EN DIRECT - Attentats au Sri Lanka : les dernières informations

International

Toute L'info sur

Attentats contre des églises et des hôtels au Sri Lanka

TERRORISME - Au Sri Lanka, la messe de Pâques, le 21 avril dernier, a été marquée par huit explosions survenues dans des églises et des hôtels, faisant près de 250 morts selon un bilan largement revu à la baisse. Si Daech a revendiqué ces attentats, l'enquête se poursuit. Les dernières infos en direct.

Live

NOUVELLE VICTIME

Attentats au Sri Lanka : une nouvelle victime porte le bilan à 258 morts

Attentats au Sri Lanka : une nouvelle victime porte le bilan à 258 morts

VOILE ISLAMIQUE 


Une conséquence vestimentaire inattendue des terribles attentats de Pâques. Le président sri-lankais Maithripala Sirisena a annoncé dimanche l'interdiction du port des voiles islamiques. "Cette interdiction vise à assurer la sécurité nationale. Personne ne devrait masquer son visage afin de compliquer son identification", précise dans un communiqué la présidence. Elle survient au lendemain d'un appel de religieux musulmans locaux aux femmes musulmanes, les enjoignant de ne pas couvrir leurs visages de crainte de réactions hostiles. La plupart des musulmans sri-lankais sont plutôt libéraux et seul un petit nombre de femmes portent le niqab.

TOURISME

Le syndicat français des tour-opérateurs a annoncé, dimanche 28 avril, que ses principales composantes allaient annuler les départs pour le Sri Lanka jusqu'au 16 mai, s'alignant sur la position du Quai d'Orsay, qui a invité les touristes français à éviter cette destination. 300 clients sont déjà sur place, a indiqué la même source à l'AFP, à qui il va être proposé des aménagements de programme.

REVENDICATION

Comme l'a relevé le journaliste Wassim Nasr, Daech a revendiqué une attaque contre la police à Kalmunai, dans la soirée du vendredi 26 avril. Une revendication qui intervient alors que la police sri lankaise avait, de son côté, fait état d'une descente qui aurait généré la mort de 17 des siens.

ETATS-UNIS


Washington a formellement déconseillé à ses ressortissants de se rendre au Sri Lanka. "Le gouvernement américain a des capacités limitées d'assistance aux citoyens américains au Sri Lanka" en raison du "terrorisme" dans le pays, prévient le département d'Etat dans un communiqué

15 MORTS DANS UN ASSAUT CONTRE L'EI


Au moins 15 personnes, dont six enfants sont mortes dans la nuit de vendredi à samedi. Les forces de sécurité ont lancé un assaut contre des jihadistes présumés. L'assaut a donné lieu à plus d'une heure d'échange de coups de feu. Puis une perquisition a permis de découvrir les corps. 

La police et l'armée ont par ailleurs indiqué  que trois autres hommes ont été trouvés morts en dehors de la maison, et qu'un civil avait été victime de la fusillade.

SAISIE


La police sri-lankaise a annoncé avoir saisi des explosifs et un drapeau du groupe Etat islamique (EI), lors d'une perquisition dans une maison utilisée par les auteurs des attentats meurtriers de Pâques, à Sammanthurai, à 370 kilometres à l'est de Colombo.


C'est dans ce bâtiment qu'aurait été tournée la vidéo de revendication par l'EI des attentats du dimanche de Pâques. On y voyait huit hommes prêter serment d'allégeance au chef de l'EI, Abou Bakr al-Baghdadi.


"Nous avons trouvé la toile de fond utilisée pour l'enregistrement de la vidéo", ainsi qu'un drapeau de l'Etat islamique, a précisé la police dans un communiqué.


Quelque 150 bâtons de dynamite et une centaine de milliers de billes d'acier ont également été découverts.

EXCUSES


Le Premier ministre du Sri Lanka Ranil Wickremesinghe a présenté les excuses du gouvernement aux citoyens pour avoir "échoué" à protéger les victimes des attentats. "Nous promettons de reconstruire nos églises, relancer notre économie, et prendre toutes les mesures pour contrer le terrorisme", a-t-il déclaré. "Trop tard", répondent certains face à ces excuses.

CONSÉQUENCES ÉCONOMIQUES


Le ministre sri lankais des Finances annonce que les attentats pourraient causer jusqu'à 1,5 milliard de dollars de pertes de revenus à son secteur touristique cette année. "Le tourisme sera (le secteur économique) le plus durement affecté", a-t-il déclaré. "Nous nous attendons à une baisse de 30% des arrivées et cela signifie une perte d'environ 1,5 milliard de dollars." L'île d'Asie du Sud, prisée pour ses plages idylliques et sa nature verdoyante, avait connu une année record en 2018 avec 2,33 millions de touristes. Elle espérait générer cinq milliards de dollars de revenus en 2019, contre 4,4 l'année dernière.

DÉMISSION


Le chef de la police du Sri Lanka a démissionné, a par ailleurs annoncé le président Maithripala Sirisena. Il s'agit du  deuxième haut responsable sri-lankais à quitter son poste en raison de l'échec des autorités à empêcher le carnage, après le plus haut responsable du ministère de la Défense jeudi soir.

ENQUÊTE 


Le président sri lankais a fait savoir ce vendredi que Zahran Hashim, leader du National Thowheeth Jama'ath (NTJ) et homme-clé présumé des attentats du dimanche de Pâques, a trouvé la mort lors en perpétrant l'attaque d'un des hôtels de luxe de Colombo. Son sort était jusqu'alors inconnu et les autorités le recherchaient activement. "Ce que les services de renseignement m'ont dit c'est que Zahran a été tué dans l'attaque du Shangri-La", a déclaré Maithripala Sirisena à des reporters. Le djihadiste sri lankais apparaissait sur une vidéo publiée par Daech, qui a revendiqué ces attentats, où on le voyait mener sept hommes dans un serment d'allégeance au chef de l'organisation terroriste, Abou Bakr al-Baghdadi.

BILAN


Les autorités sri-lankaises ont fortement revu à la baisse jeudi le bilan des attentats du dimanche de Pâques, annonçant qu'ils ont tué 253 personnes et non 359 comme indiqué auparavant.


Dans un communiqué, le ministère de la Santé a fait savoir que le personnel médical avait achevé l'ensemble des autopsies jeudi soir et avait conclu que certains corps de victimes mutilées avaient été comptés plusieurs fois. 

EXPLOSION


Selon les informations de Reuters, qui rapportent des propos de la police et des habitants, une explosion aurait retenti ce jeudi non loin d'un tribunal de Pugoda, située à 40 km à l'est de la capitale Colombo. Aucune victime ne serait à déplorer.

EGLISE


Un responsable religieux annonce ce jeudi que les églises catholiques du Sri Lanka resteront fermées "jusqu'à nouvel ordre". 


Plus tôt, c'est l'armée qui a fait part du déploiement de milliers de soldats supplémentaires pour épauler la police dans sa traque des suspects.L'armée de terre a passé le nombre de ses militaires impliqués dans le dispositif de 1300 à 6300. L'armée de l'air et la marine ont elles dépêché 2000 hommes. Pour l'heure, près de 75 personnes ont été interpellées à ce stade de l'enquête.

KAMIKAZES

Attentats au Sri Lanka : ce que l'on sait des kamikazes

Attentats au Sri Lanka : ce que l'on sait des kamikazes

COUVRE-FEU 


Le Président a décrété une quatrième nuit de couvre-feu, à partir de 22h, heure locale jusqu'à jeudi matin. 

ENQUÊTE 


Le Sri Lanka reconnaît une "défaillance" en matière de sécurité de l'État, incapable d'empêcher les attentats, malgré des informations préalables de la communauté du renseignement.


La gestion des autorités dans les jours ayant précédé ces attentats suicides, revendiqués par le groupe Etat islamique (EI), fait l'objet de critiques grandissantes, dans un contexte politique de lutte de pouvoir acharnée entre le président et le Premier ministre.

VICTIMES 

Attentats au Sri Lanka : 321 morts, ce que l'on sait des victimes

Attentats au Sri Lanka : 321 morts, ce que l'on sait des victimes

ENQUÊTE 


Selon une source de CNN, l'Inde avait émis trois avertissements à destination du gouvernement Sri Lankais, au sujet d'attaques sur son sol. Un premier aurait été émis début avril, le second le 20 avril et enfin, le dernier, le matin de l'attaque. 


Les autorités sri-lankaises ont reconnu que leur pays avait reçu des informations sur d'éventuelles frappes terroristes avant les attaques du dimanche de Pâques, mais le président et le Premier ministre ont déclaré ne pas avoir reçu ces informations.

USA  


Un responsable sri-lankais avait affirmé en début de semaine que l'Inde et les Etats-Unis avaient fourni des informations avant les attentats. Les Etats-Unis indiquent qu'ils n'avaient aucune information préalable sur les attentats de Pâques au Sri Lanka qu'ils auraient transmise à Colombo, a assuré l'ambassadrice américaine au Sri Lanka mercredi à CNN.


"Nous ne savions rien de ces attaques au préalable", a déclaré l'ambassadrice Alaina Teplitz dans un entretien à la télévision américaine consacré aux attentats du dimanche de Pâques qui ont tué 359 personnes, dont au moins quatre Américains.

Urgent

NOUVEAU BILAN


Le bilan des attaques suicides s'est encore alourdi, passant à 359 morts, annonce la police. Un précédent bilan faisait état de plus de 320 morts, mais plusieurs personnes ont succombé à leurs blessures. Au moins 500 personnes ont été blessées au cours de ces attentats, qui comptent parmi les plus meurtriers depuis le 11 septembre 2001.

VICTIMES 


Au Danemark, depuis l'annonce de la tragédie, des voisins de la famille Holch Povlsen déposent des fleurs et des bougies à proximité de la maison. Une veillée aux flambeaux sera organisée ce jeudi soir dans le quartier, a indiqué à la presse locale le directeur de l'école publique Højvangskolen, où sont scolarisés deux des enfants du couple. 

ETAT ISLAMIQUE 


Pour prouver son implication dans ces attentats, l'Etat Islamique vient de publier un cliché via son agence Amaq, de ce qu'il dit être, un cliché des terroristes du Sri Lanka. Sur ce cliché, ces personnes ont le visage camouflé par des écharpes, portent nue tenue noire et sont au nombre de huit. Tous posent devant le drapeau de leur organisation terroriste. 

Urgent

MARCHE ARRIÈRE 


Le Sri Lanka revient sur son annonce indiquant qu'il y a un Français tué dans les attaques. Selon toutes vraisemblances, il s'agit d'une "erreur d'identité". "Le ressortissant français qui était marqué comme tué dans le communiqué de presse du ministère du 22 avril est un cas d'erreur" de nationalité, a déclaré le ministère des Affaires étrangères sri-lankais dans un communiqué. La nationalité étrangère la plus touchée dans ces attaques est l'Inde, avec 10 morts.

CE QUE L'ON SAIT DE CES ATTAQUES 


Voici ce que l'on sait de ces attentats, les dernières informations. 

Eglises et hôtels attaqués au Sri Lanka : ce que l’on sait

Eglises et hôtels attaqués au Sri Lanka : ce que l’on sait

DEUIL NATIONAL 


Une journée de deuil a été décrétée, ce mardi. En voici quelques images.

CONFÉRENCE DE PRESSE 


Au cours d'une conférence de presse, le Premier ministre Ranil Wickremesinghe  a reconnu que "le pays aurait pu éviter ces attaques - ou du moins, réduire leur nombre". Tous les poseurs de bombes n'ont pas été identifiés, selon lui.


 Il a ajouté que toutes les personnes arrêtées étaient de nationalité srilankaise, précisant que d'autres suspects étaient encore en fuite, armés et dangereux car en possession d'explosifs. Le Premier ministre a également indiqué qu'un quatrième hôtel était visé mais que l'attentat a échoué. 

COOPÉRATION 


La police britannique a envoyé des spécialistes du contre-terrorisme et des agents de liaisons au Sri Lanka pour aider les ressortissants à rentrer et les citoyens britanniques sur place. 

CONDOLÉANCES 


La porte-parole adjointe la Commission Européenne, Mina Andreeva, a déclaré à Bruxelles : "Au nom du président Juncker (de la Commission européenne) et de la Commission européenne dans son ensemble, je tiens à exprimer mes sincères condoléances aux familles des victimes qui s'étaient rassemblées pour rendre un culte pacifique ou se rendaient simplement en visite dans ce beau pays". 


"Nous souhaitons au Sri Lanka et à ses habitants de la force et du courage en cette période difficile et, comme nous l'avons déjà dit, la Commission européenne est prête à envoyer et à apporter son soutien de toutes les manières possibles en cette période difficile", a-t-elle déclaré. 

Urgent

REVENDICATION


Le groupe Etat islamique vient de revendiquer les attentats via son agence de propagande Amaq. Attention toutefois, ils n'apportent aucune preuve de leur implication dans ces attentats, préviennent des spécialistes.


Les autorités attribuent le bain de sang au mouvement islamiste local National Thowheeth Jama'ath (NTJ), qui ne l'a pas revendiqué, et cherchent à savoir s'il a bénéficié d'un soutien logistique international. Ces attentats comptent parmi les plus meurtrières commises contre des civils depuis le 11 septembre 2001. 

VICTIMES 


Parmi les victimes des attentats, on dénombre au moins 45 enfants et adolescents tués. Un chiffre donné par le porte parole de l'UNICEF, Christophe Boulierac.

DÉCLARATION CONJOINTE


Depuis l'Elysée, Emmanuel Macron et Shinzo Abe, Premier ministre japonais se sont adressés à la presse. Emmanuel Macron a exprimé sa "solidarité face à cette barbarie. Chacun a le droit d'exercer sa foi sans peur". 


A son tour, Shinzo Abe a pris la parole et s'est dit "choqué par ces attaques". "Nous prions pour le repos de l'âme de toutes les victimes. Le Japon et la France sont résolus à lutter contre le terrorisme". 

DÉCLARATION 


Ruwan Wijewardene, ministre de la défense demande officiellement au Gouvernement d'interdire le NJT et de le mettre sur la liste des organisations terroristes. 

BILAN 


Le ministre de la Défense du Sri Lanka annonce que le bilan des victimes s'est alourdi. Il est désormais de 321 morts et plus de 500 blessés. Un chiffre confirmé à CNN par la police locale

FUNÉRAILLES 


Partout dans le pays endeuillé, les familles enterrent leurs morts. Ici, dans un cimetière de Negombo, non loin de l'église Saint Sebastian où a eu lieu l'une des attaques. 

ENQUÊTE 


Les premiers éléments de l'enquête sur les attentats qui ont fait plus de 300 morts au Sri Lanka, notamment dans des églises, montrent qu'ils ont été commis en représailles au carnage des mosquées de Christchurch en Nouvelle-Zélande, a déclaré ce mardi le vice-ministre srilankais de la Défense.


"Les investigations préliminaires ont révélé que ce qui s'était passé au Sri Lanka avait été commis en représailles à l'attaque contre les musulmans de Christchurch", a déclaré devant le Parlement Ruwan Wijewardene, en référence à l'attaque qui a fait 50 morts le 15 mars dans deux mosquées de la grande ville du sud de la Nouvelle-Zélande.

VICTIMES 


Cette nuit, le bilan s'est alourdi. Voici ce que l'on sait sur les victimes 

Attentats au Sri Lanka : 321 morts, ce que l'on sait des victimes

Attentats au Sri Lanka : 321 morts, ce que l'on sait des victimes

DEUIL 


Alors que le gouvernement a décrété une journée de deuil national, les magasins vendant de l'alcool sont fermés et les drapeaux en berne ce mardi. Comme le rapporte l'AFP, les radios et télévision doivent, elles, adapter leur programmation musicale.


À l'église Saint-Antoine, des dizaines de personnes ont prié en silence, des bougies à la main, certaines retenant à grand peine leurs larmes. À l'issue des trois minutes de silence observées dans la matinée, à l'heure de l'explosion de la première bombe, la foule a entamé une prière à voix haute. À une trentaine de kilomètres au nord de là, dans la localité de Negombo, une messe commémorative se déroulait également dans la matinée à l'église Saint-Sébastien, autre lieu d'un attentat suicide visant la minorité chrétienne. Des cercueils étaient amenés à tour de rôle sur des tables, devant des proches secoués de sanglots.

ON FAIT LE POINT

Attentats au Sri Lanka : ce que l’on sait

Attentats au Sri Lanka : ce que l’on sait

LES INFORMATIONS DE LA NUIT


- Le bilan a été revu à la hausse. Au moins 310 personnes sont mortes

- 40 personnes arrêtées à ce stade de l'enquête, selon la police

- 3 minutes de silence ont été observées en hommage aux victimes. 

ARRESTATIONS


40 personnes arrêtées à ce stade de l'enquête (police)

Urgent

310 MORTS


Le bilan des victimes s'alourdit à 310 morts

Urgent

SILENCE


Le Sri Lanka observe trois minutes de silence après les attentats de Pâques

Les drapeaux ont été mis en berne et les gens se sont inclinés en signe de respect à partir de 08:30 (03:00 GMT), l'heure de la première des attaques commises le jour de Pâques.

LE POINT SUR LA SITUATION 


- Huit explosions ont touché le Sri Lanka, dimanche. Des églises catholiques et des hôtels, à Colombo, la principale ville du pays ont été pris pour cible par neuf kamikazes. Tout comme les villes de Negombo, Batticaloa, Dehiwala et Orugodawatta.

- Nettement revu à la baisse jeudi 25 avril, le bilan, qui reste provisoire, est de 253 morts.

- Le groupe Etat islamique a revendiqué les attaques ce mardi via son agence de propagande. Pour le gouvernement, le National Thowheeth Jama'ath (NTJ), est à l'origine des attaques suicides. Des dizaines de personnes ont été arrêtées dans le cadre de l'enquête. Des questions restent sans réponse sur des complicités éventuelles de groupe islamiste qui n'avait jusqu'alors jamais commis d'attentat meurtrier. 

- Selon les autorités, les attaques ont été commises  "en représailles à l'attaque contre les musulmans de Christchurch".

- Les autorités ont décrété un couvre-feu immédiat et le blocage temporaire des réseaux sociaux "pour éviter la propagation d'images incorrectes et fausses". L'état d'urgence est entré en vigueur mardi au Sri Lanka 

- Le Quai d'Orsay a ouvert une cellule de crise. Elle est joignable au joignable au (+33) 1 43 17 51 00. 

TRUMP


Donald Trump a appelé le Premier ministre du Sri Lanka, Ranil Wickremesinghe, pour lui présenter ses condoléances. Ces "attaques quasi simultanées (...) sont l'un des actes terroristes les plus meurtriers depuis les attentats du 11 septembre 2001 aux Etats-Unis. Le président Trump a promis le soutien des Etats-Unis au Sri Lanka pour déférer les auteurs devant la justice, et les deux dirigeants ont réaffirmé leur engagement à lutter contre le terrorisme mondial".

USA


Au moins quatre Américains ont été tués dans les attentats du dimanche de Pâques au Sri Lanka, et plusieurs autres "grièvement blessés", a annoncé lundi un responsable du département d'Etat américain à l'AFP.

RÉSEAUX SOCIAUX COUPÉS

Coupure des réseaux sociaux au Sri-Lanka : "Ce n'est pas comme ça qu'on va arrêter la diffusion de fausses rumeurs"

Coupure des réseaux sociaux au Sri-Lanka : "Ce n'est pas comme ça qu'on va arrêter la diffusion de fausses rumeurs"

MOUVEMENT ISLAMISTE


Les autorités sri-lankaises ont désigné le NTJ comme responsable des attaques. Mais ce mouvement, jusqu'alors, n'avait jamais commis d'attentat meurtrier. Comment a-t-il pu agir ? A-t-il eu des complicités ?

Sri Lanka : que sait-on du NTJ, ce "petit" groupe islamiste suspecté d'être à l'origine des pires attaques du pays ?

Sri Lanka : que sait-on du NTJ, ce "petit" groupe islamiste suspecté d'être à l'origine des pires attaques du pays ?

LE POINT SUR LA SITUATION 


- Huit explosions ont eu lieu dimanche au Sri Lanka visant des églises catholiques et des hôtels, à Colombo, la principale ville du pays, mais aussi à Negombo, à Batticaloa, à Dehiwala et à Orugodawatta.


- Le bilan, provisoire, est pour l'heure de 290 morts et 500 blessés. 1 Français figurerait parmi les victimes mais le Quai d'Orsay n'a pas confirmé l'information.  

>> Ce que l'on sait des victimes


- Pour le gouvernement, le National Thowheeth Jama'ath (NTJ), est à l'origine des attaques suicides mais des questions demeurent sur les complicités éventuelles de groupe islamiste qui n'avait jusqu'alors jamais commis d'attentat meurtrier. 24 personnes ont été arrêtées.

>> Pour en savoir plus, cliquez ici.


- Les autorités ont décrété un couvre-feu immédiat et le blocage temporaire des réseaux sociaux "pour éviter la propagation d'images incorrectes et fausses". Le couvre-feu est reconduit pour la nuit de lundi à mardi. Le président indique que l'état d'urgence sera décrété à partir de lundi 22 avril minuit, heure locale. 


- Le monde entier a condamné ces attaques. D'Emmanuel Macron au Pape en passant par Donald Trump ou Narendra Modi, les condamnations sont unanimes. 


-  L'archevêque de Colombo a appelé le gouvernement du Sri Lanka à "punir sans pitié" les responsables des attentats.


- Le Quai d'Orsay a ouvert une cellule de crise. Elle est joignable au joignable au (+33) 1 43 17 51 00. Au moins 35 étrangers figurent parmi les morts, dont un Portugais, un Néerlandais, deux ressortissants Turcs, deux australiens, trois danois, trois Indiens, deux Chinois, cinq britanniques et plusieurs américains. Des ressortissants japonais et britanniques ont été blessés.


 

Urgent

DERNIÈRE MINUTE 


Un Français figure parmi les morts dans les attentats au Sri Lanka, indiquent les autorités sri-lankaises. Une information qui n'a pas encore confirmée par le Quai d'Orsay. 


"Lundi 22 avril 2019 à 19H00, le nombre d'étrangers qui ont été identifiés comme tués est de 31", a déclaré le ministère des Affaires étrangères sri-lankais dans un communiqué, avant de donner un décompte par nationalité mais sans préciser si cette victime était un homme ou une femme. 

Infos précédentes

Un jour saint marqué par l'horreur. Une série d'explosions est survenue dimanche 21 avril au Sri Lanka dans trois hôtels luxueux et une église de Colombo ainsi que dans deux autres églises situées à proximité de la capitale. Les fidèles participaient à la messe de Pâques. Plus tard dans la journée, un hôtel situé à Dehiwala (sud de Colombo) a également été frappé. Avant une autre attaque à Orugodawatta, entraînant la mort de trois policiers. Un dernier bilan de ces attentats kamikazes fait désormais état de 253 morts, et non 359 comme indiqué auparavant.

Le christianisme est la quatrième religion la plus pratiquée au Sri Lanka. Il y aurait ainsi 1,2 million de catholiques, soit 7% de la population. A noter qu'il existe des catholiques chez les Tamouls comme chez la majorité cinghalaise. Certains fidèles sont toutefois critiqués pour leur soutien à des enquêtes extérieures portant sur les exactions de l'armée sri lankaise contre les Tamouls pendant la guerre civile.  

Après des attaques perpétrées par des groupes jihadistes contre des fidèles, le pays insulaire a intégré en 2017 l’Index mondial de persécution des chrétiens établi par l’ONG Portes ouvertes. 

Lire et commenter