EN DIRECT - Attentat antisémite de Pittsburgh : les Trump se sont recueillis à la synagogue Tree of Life

International
FUSILLADE - Quelques jours après l'attaque antisémite qui a ensanglanté Pittsburgh, le couple présidentiel s'est rendu sur place pour rendre hommage à la ville-martyr. Suivez la situation en direct.
Live

"Les mensonges de Trump tuent"


Donald Trump a été accueilli par des manifestants qui se sont opposés à sa visite en l'accusant d'attiser la haine. "Les mensonges de Trump tuent": plus de 1.500 personnes, de tous âges et confessions, ont appelé le président américain à renoncer à ses diatribes incendiaires lors d'une manifestation inédite dans un contexte aussi tragique.

EN FRANCE


En France aussi, à la synagogue de Beaugrenelle, un hommage a été rendu aux victimes de l'attentat de Pittsburgh. Le secrétaire d'État Laurent Nunez et la rabbin Delphine Horvilleur étaient notamment présents.

TRUMP SUR PLACE


La tête du cortège qui manifeste à proximité de la synagogue contre Donald Trump

TRUMP SUR PLACE


Le président américain a été accueilli par un millier de manifestants qui défilent dans le quartier de la synagogue, rapporte la correspondante de l'AFP sur place.

En direct

TRUMP ARRIVÉ


Donald Trump et sa femme Melania sont arrivés à la synagogue Tree of Life de Pittsburgh. Accompagnés de sa fille Ivanka et de son gendre Jared Kushner, le président américain devait y allumer une bougie pour chacune des 11 victimes.

TRUMP EN VISITE

Donald et Melania Trump, eux, sont attendus quelques heures plus tard dans la ville martyr. Le couple présidentiel pourrait toutefois recevoir un accueil mitigé. Accueil auquel ne participera en tout cas pas le maire de la ville Bill Peduto, qui juge que "ce serait mieux de concentrer nos attentions sur [les] familles [endeuillées] cette semaine et, s'il doit y avoir une visite, de choisir un autre moment".

INHUMATIONS

Les premiers enterrements ont lieu, mardi 30 octobre, soit trois jours après l'attentat antisémite contre la synagogue de "The Tree of life". Ce sont deux frères, Cecil et David Rosenthal, quinquagénaires, qui doivent être inhumés ce jour.

HOMMAGES


Alors que des cérémonies ont déjà été orgranisées lundi soir, à Bordeaux ou Mulhouse notamment, de nombreux hommages aux victimes de l’attentat de Pittsburgh seront rendus ce mardi dans les synagogues de l’Hexagone. "Solidaire avec la douleur des proches des victimes", le grand rabbin de France, Haïm Korsia, a fait savoir dans un communiqué qu'il participerait mardi soir "à un office solennel en leur mémoire à la synagogue de Lille".


"Au même moment (mardi) se tiendra une cérémonie à la Grande synagogue de la Victoire (à Paris, ndlr) en présence du président du Consistoire, Joël Mergui et du grand rabbin de Paris, Michel Gugenheim", indique encore le communiqué. 

CONDAMNATION


Dans une lettre ouverte adressée au président américain, l'association juive Bend the Arc écrit: "Vous n'êtes pas le bienvenu à Pittsburgh tant que vous ne dénoncerez pas fermement le nationalisme blanc".


Cette lettre a été signée par plus de 43.000 personnes, précise l'association.

VISITE

Quel accueil sera réservé à Donald Trump demain à Pittsburgh ? Les réactions de certains représentants de la communauté juive américaine laissent à penser qu'il pourrait être houleux : "Monsieur Trump n'est pas le bienvenu dans ma ville", a affirmé à CNN Lynnette Lederman, l'ancienne présidente de la synagogue touchée par la fusillade. L'actuel président, Jeffrey Myers, pense différemment : "Il est mon président. Il est bien sûr le bienvenu".

VISITE

Donald Trump se rendra à Pittsburgh, ce mardi, a annoncé la Maison Blanche.

COMPARUTION

Robert Bowers a comparu pour la première fois ce lundi devant un tribunal de la ville, assis dans un fauteuil roulant après avoir été blessé par balle dans un échange de tirs avec la police.


Il n'a répondu que par l'affirmative, ou par "oui, monsieur", aux questions posées par le juge fédéral lors de cette très brève audience de trois minutes à peine. Il a été inculpé samedi de 29 chefs d'accusation, dont certains passibles de la peine de mort.

TERRORISME OU PAS ?

Invité à se prononcer sur la caractérisation terroriste de l'attentat de Pittsburgh, le procureur Scott Brady, en charge de l'instruction, s'est montré mesuré : "Il faut qu'on attende les preuves selon lesquelles le suspect a voulu propager une idéologie en particulier au moyen de la violence". Une prudence qu'il faut mettre en perspective avec les faits : Bowers a fait feu dans la synagogue "Tree of Life" en criant "Mort aux juifs".

RESEAU

Gab, le réseau social que fréquentait le terroriste de Pittsburgh, est temporairement hors-ligne, a annoncé son patron Andrew Torba, il y a quelques instants sur Twitter. Ce réseau, très populaire à l'extrême droite, et où le tueur avait annoncé son passage à l'acte, a vu son activité être suspendue  par ses fournisseurs de service.

BIS REPETITA

Le temps du deuil fut court : alors que Pittsburgh pleure encore ses morts, Donald Trump a repris sa rhétorique anti-média de plus belle. "Il y a une grande colère dans notre pays liée au traitement erroné, et souvent malhonnête, de l'information. [...] Les médias menteurs font tout ce qu'ils peuvent pour dire que c'est de la faute des conservateurs, des républicains ou la mienne si le pays a basculé dans la haine et dans la division. Mais c'est en réalité leur traitement malhonnête de l'information qui cause des problèmes bien plus graves que ce qu'ils croient."

SOLIDARITÉ INTER-RELIGIEUSE


Une campagne de financement participatif lancée par deux groupes de musulmans américains a permis de collecter plus de 100.000 dollars pour les survivants et les proches des 11 personnes tuées lors de la tuerie dans une synagogue de Pittsburgh.


L'opération débutée sur le site LauchGood a atteint son but initial de 25.000 dollars en six heures, son second objectif de 50.000 dollars après un jour et vise désormais les 125.000 dollars.

ACCUSATIONS


Un groupe de représentants juifs de Pittsburgh accuse dimanche Donald Trump, dans une lettre ouverte, d'avoir "enhardi" la mouvance suprémaciste blanche et d'avoir ainsi une part de responsabilité dans l'attaque meurtrière survenue samedi dans une synagogue.


"Ces trois dernières années, vos paroles et vos politiques ont enhardi un mouvement nationaliste blanc qui grandit de plus en plus. Vous avez vous même qualifié le meurtrier de maléfique, mais la violence survenue hier est (le  résultat) direct de votre influence", jugent les responsables religieux dans leur lettre ouverte.


Ils appelent Donald Trump à "dénoncer sans réserve le nationalisme blanc", à "cesser de cibler et de mettre en danger toutes les minorités", à "cesser de s'en prendre aux migrants et aux réfugiés" et à "s'engager dans des politiques démocratiques" qui "reconnaissent la dignité de tous".

HOMMAGE 


Comme indiqué par Anne Hidalgo dans la matinée, la Tour Eiffel va s'éteindre ce dimanche soir, en mémoire des onze victimes de l'attaque de Pittsburgh.

HOMMAGE


Un rassemblement en hommage aux victimes de la fusillade de Pittsburgh et pour condamner l'antisémitisme s'est tenu à Montréal ce dimanche. D'autres étaient prévus dans différentes villes canadiennes, comme Toronto, Ottawa, Halifax ou encore Vancouver. 

HOMMAGE


Quelques dizaines de personnes se sont rassemblées en mémoire des victimes de l'attaque de Pittsburgh devant l'ambassade des Etats-Unis à Paris. 

HOMMAGE 


À Jérusalem, les drapeaux américains et israéliens sont actuellement projetés sur l'un des murs d'enceinte de la Vieille ville en hommage aux victimes de la tuerie antisémite de Pittsburgh. 

RÉCAP'


Une fusillade a eu lieu ce samedi dans la principale synagogue de Pittsburgh, faisant 11 morts et 6 blessés selon les médias américains.


Voici les principales informations concernant cette attaque :

• 11 morts sont à déplorer ainsi que de 6 blessés, dont 4 policiers, selon un bilan officiel communiqué samedi par les autorités.

• Le tireur, identifié comme Robert Bowers, s'est rendu à la police après la fusillade. Il était lourdement armé, à savoir d'un fusil d'assaut AR-15 et de plusieurs armes de poing. Inculpé de 29 chefs d'accusation, il sera jugé au niveau fédéral et encourt la peine de mort. Il a comparu devant un juge fédéral à la mi-journée.

• Selon l'ancien président de la synagogue "Tree of Life", près de 40 fidèles de la communauté juive étaient présents sur les lieux au moment de l'attaque. 

• Les victimes, trois femmes et huit hommes, étaient âgées de 54 à 97 ans. Elles habitaient toutes Pittsburgh ou sa région. 

• Donald Trump a dénoncé "la haine" qui règne aux Etats-Unis et appelé à durcir la législation sur la peine de mort. Le président américain se rendra sur place mardi. Il a également accusé les médias d'être à l'origine du climat de haine et de division dans le pays.

• En hommage aux victimes, Donald Trump a ordonné que tous les drapeaux à la Maison Blanche, sur les bâtiments publics, dans les camps militaires, dans les bases navales et sur les navires de guerre soient en berne jusque mercredi.

HOMMAGE À PARIS


Des associations appellent à se rassembler ce dimanche à Paris en hommage aux victimes de la tuerie de Pittsburgh. "Afin de rendre hommage aux victimes de l’un des plus terribles attentats antisémites de l’histoire des États-Unis, SOS Racisme, l’UEJF et la FAGE appellent à un rassemblement ce dimanche 28 octobre à 19h00 devant l’ambassade américaine à Paris."

MAIRE PEDUTO


Le maire de Pittsburgh souhaite relancer le débat sur les armes à feu.


"J'ai entendu le président dire qu'il faudrait armer des gardes dans nos synagogues", a déclaré lors d'une conférence de presse Bill Peduto. "Notre approche devrait plutôt être: comment retirer les armes à feu - qui sont le dénominateur commun de toutes les fusillades en Amérique - des mains de eux 

qui veulent exprimer leur haine raciste avec des meurtres ?"

VICTIMES


Le responsable de l'équipe médical a dévoilé les noms des 11 victimes, lors d'une conférence de presse :

VICTIMES


Les 11 victimes, 3 femmes et 8 hommes, ont pu être identifiées par les autorités et leurs familles prévenues. Parmi eux, on retrouve deux frères, un couple ou encore une femme de 97 ans. Les victimes ont toutes plus de 50 ans.

ARMES À FEU


Le rabbin de la synagogue visée dénonçait en juillet dernier l'absence de mesures  pour un meilleur contrôle des armes à feu. L'homme avait publié un texte en référence à la fusillade dans un lycée de Parkland sur le site de la synagogue.


Malgré les appels continus pour un plus grand contrôle des armes à feu et de la santé mentale, nos dirigeants élus à Washington savaient que le sujet allait s’estomper avec le temps”, regrettait Jeffrey Myers dans cet écrit intitulé "Nous méritons mieux". “Sauf revirement spectaculaire aux élections de mi-mandat, je crains que la situation actuelle ne change pas." 

VICTIME


L'identité de la première victime a été dévoilée : il s'agit de Dan Stein, 71 ans.  L'homme qui était récemment devenu grand-père dirigeait régulièrement des services à la synagogue Tree of Life.


 "Cela va être une perte horrible pour ce bébé qui va grandir sans son grand-père", a commenté Steven Halle, son neveu aux médias locaux. "Nous tentons encore de rassembler les informations avec ma tante et mes cousins… C’est vraiment très dur, maintenant". 


Ce commercial à la retraite dans le secteur de la plomberie habitait à Spittsburgh avec sa femme, rapporte Times of Israël.

SFAR


Le dessinateur Joann Sfar livre sa tristesse dans un texte fort et émouvant : 

PAPE


Le pape François a dénoncé un "acte inhumain de violence".

JUSTICE


Le suspect Robert Bowers est poursuivi pour 29 chefs d'accusation

GAB


Le réseau social sur lequel l'auteur de la tuerie postait des messages antisémites a annoncé qu'il était contraint d'interrompre son activité.  Lancé en 2016 sur le modèle de Twitter, Gab était  prisé de la mouvance d'extrême droite américaine "alt-right".


La société lui fournissant l'accès à internet, Joyent, mettra fin à ses services à compter de lundi. Paypal a également annoncé qu'il excluait Gab de ses services de paiement en ligne en raison des discours de haine colportés sur ce site. Le réseau social devrait être hors service pendant plusieurs semaines.

HOMMAGE


La mairie de Tel Aviv a projeté sur son bâtiment le drapeau américain en hommage aux 11 victimes de la fusillade :

MID-TERMS


La fusillade aura-t-elle un impact sur les élections de mi-mandat ? Pour le spécialiste des États-Unis Jean-Eric Branaa, Donald Trump a tenté d'agir sur trois plans : l'antisémitisme, le débat des armes à feu et la peine de mort.


ANTISÉMITISME

Le président était accusé pendant la présidentielle d'être proche des suprématistes et des antisémites. "Depuis, beaucoup d'eau a coulé sous les ponts, il a mené une politique pro-Israël et prend la parole très vite ce soir, justement pour prendre ses distances avec ces groupes", explique l'universitaire sur France Info.


ARMES À FEU

Les survivants de la tuerie de Parkland (fevrier 2018) ont tenté de faire du débat sur les armes à feu un enjeu des élections, sans succès. Donald Trump a rapidement mis un terme au débat naissant en expliquant que "si il y avait eu un garde armé dans le temple, il aurait pu l'arrêter, peut-être qu'il n'y aurait eu aucune victimes à part lui-même", a-t-il ajouté.


PEINE DE MORT

Donald Trump est même allé plus loin en indiquant qu'il voulait renforcer la peine de mort pour accélérer les procédures. Il souhaite ainsi "montrer qui est le président".

ISRAËL


Le Premier ministre israëlien s'est dit "choqué par l'attaque meurtrière". "L'ensemble d'Israël pleure avec les familles des morts", a indiqué Benjamin Netanyahu.

RECAP'


Retour sur les événements tragiques survenus à Pittsburgh, écoutez notamment les échanges entre policiers au moment même de la fusillade :

VEILLÉE


De nombreuses personnes sont venues rendre hommage aux victimes à Pittsburgh cette nuit :

CRIF


Le Conseil représentatif des institutions juives de France a "exprime sa solidarité aux familles des victimes et ses vœux de rétablissement aux blessés"

MÉLENCHON


La classe politique a multiplié les hommages samedi soir :

CASTANER


Le ministre de l'Intérieur a indiqué samedi soir avoir demandé aux préfets de "renforcer la vigilance autour des synagogues"

TRUMP


Donald Trump a annoncé qu'il se rendrait à Pittsburgh, sans préciser à quel moment. "Je vais aller à Pittsburgh", a déclaré le président américain sur le tarmac de l'aéroport de Murphysboro, dans l'Illinois, où il doit participer dans la soirée à un meeting en vue des élections législatives du 6 novembre.

Urgent

JUSTICE


Le tireur de Pittsburgh sera poursuivi pour crime antisémite et risque la peine de mort, a annoncé le ministre américain de la Justice Jeff Sessions.

MACRON EN ANGLAIS


Après avoir rédigé un premier tweet en début de soirée, le président de la République en a posté deux autres, en français et en anglais, dans lequel il "condamne avec force cet acte odieux d’antisémitisme à Pittsburgh". "Mes pensées pour les victimes et mon soutien à leurs proches" ajoute-t-il.

BILAN


Selon le directeur de la sécurité publique de Pittsburgh Wendell Hissrich, le bilan est bien de 11 morts, 6 blessés dont 4 policiers. Deux d'entre eux sont dans un état critique.

RÉACTION


A l'international, la chancelière allemande Angela Merkel a dénoncé "la haine  antisémite aveugle".

C'est la pire attentat antisémite de l'histoire récente des Etats-Unis. Deux jours de la synagogue de Pittsburgh, l'Amérique est sous le choc. Les drapeaux de tous les bâtiments publics et militaires resteront en berne jusqu'au 31 octobre. Selon un dernier bilan officiel, 11 personnes ont été tuées et 6 blessées par les tirs au sein de la synagogue Tree of life, la plus ancienne synagogue de cette ville de Pennsylvanie. On ne connait pas l'identité des personnes tuées. 4 policiers figurent parmi les blessés.


Le tireur - qui aurait agi seul - a été arrêté et placé en garde à vue. Il s'agit de Robert Bowers, un homme d'une quarantaine d'années ouvertement antisémite, qui habite la ville. Il avait posté, peu avant l'attaque, un message antisémite sur les réseaux sociaux. Le président américain Donald Trump a très rapidement réagi après l'attaque, dénonçant la "haine" dans le pays et réclamant un durcissement de l'application de la peine de mort. 

Le président français Emmanuel Macron a exprimé sa "tristesse et son soutien" au peuple américain, à l'occasion d'une conférence de presse à Istanbul aux côtés d'Angela Merkel, Recep Tayyip Erdogan et Vladimir Poutine.

En vidéo

Fusillade à Pittsburgh : Macron exprime son soutien au peuple américain

Depuis plusieurs semaines, les Etats-Unis sont en proie à de vives tensions à quelques jours des élections de mi-mandat (Mid-term). Un homme - lui aussi décrit comme antisémite et raciste - est suspecté d'avoir envoyé de nombreux colis piégés à des opposants à Donald Trump. Il a été arrêté. 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Pittsburgh touchée par la pire attaque antisémite de l’histoire récente des Etats-Unis

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter