EN DIRECT - Des figures démocrates et anti-Trump visées par des colis piégés : le FBI prudent sur les motivations du suspect qu'il a arrêté

International
ETATS-UNIS - Des engins explosifs artisanaux ont été envoyés à travers les Etat-Unis à des personnalités démocrates, dont l'ancien président Barack Obama, son vice-président Joe Biden ou encore l'ancienne secrétaire d'État Hillary Clinton, mais aussi l'acteur Robert De Niro. Un suspect a été arrêté, vendredi 26 octobre, et inculpé de cinq chefs d'accusation.
Live

RÉCAP'

• Un suspect a été arrêté par la police fédérale, en Floride. 

• Selon plusieurs médias, il s'agit d'un homme de 56 ans, qui présente plusieurs signes de fascination pour Donald Trump et de détestation des principales figures démocrates.


Les cibles de colis piégés sont :

• Le couple Obama

• Le couple Clinton

• John Brennan, au siège de CNN, ancien directeur de la CIA et désormais éditorialiste particulièrement critique de Donald Trump.

• Eric Holder, procureur général des Etats-Unis sous Barack Obama

• Debbie Wasserman Schultz, sénatrice démocrate en Floride

• Maxine Waters, sénatrice démocrate de Californie et surnommée par Trump "Crazy Maxine"

• George Soros, ancien nom de la finance et activiste politique

• Robert De Niro, acteur, opposant revendiqué à Donald Trump

• Joe Biden, ancien vice-président de Barack Obama

• Cory Booker, sénateur démocrate du New Jersey

James Clapper, ancien directeur du renseignement national sous Barack Obama

TRUMP


"Ces actes terroristes sont méprisables et n’ont pas de place dans notre pays" assure Donald Trump

SUSPECT


Cesar Sayoc, arrêté vendredi matin, est un républicain de 56 ans, connu des services judiciaires pour des faits de violence notamment et très virulent contre les démocrates sur les réseaux sociaux.

Raciste, antisémite, homophobe et pro-trump... qui est Cesar Sayoc, l'homme accusé d'être l'expéditeur des colis piégés ?

Raciste, antisémite, homophobe et pro-trump... qui est Cesar Sayoc, l'homme accusé d'être l'expéditeur des colis piégés ?
Live

PORTRAIT


Qui est le suspect arrêté par le FBI ?

PRUDENCE


Malgré le profil du suspect arrêté, dont la camionnette est notamment couverte d'autocollants pro-Trump, le directeur du FBI, Christopher Wray,  a estimé ce vendredi lors d'un point presse qu'il était "trop tôt pour parler des motivations" de Cesar Sayoc.

EMPREINTES


Cesar Sayoc a été confondu par ses empreintes digitales retrouvées sur l'un des paquets et sur deux des engins explosifs envoyés. 

Urgent

CESAR SAYOC


Les autorités américaines viennent de confirmer l'identité de l'homme arrêté ce vendredi et soupçonné d'avoir envoyé 13 colis piégés à des opposants de Donald Trump. Cesar Sayoc est un militant républicain âgé de 56 ans. Il a été inculpé de cinq chefs d'accusation, lui faisant risquer jusqu'à 48 ans de prison, a indiqué le ministre de la Justice,  Jeff Sessions.


Le directeur du FBI a de son côté évoqué l'hypothèse qu'il puisse y avoir d'autres colis "en cours d'acheminement". Il a en outre confirmé qu'il ne s'agissait pas de faux engins, contrairement à certaines rumeurs issues du camp pro-Trump qui laissaient entendre que c'étaient de fausses bombes.

TRUMP


Quelques heures après l’arrestation en Floride d’un suspect dans l'enquête sur les colis piégés, Donald Trump a loué le "travail incroyable" du FBI. "Ces actes sont ignobles et n'ont pas leur place dans notre pays", a déclaré le locataire de la Maison blanche. 


"Nous ne pouvons laisser la violence politique prendre racine en Amérique. Les Américains doivent s'unir et montrer au monde que nous sommes unis, dans la paix, l'amour et l'harmonie", a-t-il ajouté, en déplorant des "actes de terreur ignobles".

SUSPECT


Selon le média américain MSNBC, le suspect arrêté ce vendredi et soupçonné d'être à l'origine de l'envoi des colis piégés serait un homme de 56 ans et grand admirateur de Donald Trump.

ENQUÊTE

Une conférence de presse aura lieu à 20h30, annonce la porte-parole du ministère de la Justice.

Urgent

La police fédérale vient d'annoncer l'arrestation d'un suspect. Selon les informations de CNN, il a été arrêté en Floride, où les derniers éléments de l'enquête convergeaient.

TRUMP


Donald Trump dit qu'il déplore l'impact de l'affaire des colis suspects sur la "dynamique" électorale du camp républicain en vue des Midterms.  

Urgent

NOUVEAU COLIS SUSPECT


Le FBI fait savoir qu'un paquet "d'apparence similaire aux autres" adressé au sénateur démocrate Cory Booker, réputé pour son opposition farouche à Donald Trump, a été intercepté en Floride. Il s'agit du onzième colis suspect depuis le début de l'affaire. 

ENQUÊTE 


Des agents du FBI ont fouillé jeudi soir un centre postal localisé près de Miami. Objectif de la manœuvre : mettre à jour l'identité du ou des expéditeurs des dix colis piégés interceptés cette semaine. Expéditeurs qui auraient appris à concevoir de tels engins sur la Toile, selon les enquêteurs. 

 

Les colis ont tous transité par le système postal américain. D'après le FBI, ils étaient nombreux à avoir comme adresse de retour le bureau de la Représentante américaine Debbie Wasserman Schultz. 

RÉCAP'

• Un suspect a été arrêté par la police fédérale, en Floride. 

• Selon plusieurs médias, il s'agit d'un homme de 56 ans, qui présente plusieurs signes de fascination pour Donald Trump et de détestation des principales figures démocrates.


Les cibles de colis piégés sont :

• Le couple Obama

• Le couple Clinton

• John Brennan, au siège de CNN, ancien directeur de la CIA et désormais éditorialiste particulièrement critique de Donald Trump.

• Eric Holder, procureur général des Etats-Unis sous Barack Obama

• Debbie Wasserman Schultz, sénatrice démocrate en Floride

• Maxine Waters, sénatrice démocrate de Californie et surnommée par Trump "Crazy Maxine"

• George Soros, ancien nom de la finance et activiste politique

• Robert De Niro, acteur, opposant revendiqué à Donald Trump

• Joe Biden, ancien vice-président de Barack Obama

• Cory Booker, sénateur démocrate du New Jersey

James Clapper, ancien directeur du renseignement national sous Barack Obama

Urgent

JOE BIDEN 


Un colis suspect a également été adressé à l'ancien vice-président démocrate Joe Biden, rapportent plusieurs des médias américains. Ce paquet est, selon la chaîne NBC, similaire à ceux adressés mardi et mercredi à plusieurs personnalités démocrates et à la chaîne CNN. À noter que Joe Biden, 75 ans, qui fut le n°2 de Barack Obama de 2009 à 2017, est régulièrement cité comme un possible candidat à la présidentielle de 2020. 

TRUMP 


Le président américain accuse à nouveau les médias d'être responsables de la "colère que nous que nous voyons actuellement dans la société", causée par des "nouvelles délibérément fausse et imprécises".

DE NIRO VISÉ ?


Ce jeudi matin, CNN rapporte que l'acteur américain, opposant revendiqué à Donald Trump (en juin dernier, il avait insulté le président sur la scène des Tony Awards),  a fait l'objet de l'envoi d'un colis piégé. Son nom était inscrit sur le courrier envoyé à une adresse de Tribeca qui correspond à celle du centre du film dont De Niro est le fondateur.  

VISÉE


Dans la soirée, le FBI a indiqué que deux colis supplémentaires "d'apparence similaire" avaient été envoyés à la députée démocrate californienne Maxine Waters, portant le nombre total de ces paquets à sept dans la journée.

ACCUSATIONS


Dans un communiqué, deux chefs de fil démocrate considèrent que les propos de Donald Trump en réaction à la série de colis piégés sont "creux".


Nancy Pelosi et Chuck Schumer  accusent ainsi le président des Etats-Unis d'avoir "cautionné la violence et divisé les Américains avec ses mots et ses actions" à "maintes reprises".

LES MOTS ONT UN SENS


Le président de la chaîne CNN, Jeff Zucker, a publié un communiqué dans lequel il interpelle directement le président Donald Trump rappelant que les "mots comptent".


"Il y a un manque total et complet de compréhension de la part de la Maison Blanche concernant la gravité de leurs attaques continues contre les médias", a-t-il déclaré.

CNN


L'immeuble de la Time Warner, où se situent les locaux de CNN, a rouvert. Le personnel est désormais autorisé à rentrer dans le bâtiment. 


"Le NYPD a achevé son balayage de sécurité", a ainsi  déclaré le président de la chaîne américaine, Jeff Zucker.

BILL CLINTON


Sur Twitter, l'ancien président des Etats-Unis a tenu à remercier les services secrets américains qui "travaillent sans relâche pour assurer la sécurité de notre pays et de nos communautés."


"Je suis à jamais reconnaissant pour leurs efforts."

RECTIFICATIF


Andrew Cuomo, Gouverneur de New-York, avait annoncé lors d'une conférence de presse avoir également été la cible d'un colis piégé. Information désormais démentie par le FBI qui aurait déclaré, selon la chaîne NBC, que le bureau du gouverneur n'avait pas reçu d'objet explosif, et que le colis en question était inoffensif et sans rapport avec les autres bombes. 

DONALD TRUMP


Le président des Etats-Unis a fait le point sur l'enquête disant que les colis allaient faire l'objet d'une enquête fédérale et qu'ils ne lésineront pas sur les moyens pour trouver celui ou ceux qui ont envoyé les "engins".


Il a également déclaré qu'il faut que les Américains "s'unissent", dénonçant des actes "ignobles".


"La violence politique n'a pas sa place aux Etats-Unis."

PHOTO


L'un des présentateurs de CNN, qui était en plateau lorsque l'alerte a été donnée, a publié sur son compte Twitter une photo du paquet contenant les engins explosifs  envoyés à la chaîne américaine.

RÉCAP'


 Pour le moment, les cibles de colis piégés sont :

- Le couple Obama

- Le couple Clinton

- John Brennan, au siège de CNN, ancien directeur de la CIA et désormais éditorialiste particulièrement critique de Donald Trump.

- Eric Holder, procureur général des Etats-Unis sous Barack Obama

- Debbie Wasserman Schultz, sénatrice démocrate en Floride

- Maxine Waters, sénatrice démocrate de Californie et surnommée par Trump "Crazy Maxine"

- George Soros, ancien nom de la finance et activiste politique

MÊME ADRESSE DE RETOUR


Selon CNN, le colis envoyé à la sénatrice Debbie Wasserman Schultz était en fait adressé à Eric Holder. Egalement membre du parti démocrate, il était le premier Afro-américain à occuper le poste de procureur général des États-Unis.


L'adresse de la sénatrice Debbie Wasserman Schultz était en fait inscrite comme destination en cas de retour du colis. Selon deux sources policières citées par CNN, c'était également l'adresse de retour inscrite sur les paquets ciblant Clinton et Obama.

CONFÉRENCE DE PRESSE


Le gouverneur de l'Etat New-York, le maire de New-York et le commissaire de police de l'Etat tiennent actuellement une conférence de presse après qu'un colis piégé a été trouvé aux locaux de CNN.


Le commissaire de police a expliqué que de la "poudre blanche" dans une enveloppe accompagnait le colis piégé et que la bombe était "opérationnelle".


Le maire de New-York, Bill de Blasio, estime de son côté que cette attaque était "clairement un acte de terreur qui visait à saper la liberté de la presse et les dirigeants de notre pays". Et a invité les responsables "de tout bord" à ne pas inciter à la violence.

 

HILARY CLINTON


En Floride, Hilary Clinton a réagi à l'attaque au colis piégé dont elle a été la cible. Elle a décrit ce qu’elle considère comme "une époque sombre" et de "divisions profondes".


"Nous devons tout faire pour réunir notre pays. Et élire les candidats qui essaieront de faire de même", a ajouté l’ex-candidate malheureuse à la présidentielle. Un message qui arrive deux semaines avant les mid-terms, élections de mi-mandat américaines qui auront lieu le 6 novembre.

TERRORISME


Pour le chef des républicains au Sénat, Mitch McConnell, la série de colis suspects aux Etats-Unis est un acte de "terrorisme intérieur".


Mais selon un responsable des services de renseignement américain, cité par CNN, il est encore trop tôt pour parler d'acte terroriste. 

DONALD TRUMP


Le président des Etats-Unis a réagi en re-tweetant le message de son vice-président. Et en ajoutant en commentaire : "Je  suis d'accord de tout cœur."

PHOTO


Sur son compte Twitter, la chaîne américaine NBC a publié une photo de l'un des quatre engins explosifs.

CINQUIÈME COLIS SUSPECTS


La police a confirmé l'information de CNN qui déclarait qu'un colis suspect a également été trouvé à proximité des bureaux de la sénatrice de Floride, et ex-présidente du parti démocrate, Debbie Wasserman Schultz. Ses locaux ont été évacués.

CONFÉRENCE DE PRESSE


Une conférence de presse aura lieu dans une heure (12h45 heure locale) pour faire le point sur la situation, a annoncé la mairie de New-York.

DONALD TRUMP


Le président des Etats-Unis ne s'est toujours pas exprimé. Mais il a été informé et est briefé sur la situation minute par minute selon une déclaration de Sarah Sanders, l'attachée de presse de la Maison Blanche.

COLIS SUSPECTS


Le colis suspect trouvé dans le bâtiment de CNN a été évacué par la police dans un camion blindé.

COLIS SUSPECTS


Les bureaux de la congresswoman démocrate de Floride Debbie Wasserman Schultz ont aussi été évacués après la découverte d'un colis suspect, selon CNN.

JOHN BRENNAN


Selon CNN, le colis suspect visant leur siège était plus précisément adressé à John Brennan. Ancien directeur de la CIA il est désormais un éditorialiste particulièrement critique de Donald Trump.

VICE-PRÉSIDENT


Mike Pence, le vice-président des Etats-Unis, a condamné les attaques visant Obama, les Clinton et CNN.

"Ces actions lâches sont méprisables et n'ont pas leur place dans ce pays", a-t-il ainsi indiqué dans un Tweet.

DÉMINAGE 


Le colis suspect retrouvé au siège de CNN va être déplacé dans un camion blindé afin que les services secrets puissent la faire exploser dans une zone inhabitée et sécurisée.

ATTAQUES LIÉES


Les quatre engins explosifs envoyés à Hillary Clinton, à l'ancien président Obama, au philanthrope milliardaire George Soros et à CNN seraient "liés" selon des sources policières citées par des médias américains.

PAS DE COLIS À LA MAISON BLANCHE


Les services secrets américains ont démenti une information qui annonçait qu'un autre paquet suspect avait été adressé à la Maison Blanche. 

QUATRE COLIS SIMILAIRES


Selon un haut responsable, le colis envoyé à CNN serait similaire à celui envoyé à Clinton, Obama et George Soros. Selon les informations du New York Times, il serait donc construit à partir d’un tuyau d’environ quinze centimètres bourré de poudre explosive. 

CIBLES DÉMOCRATES


Selon le New York Times, des responsables ont déclaré que l'enquête porterait sur le fait de savoir si les colis visaient des personnalités démocrates. 

DÉMINAGE 


L'engin suspect serait composé de câbles et tubes et sera donc traité comme un "engin explosif". La brigade de déminage new-yorkaise est en ce moment sur place.

CNN ÉVACUÉ


Une vidéo montre le moment où l'alarme s'est déclenchée dans les bureaux de la chaîne américaine. Les présentateurs stars de CNN étaient alors en direct pour signaler que deux "colis suspects" avaient été envoyés à Barack Obama et Hilary Clinton.

CNN ÉVACUÉ


Jim Sciutto, présentateur de CNN, a tweeté une photo en dehors du siège de la Times Warner, à Manhattan. Tout l’immeuble, où se trouvent notamment les bureaux de la chaîne américaine, ont été évacués après qu'un "engin suspect" a été retrouvé dans les locaux où le courrier est trié.

OBAMA ET CLINTON VISÉS 


Deux engins explosifs ont été retrouvés dans un courrier adressé à l'ancien président Barack Obama et à l'ancienne secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton. Dans un communiqué, les services secrets ont ainsi déclaré avoir "intercepté deux colis suspects adressés à des personnes protégées".

BIENVENUE 


Bonjour à toutes et à tous, bienvenue dans ce live consacré aux dernières informations concernant des colis suspects reçus par plusieurs personnalités ou institutions aux Etats-Unis. 

En une semaine, plusieurs personnalités démocrates ont été visées par des engins explosifs aux Etats-Unis. Ce mercredi 24 octobre, ce sont les résidences de l’ancien président Barack Obama  et de l’ex-candidate démocrate Hillary Clinton ont été la cible de colis piégés. La Maison Blanche a d'ores et déjà condamné ces actes "ignobles". Le siège de la chaîne CNN a également été la cible d'un colis explosif.  Ses locaux new-yorkais ont été évacués ce matin après qu'un "engin suspect" a été retrouvé dans les locaux où le courrier est trié. La police new-yorkaise a retrouvé dans les locaux un colis contenant "ce qui semble être un engin explosif" et une "poudre blanche" en cours d'analyse, a confirmé son chef, James O'Neill. 


Selon une source officielle, citée par le quotidien américain New York Times,les dispositifs reçus par Obama et Clinton étaient construits à partir d’un tuyau d’environ quinze centimètres bourré de poudre explosive.


La tension a tourné à la psychose lorsque la police de Floride a indiqué avoir trouvé un colis suspect près du bureau de l'élue au Congrès américain Debbie Wasserman Schultz, ex-présidente du comité national du parti démocrate poussée à la démission en 2016 après avoir été accusée d'avoir favorisé Hillary Clinton contre Bernie Sanders aux primaires. 


Deux autres personnalités démocrates noires, l'ex-ministre de la Justice d'Obama, Eric Holder, et la députée californienne Maxine Waters, ont aussi été visées par des colis suspects. Sans parler de fausses alertes concernant les bureaux de Manhattan du gouverneur démocrate de l'Etat de New York, Andrew Cuomo, et le bureau à Washington de la députée californienne Kamala Harris.

Pas de revendication

Un colis similaire à celui trouvé en début de semaine au domicilie du milliardaire George Soros. A 88 ans, après une carrière dans la finance, il est désormais un activiste politique de renom. Et fait donc souvent l'objet de critiques virulentes de la droite américaine. Devenu la bête noire des complotistes, certains ont même supposé, de manière erronée, qu’il avait financé une caravane de migrants mexicains. 


Dans ces deux cas, une équipe de démineurs a pu intervenir afin de faire exploser les paquets. Et si le motif de ces actions reste inconnu pour le moment, la fondation de George Soros avait réagi mardi dernier en dénonçant "la rhétorique de la haine qui domine la politique aux Etats-Unis (...) et engendre extrémisme et violence". Pour le moment, aucune revendication n'a été faite.


Grâce aux empreintes digitales retrouvées sur l'un des paquets et sur deux des engins explosifs envoyés, le FBI a pu arrêté le suspect : Cesar Sayoc, un républicain de Floride âgé de 56 ans, connu des services judiciaires pour des faits de violence notamment et très virulent contre les démocrates sur les réseaux sociaux.


Suivez en direct l'évolution de la situation dans le fil ci-dessus:

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Des colis suspects menacent le camp anti-Trump

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter