burkina Faso : "On a entendu des tirs, tout le monde a fui dans les rues"

PREMIER BILAN


Remis Dandjinou, le porte parole du gouvernement burkinabè dresse un premier bilan auprès de Jeune Afrique : "un militaire est mort des suites de ses blessures après avoir été évacué à l’hôpital Yalgado par ailleurs, quatre militaires et deux civils ont été blessés". L'opération à l'Etat Major des Armées est toujours en cours. 

QUAI D'ORSAY 


Le communiqué de Jean-Yves Le Drian, ministre de l'Europe et des Affaires étrangères.

ETAT MAJOR DES ARMEES BURKINABE


Selon un ministre burkinabè à l'AFP, "2 assaillants ont été neutralisés" à l'état-major. Il précise que cette attaque est  "relent terroriste très fort".

SUR PLACE 


Morgane Le Cam, correspondante au Burkina Faso assure que la situation est toujours confuse, sur place. 

QUAI D'ORSAY 


Lors d'un point presse, la porte parole du Quai d'Orsay a fait part d'une déclaration de Jean-Yves Le Drian. Le ministre "assure de [son] soutien l'ensemble des personnels des services de l'État présents sur place". Il a par ailleurs indiqué qu'"une cellule interministérielle de crise a été immédiatement mise en place au Quai d'Orsay". 


"J'ai demandé à être informé en temps réel de l'évolution de la situation", a-t-il déclaré. Il précise que des "consignes de sécurité sont diffusées au fur et à mesure à l'attention des Français présents sur place", assurant que "leur sécurité est [sa] priorité".

ETAT MAJOR DES ARMEES BURKINABE


Rémis Djandinou, le porte-parole du gouvernement burkinabé indique à France 24 que l'attaque est "toujours en cours" à l'état-major des Armées. Les forces spéciales burkinabè sont en intervention. 


A l'ambassade de France, la situation est sous contrôle. 

ASSAILLANTS 


Pour l'heure, le nombre d'assaillants est également inconnu. On ne sait pas s'il y avait deux groupes d'assaillents ou un seul. La situation du côté de l'Etat Major des Armées burkinabè est toujours confuse.

BILAN 


A l'heure actuelle, le bilan de ces attaques n'est toujours pas connu. Jean-Yves Le Drian a assuré à LCI, qu' "à priori", il n'y avait pas de victime française. 

SUR PLACE 


Une image prise par la journaliste correspondante pour TV5 Monde au Burkina Faso.

EN DIRECT DU QUAI D'ORSAY


La situation est sous contrôle, comme nous l'explique notre journaliste sur place.

SECURITE 


L'ambassade de France conseille aux ressortissants Français de suspendre tout déplacement en ville jusqu’à nouvel ordre et de rester confiné dans un lieu sûr.

ATTAQUES A OUAGADOUGOU


Voici le témoignage d'un Français, patron d'un bistrot à Ouagadougou. 

LE POINT SUR LA SITUATION 


Ce vendredi en fin de matinée, une attaque a ciblé l'ambassade de France et l'Institut Français, ainsi que l'Etat Major des armées burkinabè. Selon différentes sources, un petit groupe de personnes ont mené ces attaques. On sait que celle visant l'ambassade de France était à la Kalachnikov, a assuré à LCI Jean-Yves Le Drian, ministre des affaires étrangères.

Désormais, "la situation est sous contrôle" à l'ambassade de France et à l'Institut français de Ouagadougou, assure Jean-Yves Le Drian qui indique également que "quatre assaillants ont été neutralisés" et qu'il n'y a "à priori", pas de victimes française à déplorer. 

En direct

OUAGADOUGOU


L'entourage de Jean-Yves Le Drian fait savoir à l'AFP que la situation est "sous contrôle" à l'ambassade et l'Institut français. 

Info tf1/lci

OUAGADOUGOU


Toujours selon le ministre, c'est bien "l'ambassade qui était visée". 

Info tf1/lci

OUAGADOUGOU


Jean-Yves Le Drian fait savoir à LCI à l'instant qu'il n'y a "pas de victime française à priori" et que les assaillants sont "neutralisés".  Le ministre des Affaires étrangères indique également que "les attaques sur l’ambassade étaient à la kalachnikov". 

Urgent

OUAGADOUGOU 


L'Elysée fait savoir à l'instant à l'AFP qu'Emmanuel Macron est "tenu informé en direct de l'évolution de la situation" dans la capitale burkinabè.

OUAGADOUGOU


Contacté par Jeune Afrique, le ministre burkinabè de la Communication Rémi Dandjinou donne de nouveaux éléments sur l'attaque survenue à Ouagadougou : "C’est une attaque qui est en cours à Ouagadougou. Deux lieux ont été attaqués : l’état-major général des armées et l’ambassade de France. À l’heure actuelle, nos forces de sécurité et de défense sont en train de sécuriser ces endroits. Nos FDS mènent en ce moment même des opérations."

OUAGADOUGOU


Selon un nouveau message posté sur Facebook, l'ambassade de France dans la capitale burkinabè indique qu'une attaque est effectivement en cours mais qu'il n'y a aucune certitude concernant les lieux visés.

OUAGADOUGOU


Selon un témoin interrogé par l'AFP, des hommes armés et masqués ont attaqué les gardes protégeant l'entrée du quartier général des forces armées à Ouagadougou, la capitale du Burkina Faso.


Le complexe militaire a été touché par une explosion et une fumée noire était visible au-dessus des bâtiments, a rapporté un un journaliste de Reuters. Des coups de feu ont été entendus avant l'explosion, a-t-il précisé.

OUAGADOUGOU


Sur son compte Twitter, le ministère de l'Intérieur français indique que "les forces de l’ordre sont en cours d’intervention et des mesures de sécurité renforcées pourraient être prises par les autorités."

OUAGADOUGOU


Selon une source française contactée par l'AFP, l'état-major burkinabè est également visé par ces attaques.

OUAGADOUGOU


Selon un message de l'ambassade de France posté sur Facebook, de multiples attaques visent ce vendredi matin l'ambassade de France et l'institut français, "Attaque en cours à l'ambassade de France et à l'Institut français. Restez  confinés là où vous êtes", indique ce bref message.

De multiples attaques visent ce vendredi matin la capitale du Burkina Faso, Ouagadougou, d'après un message posté sur la page Facebook de l'ambassade. Joint par LCI, à la mi-journée, Jean-Yves Le Drian assure que "l'ambassade de France était bien visée", qu' "à priori, il n'y a pas de victime française".


Il assure à LCI que "les assaillants sont neutralisés". L'AFP confirme cette information et indique pour sa part que les "4 assaillants  sont"neutralisés", et que "les attaques visaient l'ambassade de France et l'état-major des armées", de source gouvernementale burkinabè. L'entourage du ministre fait égalemet savoir que "la situation est sous contrôle". 


Selon Jeune Afrique, qui cite des sources policières, plusieurs attaques sont ainsi survenues dans les zones de l'ambassade de France, de la primature et de l'état-major des armées, visant "plusieurs sites stratégiques" de la capitale burkinabè.

Suivez l'évolution de la situation dans notre live ci-dessus.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter