EN DIRECT - Ethiopian Airlines : les boîtes noires montrent des "similitudes claires" avec le crash de Lion Air

International
ACCIDENT - Un Boeing 737 MAX 8 de la compagnie Ethiopian Airlines s'est écrasé le 10 mars alors qu'il effectuait la liaison Addis Abeba-Nairobi, tuant 157 personnes, dont neuf Français. L'avion est désormais cloué au sol dans de très nombreux pays, en attendant les résultats de l'enquête. Suivez les dernières informations en direct.
Live

BOEING


Dimance, le PDG de Boein, Dennis Muilenburg, a fait savoir que l'entreprise était sur le point de "finaliser" le développement d'un correctif du système anti-décrochage MCAS du 737 MAX. "Boeing est en train de finaliser le développement d'une actualisation déjà annoncée du logiciel et la révision du manuel de formation des pilotes pour répondre aux erreurs des capteurs du MCAS", déclare M. Muilenburg, dans un communiqué. Vendredi deux sources industrielles anonymes avaient indiqué à l'AFP que ce correctif devrait être prêt dans une dizaine de jours et que la "réparation" prendrait au moins deux heures. Cette modification ne présage pas des causes de l'accident du 737 MAX-8 d'Ethiopian Airlines, avaient mis en garde ces sources, ce qu'a également semblé faire dimanche Dennis Muilenburg. Il a déclaré que "les enquêteurs continuent à travailler pour établir des conclusions définitives".

ENQUÊTE 


Les Etats-Unis ont-ils été complaisants dans la certification du Boeing 737 MAX ? La question est désormais sur toutes les lèvres après les "similitudes claires" évoquées dimanche par les autorités éthiopiennes entre la tragédie d'Ethiopian Airlines et le drame de Lion Air cinq mois plus tôt.  Selon le Wall Street Journal, el département américain des Transports mène une enquête sur le processus d'approbation par le régulateur du transport aérien (FAA) des avions Boeing 737 MAX impliqués dans deux dernières catastrophes aériennes.  Outre les liens entre les deux drames, les autorités cherchent à savoir, toujours selon le journal, si le système anti-décrochage  MCAS pourrait avoir joué un rôle dans l'écrasement de l'appareil.

Urgent

BOÎTES NOIRES


L'analyse des boîtes noires montre des "similarités" avec le crash en octobre 

d'un appareil du même type, le Boeing 737 Max, appartenant à la compagnie indonésienne Lion Air, a annoncé ce dimanche la ministre éthiopienne des Transports.


"Lors de l'enquête sur l'enregistreur des paramètres (FDR - Flight data recorder), des similarités claires ont été notées entre le vol 302 d'Ethiopian Airlines et le vol 610 de Lion Air", a déclaré la ministre Dagmawit Moges au cours d'une conférence de presse, précisant que le rapport préliminaire sur les causes du crash en Ethiopie seraient publiées dans 30 jours.


L'extraction des données contenues par les boîtes noires du Boeing 737 MAX d'Ethiopian Airlines a été réalisée "avec succès", a annoncé dimanche le Bureau d'enquêtes et d'analyses (BEA) français.

ENQUÊTE


L'enquête sur les causes du crash en Ethiopie d'un Boeing 737 MAX 8 (157 morts), qui a entrainé le clouage au sol de ce type d'appareil dans de très nombreux pays, va prendre un temps "considérable", a affirmé samedi la ministre éthiopienne des Transports.


"L'enquête (...) requiert une analyse minutieuse et un temps considérable pour parvenir à des conclusions concrètes", a déclaré la ministre Dagmawit Moges au cours d'une conférence de presse à Addis Abeba.


L'accident de dimanche, qui a provoqué la mort des 157 personnes à bord de 35 nationalités, est le second en moins de cinq mois pour le Boeing 737 MAX 8, désormais cloué au sol dans de très nombreux pays, dont les Etats-Unis où il est produit.

ADN


L'identification des restes des 157 victimes du crash dimanche en Ethiopie d'un Boeing 737 MAX 8, grâce à des analyses ADN, pourrait prendre 6 mois, a indiqué amedi la compagnie Ethiopian Airlines dans un document dont l'AFP a obtenu copie.


"Les résultats des analyses ADN seront annoncés approximativement 5 à 6 mois après prélèvement des échantillons", indique la compagnie, dans un document transmis aux proches des victimes. Ce document a été transmis à l'AFP par un proche d'une victime, qui a souhaité l'anonymat.


L'identification sera effectuée en faisant correspondre l'ADN des restes des victimes collectés sur le lieu de crash, à quelque 60 km à l'est d'Addis Abeba, avec des échantillons ADN soumis par les familles.

UN INCIDENT EN IRAN 


L'Iran a banni de son espace aérien les Boeing 737 MAX, ce vendredi, annonce l'aviation civile, par l'intermédiaire du ministère des transports iranien. Le ministère a en outre fait état d'un incident survenu en décembre dernier qui a impliqué un Boeing 737 MAX. 


Selon cette source, l'appareil, de la compagnie Norwegian Air Shuttle, avait dû faire un atterrissage d'urgence à Chiraz (sud) en raison de problèmes de moteur. Les passagers n'avaient pas été blessés et avaient pu repartir le jour suivant vers leur destination mais l'avion avait dû, selon le ministère, rester à Chiraz plus de deux mois avant que les Etats-Unis n'autorisent l'envoi de pièces détachées en Iran. L'Iran ne peut pas acheter ou faire voler des Boeing 737 MAX en raison des sanctions américaines.

737 MAX 


Alors que le système anti-décrochage MCAS de l'avion est mis en cause depuis le crash, le constructeur américain Boeing annonce le modifier dans une dizaine de jours. Deux sources l'annoncent à l'AFP, précisant que cela ne présage pas des causes de l'accident d'Ethiopian Airlines, dont les boîtes noires sont actuellement analysées par le Bureau d'enquêtes et d'anlayses français.

ENQUÊTE


Le "processus d'enquête" sur les causes du crash du Boeing 737 MAX 8 en Ethiopie, qui a fait 157 morts, a débuté à Paris, où les boîtes noires sont arrivées jeudi pour analyse, a indiqué la compagnie aérienne Ethiopian Airlines.


"La délégation éthiopienne menée par le chef du Bureau (éthiopien) d'enquête pour les accidents est arrivée au Bureau français d'enquêtes et d'analyses (BEA) et le processus d'enquête a débuté à Paris", a annoncé Ethiopian Airlines sur son compte Twitter officiel.

TÉMOIGNAGE DES CONTRÔLEURS AÉRIENS


Avant le crash, le commandant du Boeing 737 Max d'Ethiopian  Airlines a contacté les contrôleurs aériens d'Addis Abeba avec une voix "paniquée", utilisant une expression pour signifier une urgence absolue : "Break, Break, retour à la maison".


A ce moment, les contrôleurs observent la trajectoire inquiétante de l'avion, qui oscille entre des montées et des descentes de centaines de pieds. Deux minutes plus tard, ils perdront tout contact avec l'équipage. 

Urgent

COUP D'ARRÊT


Boeing suspend les livraisons de 737 MAX, annonce un porte-parole du constructeur américain. "Nous suspendons la livraison des 737 MAX jusqu'à ce que nous trouvions une solution", a-t-il déclaré, ajoutant que l'avionneur américain poursuivait en revanche leur production. "Mais nous sommes en train d'évaluer nos capacités", c'est-à-dire de savoir où les avions sortis des chaînes d'assemblage vont être stockés, a-t-il expliqué.

PILOTES


"Ces systèmes, dont l'ambition serait de rendre les vols plus sûrs, connaissent un développement si rapide que les autorités de certification ont du mal à évaluer leurs effets secondaires, notamment sur la conduite du vol et la formation des équipages", poursuit le SNPL Alpa. "De plus, ces technologies informatiques dépendent elles-mêmes de capteurs par essence peu fiables, et n’acceptent généralement pas de rendre la main aux pilotes", ajoutent-ils.


Le syndicat demande toutefois de "laisser les enquêteurs agir", précisant qu'"aucune information à ce jour ne permet d’émettre une quelconque hypothèse sur les causes de l’accident".

PILOTES


Un syndicat de pilotes français estime à son tour que "les systèmes informatiques embarqués trop complexes affectent "depuis plusieurs années" le transport aérien", écrit le SNPL Alpa (Syndicat national des pilotes de ligne) dans un communiqué, tout en appelant à la prudence sur les causes de l'accident du Boeing 737 MAX d'Ethiopian Airlines.

BOÎTES NOIRES


Les boîtes noires du  737 MAX d'Ethiopian Airlines qui s'est écrasé dimanche près d'Addis Abeba, faisant 157 morts, ont été réceptionnées jeudi par les enquêteurs du Bureau d'enquêtes et d'analyses (BEA) français, a annoncé ce dernier à l'AFP. 


Les autorités éthiopiennes avaient demandé mercredi l'assistance du BEA, responsable en France des enquêtes de sécurité dans l'aviation civile, "pour l'analyse des FDR et CVR", les deux boîtes noires contenant les paramètres de vol et les conversations dans le cockpit.

BOÎTES NOIRES


Les boîtes noires du Boeing 737 MAX qui s'est écrasé dimanche en Ethiopie ont été envoyées en France, où une agence spécialisée a été chargée d'enquêter sur les causes du crash à la suite duquel la plupart des pays ont immobilisé tous les avions du même modèle.


La compagnie Ethiopian Airlines a annoncé jeudi que les deux boîtes noires avaient été emmenées "à Paris pour enquête". L'Éthiopie ne dispose pas de l'équipement nécessaire pour les analyser.

BRÉSIL


Le Brésil a suspendu mercredi tout vol d'avion Boeing 737 MAX 8. L'agence a expliqué dans un communiqué que cette suspension concernait également "les compagnies qui ont suspendu de leur propre initiative les vols, comme Gol".

CHILI, MEXIQUE, COSTA RICA, PANAMA


Le Chili a rejoint la longue liste des pays ayant interdit les vols de Boeing 737 MAX 8 sur son territoire. Il a été rejoint un peu plus tard par de nouveaux pays : le Mexique, le Costa Rica et le Panama.

ENQUÊTE


Les boîtes noires seront envoyées en France, annonce le Bureau d'enquêtes et d'analyses.

VICTIMES FRANÇAISES


Les familles et des proches de nos neuf compatriotes qui ont péri lors du crash ont été reçus ce mercredi par Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d'État auprès du ministre de l'Europe et des Affaires étrangères. "Cette réunion a notamment permis aux familles de poser toutes leurs questions aux représentants du ministère de la Justice, du parquet de Paris, aux enquêteurs français et aux associations de victimes et d'aide aux victimes", précise le Quai d'Orsay dans un communiqué.

"UNE NOUVELLE PREUVE"


La Federal Aviation Administration (FAA), autorité américaine de l'aéronautique, explique dans un communiqué la décision de clouer au sol temporairement les 737 MAX 8 et 9. L'agence évoque la collecte de données et une "nouvelle preuve" trouvée sur le site du crash et analysée le jour-même. 

ETATS-UNIS


Les Boeing 737 MAX 8 et 9 seront finalement cloués au sol aux Etats-Unis, annonce Donald Trump. "Nous allons décréter en urgence l'interdiction de tous les vols des 737 MAX 8 et 737 MAX 9", a déclaré M. Trump depuis la Maison Blanche. "La sécurité des Américains, et de tous les passagers, est notre priorité absolue", a-t-il ajouté.

ENQUÊTE


Sollicitée pour analyser les boîtes noires de l'appareil accidenté, que la compagnie Ethiopia Airlines n'est pas équipée pour lire, l'Allemagne a dû décliner la demande. "Nous n'allons pas analyser les boîtes noires, car nous n'en sommes pas capables", a indiqué mercredi un porte-parole du bureau allemand d'enquête sur les accidents aéronautiques à l'AFP. "Elles ont un nouveau software que nous ne pouvons pas lire", a-t-il précisé.

CANADA


Justifiant sa décision par "de nouvelles données" reçues mercredi matin sur les circonstances du crash d'Ethiopian Airlines, le Canada annonce à son tour qu'il bannit "immédiatement" et "jusqu'à nouvel ordre", les Boeing 737 MAX-8 et MAX-9 de son espace aérien. Selon le New York Times, il s'agit d'images satellites montrant des similitudes entre l'accident survenu dimanche et celui, en octobre 2018, du vol Lion Air qui s'était abîmé en Indonésie. 

INCIDENT


Le récit d'un co-pilotes, dans un des rapports, daté de novembre 2018, c'est-à-dire après la tragédie de Lion Air qui a fait 189 morts, fait froid dans le dos : Quand l'avion a atteint la vitesse appropriée, "le commandant de bord a activé le +A+, le pilotage automatique. En deux ou trois secondes, l'avion s'est mis à piquer du nez", écrit-il. "J'ai crié 'descente' juste avant que le GPWS (Ground proximity warning system, système d'avertisseur de proximité du sol) ne retentisse" dans le cockpit, a-t-il ajouté. "Le commandant de bord a immédiatement déconnecté le pilotage automatique et redressé l'avion".

QUAND LES PILOTES AMÉRICAINS ALERTAIENT


Plusieurs pilotes américains avaient rapporté fin 2018, sur une base de données anonyme de la Nasa, des incidents rencontrés aux commandes du Boeing 737 MAX 8, dont deux modèles se sont écrasés récemment. Selon ces documents publics que l'AFP a pu consulter, certains de ces incidents semblent impliquer le système de stabilisation en vol destiné à éviter un décrochage de l'avion, le "MCAS" (Manoeuvering Characteristics Augmentation System), mis en cause dans l'accident meurtrier d'un Boeing 737 MAX 8 de la compagnie indonésienne Lion Air fin octobre.

Urgent

ANALYSE


Les boîtes noires de l'avion seront envoyées en Europe pour analyse, annonce l'Ethiopian Airlines.


"Nous allons les envoyer en Europe, mais le pays n'est pas encore spécifié", a déclaré à l'AFP Asrat Begashaw, un porte-parole d'Ethiopian Airlines.


L'Ethiopie ne possède pas l'équipement nécessaire à la lecture des boîtes noires du Boeing 737 MAX 8, a indiqué mercredi à l'AFP un porte-parole de la compagnie aérienne Ethiopian Airlines.

MARTINIQUE


Un avion Boeing 737MAX de la compagnie aérienne Air Canada est reparti, mardi, en début d'après midi de l'aéroport Aimé Césaire en Martinique sans les 161 personnes qui devaient se rendre à Montréal, a appris l'AFP auprès des passagers. 


L'appareil était arrivé à 13h05 ( heure locale) et devait regagner le Canada dans l'après midi. Le vol a été reporté à mercredi matin.


Ce report est la conséquence de la décision prise par la France d'interdire les Boeing 737 dans son espace aérien deux jours après le crash d'un appareil d'Ethiopian Airlines du même modèle.

BOÎTES NOIRES


L'Ethiopie ne possède pas l'équipement nécessaire à la lecture des boîtes noires du Boeing 737 MAX 8 qui s'est écrasé dimanche à l'est d'Addis Abeba, et pourrait dès lors les envoyer à l'étranger, a indiqué mercredi à l'AFP un porte-parole de la compagnie aérienne Ethiopian Airlines.


"Elles pourraient être envoyées à l'étranger parce qu'il n'y a pas l'équipement pour les lire ici", a déclaré Biniyam Demssie, porte-parole d'Ethiopian Airlines.

INTERDICTION


L'Egypte a annoncé ce mercredi l'interdiction de son espace aérien aux Boeing 737 MAX, trois jours après le crash du vol 302 d'Ethiopian Airlines qui a fait 157 morts peu après son décollage d'Addis Abeba.


Le ministère de l'Aviation civile a indiqué dans un communiqué mercredi avoir pris cette décision pour assurer "la sécurité des passagers" après la tragédie de dimanche en Ethiopie. Tous les vols de Boeing 737 MAX "au décollage et à l'atterrissage" seront immobilisés jusqu'à nouvel ordre.


La liste complète des pays ayant interdits les Boeing 737 Max ici.

RÉPARATIONS


La compagnie à bas coûts Norwegian Air Shuttle, qui a cloué au sol ses 18 Boeing 737 MAX 8, va exiger des réparations financières auprès du constructeur américain, a déclaré mercredi un porte-parole.


"Nous allons envoyer la facture intégrale à Boeing", a déclaré un porte-parole de la troisième low cost européenne, Lasse Sandaker-Nielsen, au site d'informations économiques www.e24.no. "Norwegian ne doit pas être pénalisé économiquement parce qu'un avion totalement neuf ne peut pas voler".

BRUNO LE MAIRE


L'Europe et la France ont interdit au Boeing 737 MAX de pénétrer dans son espace aérien hier. Est-ce une vraie mesure sécuritaire ou un moyen de mettre à mal le constructeur américain, concurrent d'Airbus ? "Il y a un principe de précaution qui s’applique. Nous devons la sécurité maximale à tous les voyageurs. Donc c’est un principe de précaution qui s’applique en Europe, et je pense que c’est un bon principe" a assuré le ministre de l'Economie Bruno Le Maire sur LCI.

INQUIÉTUDE


Les États-Unis soutiennent Boeing mais les passagers et personnels navigants doutent...

Passagers en colère, #GroundBoeing737, Boeing qui décolle vide… les autres conséquences du crash d'Ethiopian Airlines

Passagers en colère, #GroundBoeing737, Boeing qui décolle vide… les autres conséquences du crash d'Ethiopian Airlines

ÉTAT DES LIEUX


Plusieurs pays et compagnies stoppent les vols des Boeing 737 MAX. Voici la liste mise à jour.

Crash d'Ethiopian Airlines : ces pays et compagnies aériennes qui clouent au sol les Boeing 737 MAX

Crash d'Ethiopian Airlines : ces pays et compagnies aériennes qui clouent au sol les Boeing 737 MAX

USA


Alors que de nombreux Etats ont décidé de clouer au sol le Boeing 737 MAX 8,  ce n'est pas le cas des Etats-Unis. "Jusqu'à présent notre examen du dossier ne montre aucun problème de performance et ne fournit aucune raison pour ordonner l'immobilisation de cet avion", affirme l'Agence fédérale de l'aviation (FAA) dans un communiqué. En outre, "les autres autorités de l'aviation (civile) ne nous ont fourni aucune donnée qui justifierait une telle mesure", ajoute le régulateur du transport aérien, confirmant ainsi l'isolement des Etats-Unis par rapport au reste du monde sur cette affaire.

BOEING


Donald Trump et le PDG de l'avionneur américain se sont entretenus au téléphone alors que le modèle du 737 MAX est interdit dans de nombreux espaces aériens. 

ET MAINTENANT, L'INDE


A leur tour, des autorités indiennes décident de clouer au sol les Boeing 737 MAX.  

SUSPENSION EUROPÉENNE 


L’Agence européenne de la sécurité aérienne (EASA) annonce par voie de communiqué qu'elle suspend les vols des Boeing 737 MAX-8 et 737 MAX-9 à compter de 20H ce mardi soir (19H GMT). Une suspension qui concerne tous les vols commerciaux à destination, au départ ou survolant l'Union européenne. 

BOEING "DANS UNE SORTE D'IMPASSE"


Invité à réagir sur LCI à la cascade d’interdictions frappant les Boeing 737 MAX depuis le crash d’un avion d’Ethiopian Airlines dimanche, Michel Polacco, spécialiste de l’aviation, estime que l’avionneur américain est désormais "dans une sorte d’impasse". Et de s’interroger : "Faut-il arrêter cette version ? La modifier considérablement ? Lancer un avion nouveau ? Ils (les responsables de Boeing, ndlr) vont avoir à trouver des réponses à des questions qui sont, dans tous les cas de figures, très ennuyeuses et, éventuellement, très très coûteuses."

PAYS-BAS


Comme six de leurs voisins européens, les Pays-Bas interdisent leur espace aérien aux Boeing 737 MAX. 

LE RÉCAP' DES INTERDICTIONS ET SUSPENSIONS


Si les Etats-Unis continuent - pour l'instant - de les faire voler, plusieurs pays européens, dont la France, le Royaume-Uni et l'Allemagne, ont fermé mardi leur espace aérien aux Boeing 737 MAX, emboîtant le pas à d'autres Etats d'Asie, d'Océanie et du Golfe, mais aussi à de nombreuses compagnies. En voici la liste :


• Les pays :

Allemagne, Australie, Autriche, Chine, Corée du Sud, France, Indonésie, Irlande, Italie, Oman, Malaisie, Mongolie, Pays-Bas, Royaume-Uni, Singapour.


• Les compagnies aériennes : 

Aerolineas Argentinas, Aeromexico, Cayman Airways, Comair, Ethiopian Airlines, Gol, Icelandair, Norwegian Air Shuttle, Turkish Airlines.

FRANCE


Au micro de LCI, la ministre des Transports Elisabeth Borne explique que la France "a préféré suspendre" tous les vols de Boeing 737 MAX dans son espace aérien, bien qu'aucune compagnie française ne soit pourvue de ce type d'appareils. 

ITALIE


C'est à présent l'Italie qui annonce l'interdiction de son espace aérien aux Boeing 737 MAX à compter de 21H ce mardi soir. 

FRANCE 


Reprenant le communiqué de la DGAC, la ministre des Transports Elisabeth Borne assure que le gouvernement français suit "attentivement l'évolution de l'enquête".

IRLANDE


L'Irlande annonce également la fermeture de son espace aérien aux Boeing 737 MAX.

FRANCE 


La Direction générale de l'aviation civile (DGAC) annonce l'interdiction "à titre conservatoire" de "tout vol commercial effectué sur un Boeing 737 MAX à destination, au départ ou survolant le territoire français", précisant qu'aucune des compagnies françaises ne dispose de ce type d'appareils. "La France reste attentive aux éléments à venir de l'enquête, et aux décisions que pourront prendre les autorités de certification européenne ou américaine", ajoute le communiqué. 

ALLEMAGNE


Comme de nombreux pays, l'Allemagne ferme à son tour son espace aérien aux Boeing 737 MAX-8. 

TRUMP 2/2


"Je ne sais pas pour vous, mais moi, je ne veux pas qu'Albert Einstein soit mon pilote. Je veux des grands professionnels de l'aviation qui puissent facilement et rapidement prendre le contrôle de l'avion", a tweeté le président américain. 

TRUMP 1/2


Sur Twitter, le président américain a commenté ce mardi les conséquences du crash subi par le Boeing au décollage d’Addis-Abeba (Ethiopie) : "Les avions deviennent beaucoup trop complexes à faire voler. Les pilotes ne sont plus nécessaires, mais il faut plutôt des informaticiens du MIT (la prestigieuse université de Cambridge qui forme des ingénieurs, ndlr). Je le constate tout le temps pour de nombreux produits. On cherche toujours à avancer vers une étape inutile quand souvent le vieux et le plus simple valent mieux. Il faut prendre des décisions en une fraction de seconde mais la complexité créé le danger. Tout cela pour un coût énorme et très peu de gain." 

NORWEGIAN


La compagnie Norwegian, qui opère de nombreux vols en Europe, annonce qu'elle suspend temporairement l'utilisation des Boeing 737 MAX-8, "suivant les recommandations des autorités européennes d'aviation. 

ROYAUME-UNI 


L'aviation civile britannique annonce à son tour que le Royaume-Uni suspend tous les vols de Boeing 737 MAX. "Par mesure de précaution, nous avons donné les instructions d'arrêter tous les vols commerciaux de passagers de toute compagnie partant ou arrivant au Royaume-Uni ou survolant l'espace aérien", indique dans un communiqué l'Autorité britannique de l'aviation civile (CAA).

Un Boeing 737 d'Ethiopian Airlines qui effectuait la liaison Addis Abeba-Nairobi s'est écrasé dimanche matin peu après le décollage et les 157 personnes, dont de nombreux étrangers, qui se trouvaient à bord ont péri dans l'accident. 9 Français ont péri dans cette catastrophe, selon le ministère des Affaires étrangères. Emmanuel Macron a adressé ses "sincères condoléances aux familles et aux proches des victimes du vol d'Ethiopian Airlines, dont plusieurs étaient françaises".


En s'écrasant, l'avion a creusé un impressionnant cratère, labourant la terre sur des dizaines de mètres de longueur. L'avion s'est désintégré à l'impact: on ne distinguait plus la forme de l'appareil mais seulement des morceaux de carlingue éparpillés.

Les victimes du crash étaient de 32 nationalités différentes, a précisé la compagnie. Elle a notamment dénombré 32 Kényans, 18 Canadiens, 9 Éthiopiens, 8 Italiens, 8 Chinois, 8 Américains, 7 Français (9 selon le Quai d'Orsay), 7 Britanniques, 6 Égyptiens, 5 Néerlandais et 4 Indiens.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Crash de l'Ethiopian Airlines

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter