EN DIRECT - Washington se barricade avant une investiture sous haute tension

Investiture : Washington, camp retranché

ÉTATS-UNIS - À quelques jours de l'investiture de Joe Biden, ce dernier cherche à aller de l'avant en projetant ses premières mesures. Dans le même temps, la cérémonie d'investiture se prépare, sous très haute surveillance. Voici les dernières infos.

Live

SEMAINE HISTORIQUE

Plus que trois jours avant la cérémonie d'investiture de Joe Biden. Si le successeur de Donald Trump prêtera serment mercredi 20 janvier, il ne devrait pas croiser son prédécesseur, qui a averti depuis belle lurette qu'il ne serait pas présent au Capitole, prévoyant de partir le matin de la cérémonie. 

A l'aune de cette semaine historique, qui voit Washington se barricader, ce ne sont pas les sujets de préoccupation qui manquent :

- près de deux semaines après l'assaut du Capitole, les enquêteurs sont toujours à la recherche des participants à cette tentative d'insurrection

- Washington est sur les dents. Barricadée dans tous les sens, la capitale états-unienne se sécurise pour éviter une redite du 6 janvier, alors que les services de sécurité craignent toujours un coup de force des derniers partisans présidentiels

- quel sera le sort de la procédure visant à destituer le président et l'empêcher de se présenter en 2024 ? Les démocrates, majoritaires d'une courte-tête, devront convaincre 17 sénateurs républicains pour obtenir la majorité des deux tiers nécessaires. Le procès devrait débuter quelques heures après la cérémonie d'investiture.

- dès sa prestation de serment achevée, Joe Biden ne perdra pas de temps. Il signera plusieurs décrets visant à détricoter certaines des mesures les plus polémiques prises par Donald Trump : "Muslim Ban", retrait de l'accord de Paris, pour n'en citer que quelques unes. Une façon d'agir, alors que le Sénat sera occupé par le procès en impeachment.

CÉRÉMONIE 


Donald Trump a demandé à ce que son départ de la Maison-Blanche ait des allures militaires, avec fanfare et tapis rouge. Mais l’armée ne tiendra pas de cérémonie officielle d’adieu, rompant avec la tradition.

Donald Trump quittera-t-il la Maison-Blanche avec les honneurs militaires ?

MINI-CRACK


Si la révélation de son dossier fiscal a levé un coin du voile sur la fortune réelle du bientôt ex-président, il apparaît que le temps passé à la Maison-Blanche n'a pas été une bonne affaire pour ses sociétés.

Enrichi ou ruiné : où en est la fortune de Donald Trump ?

ÉNERGIE


Selon les chaînes canadiennes CBC et CTV, Joe Biden prévoit d'annuler le projet controversé d'oléoduc Keystone XL entre le Canada et les États-Unis par un décret présidentiel dès son investiture le 20 janvier. 

NAVALNY 


Le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo, dont les fonctions prendront fin dans les tout prochains jours, a indiqué dans un communiqué que les États-Unis condamnaient "fermement" l'arrestation de l'opposant russe Alexeï Navalny à son arrivée à l'aéroport de Moscou.

TWITTER 


Le réseau social Twitter a suspendu temporairement dimanche le compte de Marjorie Taylor Greene, une élue de l'ultra-droite républicaine adepte du mouvement QAnon qui défend des théories complotistes. La membre de la Chambre des représentants de Géorgie avait affirmé plus tôt ce dimanche sur le réseau social que les élections sénatoriales de Géorgie, déterminantes pour la majorité démocrate au Sénat, avaient été entachées de fraude. 

ÉLECTION

Un sondage diffusé par NBC confirme que la légitimation de Joe Biden est encore difficile, côté républicains. Seuls 21% des électeurs du Great Old Party estiment en effet que le président démocrate a remporté proprement l'élection. Ils sont toutefois 61% dans l'ensemble à juger que l'élection n'a pas été entachée de triche.

Ils sont également 51% à tenir Trump pour responsable des événements du 6 janvier.

DES LITS POUR LES SOLDATS

Obligés de se coucher à même le marbre du Capitole, les soldats de la Garde nationale ont enfin été équipés en lit. La scène n'en demeure pas moins surréaliste, comme le remarque cette reportrice de NBC.

VACCINS

Selon Anthony Fauci, patron de la task force anti-Covid à la Maison Blanche, la distribution de 100 millions de doses de vaccins, comme promis par Joe Biden, en 100 jours, est "faisable". "Il n'y a aucun doute là-dessus". Fauci, visage de la lutte anti-Covid aux Etats-Unis, va devenir conseiller de Joe Biden. 

A l'heure actuelle, 31,1 millions de doses ont déjà été livrées, mais seules 12,2 ont été administrées. 

ASSAUT DU CAPITOLE

Dans une vidéo saisissante d'une douzaine de minutes, le New Yorker donne à voir l'intérieur de l'assaut du Capitole. Du forçage des portes à l'entrée dans le Sénat, ces scènes nous donnent à voir l'effraction, tantôt violente, tantôt badine, des émeutiers du 6 janvier. 

Y figure notamment le désormais célèbre "Jake Angeli", l'homme aux cornes, qui déambule sur le sol du Sénat, criant à pleine voix, délivrant une prière au mégaphone, depuis le bureau de Mike Pence. Ses acolytes, dont l'un gît au sol, blessé, parlent avec les policiers en faction, décontenancés voire dépassés. 

SEMAINE HISTORIQUE

Plus que trois jours avant la cérémonie d'investiture de Joe Biden. Si le successeur de Donald Trump prêtera serment mercredi 20 janvier, il ne devrait pas croiser son prédécesseur, qui a averti depuis belle lurette qu'il ne serait pas présent au Capitole, prévoyant de partir le matin de la cérémonie. 

A l'aune de cette semaine historique, qui voit Washington se barricader, ce ne sont pas les sujets de préoccupation qui manquent :

- près de deux semaines après l'assaut du Capitole, les enquêteurs sont toujours à la recherche des participants à cette tentative d'insurrection

- Washington est sur les dents. Barricadée dans tous les sens, la capitale états-unienne se sécurise pour éviter une redite du 6 janvier, alors que les services de sécurité craignent toujours un coup de force des derniers partisans présidentiels

- quel sera le sort de la procédure visant à destituer le président et l'empêcher de se présenter en 2024 ? Les démocrates, majoritaires d'une courte-tête, devront convaincre 17 sénateurs républicains pour obtenir la majorité des deux tiers nécessaires. Le procès devrait débuter quelques heures après la cérémonie d'investiture.

- dès sa prestation de serment achevée, Joe Biden ne perdra pas de temps. Il signera plusieurs décrets visant à détricoter certaines des mesures les plus polémiques prises par Donald Trump : "Muslim Ban", retrait de l'accord de Paris, pour n'en citer que quelques unes. Une façon d'agir, alors que le Sénat sera occupé par le procès en impeachment.

NAVALNY

Futur conseiller national à la sécurité, Jake Sullivan a appelé à "la libération immédiate" de l'opposant russe Alexeï Navalny, arrêté ce dimanche à son arrivée à Moscou.

EXÉCUTION FÉDÉRALE

Les juges progressistes de la Cour suprême se sont indignés, ce week-end, de l'enchaînement d'exécutions à leur niveau, ces six derniers mois. Pas moins de 13 condamnés ont en effet subi une injection létale, dont sept Afro-Américains, mais aussi quatre personnes souffrant de déficience intellectuelle ou de troubles mentaux, et deux condamnés à peine majeur lors de leur condamnation.

Farouche partisane de la peine de mort, l'administration Trump a réinstauré les exécutions au niveau fédéral, là où elles étaient tombées en désuétude depuis 17 ans.

"Ce n'est pas ça la justice", a tonné Sonia Sotomayor, juge de la Cour suprême nommée par Barack Obama. "Le gouvernement fédéral aura fait exécuter en six mois trois plus de gens que lors des six dernières décennies", a-t-elle ensuite recontextualisé déplorant que "la cour ait autorisé les Etats-Unis à exécuter 13 personnes sans examen minutieux ni résoudre les problèmes soulevés pour chaque cas".

Son collègue Stephen Breyer, questionnant la constitutionnalité de la peine de mort (il est le premier dans cette cour suprême à le faire), déplore la célérité qui a été demandé à l'organe suprême pour le cas du dernier condamné, Dustin Higgs, dont la positivité au covid le rendait inapte à recevoir l'injection de pentobarbital : "Ce serait comme s'il était torturé par noyade. Que sommes-nous supposés faire face à des questions de cet ordre ? Les cours sont-elles supposées se dépêcher ?"

DOCUMENT LCI

Tout de suite, sur LCI, retrouvez notre document inédit "Trump, les derniers jours".

WASHINGTON

Comme l'illustre notre correspondante sur place, Washington se barricade à trois jours de la cérémonie d'investiture de Joe Biden.

SONDAGE 

Alors qu'approche l'investiture de Joe Biden, Donald Trump n'a jamais aussi peu populaire. Un sondage de CNN indique que 54% des personnes interrogées sont favorables à ce que Donald Trump soit évincé de la Maison Blanche avant le 20 janvier. 93% des démocrates interrogés y sont favorables mais seuls 10% des républicains le souhaitent.

Par ailleurs, seuls 34% des Américains continuent de juger le mandat de Trump positivement. 

PARLER

Foyer des internautes les plus radicaux d'extrême droite, le réseau social Parler a été retiré des plateformes de téléchargements, après l'assaut du Capitole, alors que Twitter avait décidé de suspendre le compte de Donald Trump et de milliers de conspirationnistes du mouvement Qanon. 

Connu à ses débuts pour héberger la frange la plus radicale de la droite extrême américaine, il avait ensuite suscité un certain engouement au sein d'une droite conservatrice moins radicale. Mais l'application a depuis été suspendue des plateformes de téléchargement tels qu'Apple, où elle était numéro 1 au jour de son retrait.

Interrogé par Fox News sur son avenir, Tim Cooks, le PDG d'Apple, s'en est justifié, indiquant que son groupe avait "examiné les appels à la violence" et considéré qu'il y avait "une limite entre la liberté d'expression et l'incitation à la violence". Il a assuré que la suspension était provisoire. Et ouvert la porte au retour de Parler sur la plateforme, à la condition que le réseau "réforme sa politique de modération". 

TRUMP PRÉPARE SA SORTIE

VIDEO - Donald Trump, enfermé dans la Maison-Blanche, se prépare à quitter les lieux déjà désertés par ses équipes. Il veut les honneurs militaires à sa sortie. 

LE DRIAN SOUHAITE L'APAISEMENT COMMERCIAL

Dans un entretien au JDD,  Jean-Yves Le Drian suggère un "moratoire" sur le bras de fer commercial entre les États-Unis et l'Union européenne, à la faveur de l'élection de Joe Biden. "Le dossier qui empoisonne tout le monde, c’est celui de la surenchère tarifaire et des taxes sur l’acier, le numérique, Airbus et plus singulièrement notre secteur viticole", estime le ministre français des Affaires étrangères . "Si on pouvait rapidement trouver une méthode qui permette de régler ce contentieux avec l’Europe et la France, ce serait un pas en avant", a-t-il estimé. "Cela peut prendre du temps mais, en attendant, on peut toujours décréter des moratoires".

Les nouveaux droits de douane de Washington, annoncés en fin d'année, visent des produits français et allemands : +25% sur les vins non pétillants, moûts de raisin et cognacs, et +15% sur certaines pièces aéronautiques.

SÉCURITÉ

Un homme a été arrêté avec plus de 500 cartouches et une vingtaine de chevrotines, ce vendredi, alors qu'il cherchait à passer un des nombreux points de contrôles du Capitole, mis en place après l'assaut subi par le célèbre monument le 6 janvier. Originaire de Virginie, Wesley Allen Beeler s'est présenté, équipé d'une accréditation "non valide" pour l'inauguration de Joe Biden. Vérification faite, son nom ne figurant pas sur la liste des invités, des fouilles ont été déclenchées dans son véhicule. La police a retrouvé une arme de poing chargée et plus de 500 cartouches de munitions en possession de l'individu. Sur son pick-up blanc, plusieurs autocollants défendant le droit au port d'armes : "S'ils viennent prendre vos armes, filez-leur vos balles d'abord".

ASSAUT DU CAPITOLE

Deux nouvelles inculpations ont eu lieu, 10 jours après l'attaque du Capitole, un homme et sa mère, Eric Munchel et Lisa Eisenhart. Fait notable, ils ont été inculpés pour des faits de conspiration. Le premier a notamment été photographié s'introduisant dans le Capitole, tandis que la seconde est poursuivie pour avoir pourchassé des policiers.

ADMINISTRATION BIDEN

Avec Eric Lander, Joe Biden a trouvé le successeur d'Anthony Fauci dans son cabinet. Surtout, nouveau contre-pied à Trump, il a décidé d'élever ce généticien au rang de ministre.

Qui Joe Biden a-t-il choisi pour faire partie de sa future administration ?

PRÉSIDENCE BIDEN

Le futur locataire de la Maison Blanche fait savoir qu'il prendra, dès les premiers jours de son mandat, une série de décrets, dont certains dès son premier jour au travail, visant à détricoter bon nombre de mesures prises par l'administration Trump. Parmi elles, l'interdiction de voyage en provenance de pays musulmans, le fameux Muslim Ban, le retrait de l'accord de Paris et la réunion des familles séparées à la frontière du sud, ou étendre l'interdiction des expulsions ou des refus de prêts étudiants le temps de la pandémie. Le masque devrait être rendu obligatoire pour les voyages entre Etats.

Déjà connu, un chiffre circule, énorme, pour le plan de relance : 1.900 milliards de dollars dédiés aussi bien à l'aide aux plus pauvres qu'aux Etats et aux comtés pour les aider à préserver l'emploi public. Enfin, 11 millions de personnes sans papier devraient être régularisés.

Passer par des décrets permettra à Biden d'éviter d'avoir à en passer par le Sénat et la Chambre des représentants, qui pourraient encore être occupés par le procès en destitution de Donald Trump.

CONFIRMATION

Soutien de la première heure du président élu, Bruce Springsteen, qui avait autorisé Biden a utilisé sa chanson "The Rising" dans ses meetings, a confirmé sa participation.

INVESTITURE

A Lady Gaga et Jennifer Lopez, déjà prévues pour se produire lors de la cérémonie d'investiture de Joe Biden, s'ajoutent d'autres noms ronflants. Le New York Times a appris que Bruce Springsteen, John Legend et les Foo Fighters feront partie des animateurs de la journée du 20 janvier, mais à distance. Un programme intitulé Celebrating America, animé par Tom Hanks et diffusé sur les grandes chaînes américaines, verra ces grands noms de la musique américaine jouer en l'honneur du nouveau président Joe Biden. 

ÉMEUTE DU CAPITOLE

Les manifestants pro-Trump du Capitole, qui sont exposés à des peines de prison après leur participation à l'émeute du 6 janvier, protestent face à cette hypothèse. "Je pense que je ne mérite pas ça", a par exemple estimé Jenna Ryan, militante pro-Trump qui a pris un jet privé pour rejoindre Washington le fameux jour, et qui confie à la télévision locale qui l'interroge qu'elle demanderait "au président des Etats-Unis de lui accorder son pardon". "J'ai écouté notre président qui nous demandait de marcher sur le Capitole", s'est-elle encore justifié, elle qui s'était filmée en Facebook live pendant l'émeute.

L'avocat de Jacob Chansley, identifiable grâce à ses cornes et sa peau d'animal, a suggéré que "la chose honorable à faire serait de pardonner ses partisans pacifiques qui ont suivi son invitation".

ÉMEUTE DU CAPITOLE

Des policiers ont-ils participé à l'émeute du Capitole du 6 janvier ? C'est ce que croient les autorités chargées de l'enquête. "Malheureusement, nous voyons des indications selon lesquelles des officiers du maintien de l'ordre, à la retraite, en service ou en congés, ont participé à cette émeute".

Deux policiers de Virginie ont ainsi été arrêtés jeudi 14 janvier, a-t-il été précisé. "Nous nous moquons du métier que vous exercez, de votre affiliation, de qui vous êtes : si vous vous êtes engagés dans une activité criminelle, nous vous poursuivrons et vous serez arrêtés", a indiqué le procureur général du district de Columbia, Michael Sherwin.

"RÉINVENTER LE LEADERSHIP AMÉRICAIN"

Le président élu Joe Biden a annoncé samedi une série de nominations pour le département d'État, qui est en charge des relations internationales, annonce Kamala Harris. Leur mission, annonce la vice-présidente élue, sera de "reconstruire, renouveler et réinventer le leadership américain" pour assurer "la sécurité" du pays "chez nous et à l'étranger".

"Ils mettront en pratique la vision du président élu", visant à "promouvoir la sécurité, la prospérité et les valeurs de l'Amérique", a-t-elle assuré. 

OPINION

NOUVELLE EXÉCUTION 

Les autorités fédérales américaines ont procédé samedi à leur 13e et dernière exécution en six mois, un bilan qui distinguera Donald Trump de ses prédécesseurs dans les livres d'histoire. 

Dustin Higgs, un homme noir de 48 ans, a reçu une injection létale dans le pénitencier fédéral de Terre-Haute dans l'Indiana. Il a été déclaré mort à 1h23 (6h23 GMT), a indiqué le New York Times, citant une déclaration du Bureau fédéral des prisons. 

EXCLUSIF

VIDEO - Nos images de l'intérieur de la Maison-Blanche désertée par les équipes de Donald Trump.

Départ de Donald Trump : nos images de la Maison-Blanche désertée

NRA


Dans un communiqué, la NRA, le groupe de défense des droits des armes à feu qui soutenu Donald Trump pendant ses campagnes, a déclaré vendredi qu'elle a déposé son bilan devant un tribunal américain dans le cadre d'un plan de restructuration plus large visant à supprimer son empreinte de New York, "un environnement politique et réglementaire corrompu", où il est actuellement enregistré. 


La NRA affirme vouloir se restructurer dans l'État du Texas, "qui abrite plus de 400.000 membres et site de la réunion annuelle de la NRA 2021 à Houston". Il n'y aura "aucun changement majeur attendu des opérations ou du personnel", précise l'association à but non lucratif.

INVESTITURE


Alors que Joe Biden s'apprête à prêter serment et devenir 46e président des États-Unis, la possibilité de nouvelles violences inquiète les autorités. Une hypothèse incertaine, même si des partisans de Donald Trump ont bien appelé à se rassembler en marge de la cérémonie.

"Incantation" ou "intention", les trumpistes reviendront-ils au Capitole pour l'investiture de Biden ?

VACCIN


"Je vous le promets, nous allons gérer cette opération comme jamais", a assuré le président élu Joe Biden vendredi depuis son fief de Wilmington, dans le Delaware, à cinq jours de sa prestation de serment. Son projet est ambitieux : le président élu souhaite que 100 millions de doses soient injectées pendant ses 100 premiers jours de mandat.


À ce jour, près de 10,6 millions d'Américains ont reçu une première dose de vaccin, et 1,6 million la seconde. L'administration Trump avait promis 20 millions de personnes vaccinées avant la fin de l'année 2020.

VACCIN 


Le président élu Joe Biden a annoncé vendredi son intention d'ouvrir des "milliers" de centres afin d'accélérer la campagne de vaccination aux États-Unis. "Nous allons déployer la totalité des ressources du gouvernement fédéral pour mettre en place des milliers de centres de vaccination de proximité", dans des gymnases ou des stades, a-t-il précisé lors d'une conférence de presse dans son fief de Wilmington dans le Delaware. Le plan du futur président prévoit aussi la mobilisation de 100.000 soignants pour administrer les vaccins. 

ASSAUT DU CAPITOLE


Plus d'une semaine après la prise d'assaut du Capitole, l'enquête se poursuit. La justice américaine soupçonne des émeutiers pro-Trump d'avoir voulu en découdre physiquement avec des élus.

Invasion du Capitole : des émeutiers suspectés d'avoir voulu "capturer et assassiner" des élus

ÉCHANGE PENCE-HARRIS


Le vice-président sortant Mike Pence et sa successeure Kamala Harris se sont parlé jeudi par téléphone, a indiqué vendredi à l'AFP une source proche. Cette conversation marque un contraste net par rapport à la relation qu'entretiennent Donald Trump et le président élu Joe Biden, que le président sortant n'a toujours pas félicité pour sa victoire électorale.

ASSAUT DU CAPITOLE


La cheffe des démocrates au Congrès Nancy Pelosi a annoncé vendredi avoir demandé à un général à la retraite de mener un audit sur la sécurité du Capitole, après l'assaut "dévastateur" de manifestants pro-Trump le 6 janvier.


"Pour protéger notre démocratie, nous devons désormais soumettre la sécurité du Capitole américain à un examen scrupuleux", a déclaré la présidente de la Chambre des représentants en conférence de presse. Le général à la retraite Russel Honoré, responsable des opérations militaires lors de l'ouragan Katrina en 2005, sera chargé de cet "audit immédiat". 

TRUMP


Le président Donald Trump quittera Washington mercredi matin, quelques heures avant la cérémonie d'investiture du président élu Joe Biden, selon une source qui s'est exprimée auprès de l'Associated Press, sous couvert d'anonymat. La décision n'a toutefois pas encore été rendue publique. Le milliardaire républicain avait déjà annoncé qu'il n'assisterait pas à l'inauguration de Biden.

ASSAUT DU CAPITOLE


Que voulaient les assaillants du Capitole ? Selon les procureurs chargés de l'enquête, rien de moins que "capturer et assassiner des élus". Les enquêteurs se basent sur les déclarations du conspirationniste Jacob Chansley, reconnaissable à sa tenue de chaman à cornes et ses tatouages wotanistes pendant l'assaut. 

Selon eux, Chansley, aka Jake Angeli, 33 ans, a laissé une note à l'attention de M. Pence sur l'estrade du Sénat où le vice-président s'était tenu quelques minutes plus tôt, sur laquelle était écrit : "Ce n'est qu'une question de temps, la justice arrive".

Chansley, qui doit comparaître vendredi devant le tribunal, est un usager régulier de drogue et il a probablement des problèmes mentaux. Il a par ailleurs "parlé ouvertement de sa croyance qu'il est un extraterrestre, une entité supérieure, et qu'il est ici sur Terre pour s'élever vers une autre réalité".

Les procureurs ont demandé son maintien en détention qu'il soit maintenu en détention à cause de "risques élevés de fuite et du danger qu'il représente pour la communauté".

VACCIN

Comment Joe Biden compte-t-il mener la vaccination des Américains ? Alors que la pandémie continue de tuer 3.000 personnes et d'en contaminer 238.000 chaque jour, le futur président s'est engagé à ce que 100 millions de doses soient injectées pendant ses 100 premiers jours de mandat. Comment compte-t-il s'y prendre ? D'abord en distribuant toutes les doses à disposition, plutôt qu'en retenir la moitié pour respecter les délais de la seconde injection. Joe Biden doit préciser prochainement son plan de vaccination, alors que le pays en est à 3% de vaccination. Mieux que la France, mais moins bien qu'Israël ou le Royaume-Uni.

DES MILLIARDS POUR LES FAMILLES


Joe Biden a dévoilé jeudi un nouveau plan de relance d'urgence de 1900 milliards de dollars, censé sortir les États-Unis de leur pire crise depuis les années 30, et qui sera suivi dans les prochaines semaines d'un plan d'investissements pour relancer l'économie. Le texte prévoit notamment que les Américains touchent un nouveau chèque de 1400 dollars par personne en fonction des revenus.


Le paquet de 900 milliards de dollars adopté en décembre, considéré comme un "acompte" par Joe Biden, avait permis de leur mettre 600 dollars en poche. Mais les démocrates, dans une inhabituelle entente avec M. Trump, réclamaient 2.000 dollars.


Alors que 18 millions d'Américains vivent toujours grâce aux allocations chômage, les aides seront prolongées jusqu'à fin septembre ainsi que la possibilité de prendre un congé maladie payé en cas de contamination au Covid-19.

PRÉPARATIFS À HAUT RISQUE


La répétition de l'investiture de Joe Biden, prévue initialement dimanche prochain à Washington D.C., a été annulée pour des raisons de sécurité d'après les informations du site Politico. Après l'invasion du Capitole, la sécurité a été renforcée sur le site, qui doit accueillir la prise de fonction de Joe Biden le 20 janvier. Plus de 20.000 militaires de la garde nationale doivent être déployés le jour-j. 


Ce n'est pas la première fois que l'entourage du prochain président ajuste son agenda : lundi, un déplacement dans son fief de Wilmington, dans le Delaware, était annulé pour des raisons de sécurité.

PRISE DE POSITION


La sénatrice républicaine de l'Alaska Lisa Murkowski a affirmé qu'elle jugeait "approprié" d’empêcher Donald Trump de se représenter de nouveau à la présidence des Etats-Unis "étant donné ce qu'on a vu de ses actions et de son incapacité à faire respecter la constitution". 


Si elle n'a pas encore fait part de son intention ou non de voter en faveur d'une destitution du président en exercice, elle fait partie des élus républicains susceptibles de voter pour. Il faudra réunir les deux-tiers des votes au Sénat pour que s'ouvre un procès en destitution.

DERNIÈRE CHANCE


Le militant Jacob Anthony Chansley, connu sous l'alias “QAnon Shaman", a demandé la grâce présidentielle au président Donald Trump. Déguisé en bison, il était devenu le symbole des émeutiers qui ont pris le congrès américain la semaine passée. 


Depuis son arrestation, il est accusé d'avoir forcé l'entrée et d'être resté, sans autorisation, dans un bâtiment fédéral. Selon son avocat, il n'a pas participé aux violences avec les forces de l'ordre et s'est rendu pacifiquement.

SÉCURITÉ RENFORCÉE


Le gouverneur de Californie a appelé, jeudi, la garde nationale à la rescousse pour sécuriser le capitole de cet Etat de l'ouest. Un millier de de membres de la garde nationale sont attendus à quelques jours de la prise de pouvoir de Joe Biden.


Dans une déclaration, le gouvernement démocrate a estimé que l'invasion du Capitole de Washington D.C. la semaine dernière avait une chance de se répéter en Californie. Il y a quelques jours, le FBI avait averti que des émeutes pourraient éclore un peu partout dans les 50 Etats américains au moment où Donald Trump quittera la Maison blanche.

Infos précédentes

Ne manquez rien de la campagne dans le live ci-dessus.

Toute l'info sur

L'Amérique se choisit Joe Biden et Kamala Harris

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : le variant britannique dominant en France "entre fin février et mi-mars", selon l'Inserm

CARTE - Covid-19 : quelle est la situation épidémique dans votre département ?

Fin du "Muslim ban", retour dans l'accord de Paris... ce que Joe Biden fera dès son investiture

Plus de 75 ans, personnes fragiles... Qui peut se faire vacciner dès lundi ?

Variants du coronavirus : faut-il désormais porter des masques FFP2 ?