EN DIRECT - "Risque d'apartheid" : l'ambassadeur de France à Tel-Aviv convoqué par Israël

EN DIRECT - "Risque d'apartheid" : l'ambassadeur de France à Tel-Aviv convoqué par Israël

TENSIONS - L'ambassadeur de France en Israël a été convoqué jeudi au ministère israélien des Affaires étrangères à la suite de "remarques" jugées "choquantes" du chef de la diplomatie française Jean-Yves Le  Drian, qui avait évoqué dimanche sur LCI sur un "risque d'apartheid" dans la région. Suivez les dernières infos.

Live

L'AMBASSADEUR DE FRANCE CONVOQUÉ


L'ambassadeur de France en Israël a été ce jeudi convoqué au ministère israélien des Affaires étrangères à la suite de "remarques" jugées "choquantes" du chef de la diplomatie française Jean-Yves Le Drian sur un "risque d'apartheid" dans la région, selon un porte-parole du ministère israélien. Durant cet entretien à Jérusalem, qui a été confirmé à l'AFP par une source diplomatique française, le ministre des Affaires étrangères Gaby Ashkenazy a indiqué à l'ambassadeur Eric Danon que les propos du ministre français étaient "inacceptables, sans fondement et déconnectés de la réalité".


Mercredi, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu avait déjà qualifié de "leçon de morale hypocrite et mensongère" ces du ministre français des Affaires étrangères qui, dimanche, au Grand Jury RTL-Le Figaro-LCI, avait mis estimé que, "si d'aventure on avait une autre solution que la solution à deux États, on aurait alors les ingrédients d'un apartheid qui durerait longtemps".

LES ÉTATS-UNIS VEULENT ROUVRIR LEUR CONSULAT À JÉRUSALEM AUPRÈS DES PALESTINIENS


Antony Blinken a par ailleurs fait état de l'intention des États-Unis de rouvrir leur consulat à Jérusalem, la représentation diplomatique auprès des Palestiniens qui avait été rétrogradée en 2019 par l'administration de Donald Trump malgré la réprobation internationale. "Comme je l'ai dit au Premier ministre (israélien, Benjamin) Netanyahu et au président (palestinien, Mahmoud) Abbas, les États-Unis veulent avancer sur la réouverture du consulat à Jérusalem", a assuré le chef de la diplomatie américaine lors d'une conférence de presse à Ramallah.

BLINKEN VEUT DÉBLOQUER 75 MILLIONS DE DOLLARS POUR LES PALESTINIENS


Le secrétaire d'État américain Antony Blinken annonce son intention de demander au Congrès de débloquer 75 millions de dollars (environ 61 millions d'euros) à destination des Palestiniens, après un nouveau cycle de violences dans les Territoires palestiniens. Le chef de la diplomatie américaine souhaite, en plus de cette aide destinée au développement économique, allouer 5,5 millions de dollars (4,4 millions d'euros) d'aide urgente à la bande de Gaza, dévastée par 11 jours de guerre entre le Hamas au pouvoir et Israël, et 32 millions de dollars (26 millions d'euros) à l'Agence de l'ONU pour les réfugiés palestiniens (Unrwa), a-t-il indiqué lors d'une conférence de presse à Ramallah, siège de l'Autorité palestinienne en Cisjordanie occupée.

"BEAUCOUP DE TRAVAIL DEVANT NOUS"


Le chef de la diplomatie américaine, Antony Blinken, estime ce mardi au premier jour de sa visite au Proche-Orient qu'il reste encore "beaucoup de travail" pour "restaurer la confiance" entre Israéliens et Palestiniens. "Il y a beaucoup de travail devant nous pour restaurer l'espoir, le respect et une certaine confiance entre les deux camps. Nous avons vu où mènent les autres options et cela doit nous pousser à redoubler d'efforts pour préserver la paix", a souligné le secrétaire d'État depuis Jérusalem.

AVERTISSEMENT D'ISRAËL 


Lors d'un point de presse conjoint à Jérusalem avec Antony Blinken, Benjamin Netanyahu a déclaré que la réponse d'Israël serait "très puissante" en cas de violation du cessez-le-feu par le Hamas. "Si le Hamas rompt le calme et attaque Israël, notre réponse sera très puissante", assène le Premier ministre de l'État sioniste. 


De son côté, le chef de la diplomatie américaine a réitéré son "soutien entier au droit d'Israël de se défendre".

NOUVELLE VICTIME PALESTINIENNE


Des sources de sécurité palestinienne et israélienne ont annoncé mardi le décès d'un Palestinien en Cisjordanie occupée par les forces de l'Etat hébreu. L'homme a été tué à l'aube dans le camp de réfugiés d'Al-Amari, près de Ramallah, lors d'une opération des forces de sécurité israéliennes. Durant "une tentative d'arrestations" de "militants terroristes à Ramallah", une personne a été tuée par une unité spéciale de la police aux frontières israélienne, a confirmé un responsable sécuritaire israélien à l'AFP.

ARRIVÉE DE BLINKEN À TEL-AVIV


L'avion d'Anthony Blinken s'est posé à 7H45 ce mardi à l'aéroport international de Tel-Aviv. Le chef de la diplomatie américaine doit rencontrer dans la journée  le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et le président palestinien Mahmoud Abbas dans l'espoir de consolider la trêve entre l'Etat hébreu et le Hamas palestinien après dix jours de violents affrontements. 

DÉPLACEMENT AMÉRICAIN


Le secrétaire d'Etat Antony Blinken est attendu en Israël et en Cisjordanie ce mardi, quatrième jour de la trêve entre l'Etat hébreu et le Hamas palestinien, au pouvoir dans l'enclave palestinienne de Gaza.


Le chef de la diplomatie américaine doit s'entretenir avec le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, et le président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas. Sa tournée doit ensuite se poursuivre en Egypte et en Jordanie, deux acteurs régionaux voisins d'Israël.


L'objectif de la visite est "de soutenir leurs efforts pour consolider le cessez-le-feu", a tweeté la veille Antony Blinken. Le président des Etats-Unis Joe Biden a lui indiqué que le secrétaire d'Etat devait "évoquer le soutien inébranlable à la sécurité d'Israël" et poursuivre "les efforts du gouvernement pour rebâtir les liens avec les Palestiniens".

JOURNALISTES BLOQUÉS


De nombreux journalistes palestiniens ont vu leurs comptes Whatsapp bloqués dans la foulée des affrontements entre Israël et le Hamas, ont indiqué des reporters et organisations locales. C'est le cas notamment de deux membres du bureau de l'AFP à Gaza qui ont reçu, peu après l'annonce d'un cessez-le-feu dans la nuit de jeudi à vendredi, une notice de l'application de messagerie. 


Des journalistes en Cisjordanie, à Jérusalem et dans la bande de Gaza, dont une équipe de la chaîne qatarie al-Jazeera, sont également concernés. Cette dernière a indiqué avoir pu récupérer les accès après avoir déposé une réclamation auprès de Facebook, propriétaire du service. 


Les comptes d'"environ 100 journalistes" ont été suspendus ces derniers jours, selon Tahseen al-Astall, vice-président du Syndicat des Journalistes palestiniens.

SOLUTION À DEUX ÉTATS

Prônée par la majorité de la communauté internationale, la solution à deux Etats, l'un palestinien, l'autre israélien, coexistant pacifiquement l'un à côté de l'autre, est-elle réaliste ?

RECONSTRUCTION

Bombardées sans interruption pendant 10 jours, Gaza est un champ de ruines. Après un week-end de cessez-le-feu, vient le temps de la reconstruction, avec l'assistance de la communauté internationale.

ÉTATS-UNIS

Reprenant la traditionnelle approche internationale de la solution à deux États, les États-Unis, par la voix du secrétaire d'État Anthony Blinken, ont rappelé leur attachement à cette option : "Le président Biden est très clair : il reste attaché à une solution à deux États". "En fin de compte, c'est la seule façon d'assurer l'avenir d'Israël comme État juif et démocratique et c'est la seule façon de donner aux Palestiniens l'État auquel ils ont droit".

Mettant les deux peuples au même niveau dans leur droit à la paix et à "vivre en paix et en sécurité", le secrétaire d'État a toutefois estimé qu'il était encore trop tôt pour relancer des négociations pour une solution à deux États, la priorité étant d'envoyer de l'assistance humanitaire à la population gazaouie et  de "rompre le cycle" de violences.

L'ONU VEUT TRAITER "LES CAUSES PROFONDES" DU CONFLIT

"Nous ne devons pas simplement nous placer dans une approche de reconstruction, car cela revient à Sisyphe : vous construisez, vous détruisez, vous reconstruisez, vous détruisez", a déclaré dimanche Philippe Lazzarini, chef de l'agence de l'ONU pour les réfugiés lors d'un déplacement à Gaza. "Cela doit être accompagné d'un vrai processus politique", a-t-il ajouté, soulignant l'importance de traiter "causes profondes" du conflit israélo-palestinien, dont la levée du blocus israélien. 

LE DRIAN VEUT "UNE POLITIQUE DES PETITS PAS"

"J’espère que la cessation des hostilités va se poursuivre", indique Jean-Yves Le Drian au Grand Jury LCI-RTL-Le Figaro. 

"Ceux qui pensaient que le conflit israélo-palestinien allait progressivement s'éteindre se sont trompés. Cela montre l'urgence de trouver un processus politique."

"Il faut engager une politique de petits pas. Il faut qu'une logique de confiance s'instaure" pour aboutir à la solution "à deux États", explique le ministre, la seule viable pour écarter "un risque d'apartheid". 


Sans quoi, s'inquiète le chef de la diplomatie française, qui s'inquiète de voir pour "la première fois" les deux communautés s'affronter dans les villes israéliennes, "on aurait alors les ingrédients d'un apartheid qui durerait longtemps", "si on continue à aller dans une logique à un Etat ou du statu quo". 

CONSEIL DE SÉCURITÉ

Le Conseil de sécurité de l'ONU s'est enfin accordé sur une déclaration commune... après la fin du conflit. Les parties prenantes ont chacune appelé samedi 22 mai à un respect "complet" du cessez-le-feu entre Israël et le Hamas, selon des sources diplomatiques à l'AFP.


"Les membres du Conseil de sécurité ont salué l'annonce d'un cessez-le-feu à compter du 21 mai et reconnu le rôle important joué par l'Égypte" et d'autres pays de la région, ajoute ce document approuvé par les États-Unis après le retrait d'un paragraphe sur la condamnation des violences dans le texte initial, aussi bien les "actes de violences contre les civils" que les "actes de terrorisme" et soulignant la "préoccupation" du Conseil sur les tensions à Jérusalem-Est.


À l'instar de Joe Biden la veille, les membres du Conseil de sécurité "ont souligné le besoin immédiat d'assistance humanitaire à la population civile palestinienne, plus particulièrement à Gaza, et soutenu l'appel du secrétaire général à la communauté internationale pour reconstruire" la bande.

SOUTIEN À LA PALESTINE

À Londres, ce samedi aussi, ce sont des milliers de personnes (180.000 selon les organisateurs, ce qui en ferait le plus large rassemblement pro-palestinien dans l'histoire britannique) qui se sont rassemblées en soutien aux populations. lls ont reçu pour cela le soutien de l'ancien chancelier fantôme travailliste John McDonnell : "Il n'y aura pas de cessez-le-feu dans notre campagne de boycott, de désinvestissement et de militantisme pour les sanctions de cet Etat fondé sur l'apartheid".

SOUTIEN À LA PALESTINE

Ailleurs en France, d'autres rassemblements ont eu lieu. A Nice, à Strasbourg, à Reims ou encore à Dunkerque, plusieurs centaines de personnes se sont mobilisés en soutien aux Palestiniens.

SOUTIEN À LA PALESTINE

Une nouvelle manifestation, statique, se déroule ce samedi, en soutien à la cause palestinienne, à Paris. Après l'interdiction qui a frappé celle de Barbès la semaine dernière, celle-ci, qui se déroule place de la République, est autorisée.

S'y trouve notamment le député insoumis Eric Coquerel, la sénatrice écologiste Esther Benbassa ou le secrétaire général de la CGT Philippe Martinez, le député clamant sa "honte d'un gouvernement qui a interdit une manifestation en solidarité aux Palestiniens" et fustigeant l'importation de la vision israélienne du conflit en France. Il a également dénoncé "une colonisation insupportable", "contraire aux résolutions de l'ONU".

MERKEL CONTRE L'ANTISÉMITISME

Alors que de nouveaux rassemblements pro-palestiniens sont prévus ce week-end en Allemagne, la chancelière allemande a prévenu que "ceux qui portent la haine contre les Juifs dans la rue, ceux qui incitent à la haine raciale, sont en dehors de notre Loi fondamentale", la constitution allemande. "De tels actes doivent être punis de manière conséquente", a-t-elle prévenu, après que, samedi dernier, une soixantaine de personnes ont été interpelées et une centaine de policiers, blessés, dans des affrontements au cours d'une manifestation pro-palestinienne, au cours de laquelle des manifestants ont crié des slogans antisémites, brûlé des drapeaux israéliens et endommagé l'entrée d'une synagogue.

LES FONCTIONNAIRES GAZAOUIS DE RETOUR AU TRAVAIL

Les employés de Gaza vont retourner au bureau ce dimanche matin, aux heures normales de bureau, après plus d'une dizaine de jours d'affrontements entre ce territoire palestinien et Israël, ont indiqué samedi les autorités locales.


"Le Conseil des fonctionnaires de Gaza annonce le retour des heures de travail officielles à travers les différents ministères et institutions gouvernementales, à partir de demain matin, dimanche", a indiqué le gouvernement local, contrôlé par les islamistes Hamas.

TRÊVE


La trêve tenait ce samedi matin en Israël et à Gaza après l'entrée en vigueur d'un cessez-le-feu aux contours fragiles, alors que s'organisent l'aide humanitaire d'urgence et les premières discussions diplomatiques autour la reconstruction de l'enclave palestinienne ravagée par 11 jours de conflit.


Juste après l'entrée en vigueur de cette trêve vendredi à 02h, les deux parties ont été promptes à revendiquer la victoire, assurant, côté israélien comme palestinien, avoir atteint leurs buts de guerre. Le chef du bureau politique du Hamas Ismaïl Haniyeh a salué une "victoire stratégique" contre Israël et dit avoir, "porté un coup sévère et douloureux qui laissera des marques profondes à l'entité" à son adversaire. "Nous avons atteint les objectifs, c'est un succès exceptionnel", a de son côté affirmé le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, en commentant l'offensive militaire israélienne contre le territoire palestinien contrôlé par le Hamas depuis 2007 et où vivent quelque deux millions de Palestiniens.

BIDEN POUR UNE SOLUTION À DEUX ÉTATS

Après s'être montré prudent dans le règlement de la reprise des affrontements entre le Hamas et Israël ces derniers jours, avant d'intensifier ses contacts et sa pression sur Benyamin Netanyahu pour qu'il s'engage pour un cessez-le-feu, Joe Biden a dit son soutien, vendredi 21 mai, à une solution à deux États, la "seule réponse" possible au conflit israélo-palestinien.

Une position qui n'est pas neuve, venant du président américain, puisqu'il l'avait déjà développée en avril et juste après son investiture. 

Dans le même discours, le président américain a appelé la communauté internationale à aider à "reconstruire Gaza" et a demandé à ce que cessent les affrontements intercommunautaires à Jérusalem, où les manifestations palestiniennes, réprimées par la police israélienne, ont repris au lendemain du cessez-le-feu.

BILAN HUMAIN

Selon le ministre de la Santé de Gaza, le bilan humain dans l'enclave palestinienne consécutif aux frappes de l'armée israélienne est désormais de 248 morts et de 1948 blessés. 66 enfants sont au nombre des victimes décédées, après que le corps d'un enfant a été retrouvé dans les décombres, tout comme celui de neuf membres de la branche armée du Hamas.

Au total, 1500 frappes ont visé Gaza, quand 4630 roquettes ont été lancées vers Israël, dont 3400 ont touché le territoire israélien Selon le décompte de Haaretz, 680 sont restées dans la bande de Gaza et 280 sont tombées dans la mer.

IRAN


Les Gardiens de la Révolution iraniens ont dévoilé, vendredi, un nouveau drone de combat baptisé "Gaza" en hommage aux Palestiniens, quelques heures après l'entrée en vigueur d'une trêve entre Israël et des groupes armés palestiniens mettant fin à 11 jours de violences meurtrières.


Le nom du drone est un "honneur éternel pour ceux qui aujourd'hui à Gaza résistent à l'invasion et l'agression sionistes", a déclaré le chef de l'armée idéologique de la République islamique, le général de division Hossein Salami, cité par le site officiel des Gardiens Sepah News. 


La République islamique d'Iran, ennemi juré d'Israël, ne reconnaît pas l'État hébreu et le soutien à la cause palestinienne est un pilier de sa politique étrangère depuis la révolution de 1979.

JÉRUSALEM


De nouveaux heurts ont éclaté vendredi entre fidèles palestiniens et policiers israéliens sur l'esplanade des Mosquées à Jérusalem-Est occupée, deux semaines après des accrochages similaires qui ont conduit à une flambée de violences en Israël et dans les Territoires palestiniens.


Les affrontements ont débuté après la grande prière musulmane du vendredi à laquelle ont participé une foule de Palestiniens, selon des journalistes de l'AFP sur place. Des projectiles ont été lancés en direction des forces israéliennes présentes sur l'esplanade, troisième lieu saint de l'islam, a rapporté la police, en faisant état d'une "émeute".

NETANYAHU


Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a qualifié vendredi de "succès exceptionnel" l'offensive de l'armée israélienne contre des groupes armés palestiniens dans la bande de Gaza, dont le Hamas, après l'entrée en vigueur d'un cessez-le-feu.


"Nous avons atteint les objectifs de l'opération avec un succès exceptionnel", a affirmé le Premier ministre israélien à des journalistes au quartier général de l'armée à Tel-Aviv.


"Nous avons éliminé plus de 200 terroristes dont 25 gradés [...]. Le public ne sait pas tout et le Hamas non plus d'ailleurs, mais l'ensemble de nos réalisations sera dévoilé avec le temps", a-t-il promis. Prenant la parole après M. Netanyahu, le ministre de la Défense Benny Gantz a assuré que tous les "objectifs opérationnels" avaient été "atteints".

RUSSIE 


La porte-parole de la diplomatie russe, Maria Zakharova, s'est réjouit de l'entrée en vigueur d'un "cessez-le-feu dans le conflit israélo-palestinien". 


"C’est un pas important mais encore insuffisant. Il faut, pour éviter une récidive de la confrontation violente, concentrer les efforts internationaux et régionaux sur la relance des négociations politiques directes entre Israéliens et Palestiniens", a-t-elle plaidé.

CHINE


La Chine s'est félicitée vendredi du cessez-le-feu entré en vigueur entre Israël et le Hamas dans la bande de Gaza mettant fin à onze jours d'hostilités qui ont fait plus de 200 morts.


"La Chine salue le cessez-le-feu entre les deux parties et espère que les deux camps respecteront sérieusement le cessez-le-feu et la fin des violences", a déclaré le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Zhao Lijian, qui a annoncé aussi l'envoi d'une aide humanitaire à destination des Palestiniens.

TUNNELS


Au moins cinq dépouilles ainsi qu'une dizaine de survivants ont été retrouvées vendredi dans des tunnels souterrains de la bande de Gaza bombardés par l'armée israélienne ont indiqué des responsables locaux. 


"Ce matin nous avons retiré cinq corps sous les décombres d'un tunnel ciblé", a précisé l'un des secouristes. La police à Gaza a confirmé mener des recherches dans les décombres pour retrouver des survivants.

UNION EUROPÉENNE


L'Union européenne s'est félicitée ce vendredi du cessez-le-feu entré en vigueur entre Israël et le Hamas palestinien au pouvoir dans la bande de Gaza. L'UE s'est engagée à soutenir les efforts en vue d'une "solution politique" à long terme.


"Nous félicitons l'Égypte, le Qatar, les Nations unies, les États-Unis et d'autres qui ont joué un rôle de facilitateur à cet égard", a déclaré le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell dans un communiqué.

LE DRIAN


Le ministre de l'Europe et des Affaires étrangères a publié ce vendredi un communiqué où il salue "la cessation des hostilités" entre Israël et le Hamas "qui interrompt un cycle de violences dont le bilan humain est lourd pour les populations civiles".


Jean-Yves Le Drian assure que ce cessez-le-feu "est le fruit des efforts diplomatiques collectifs des Européens, des Américains et de plusieurs pays arabes. Nous y avons pris toute notre part, en coordonnant nos efforts bilatéraux, notamment avec les Etats-Unis".


"L’escalade des derniers jours souligne la nécessité d’une relance d’un véritable processus politique entre les parties avec le soutien international approprié", conclut-il.

GAZA


Le calme est revenu ce vendredi matin dans la bande de Gaza. Pas d'avions de combat dans le ciel et pas d'alertes à la roquette après l'entrée en vigueur d'un cessez-le-feu qui a mis fin à 11 jours d'hostilités sanglantes entre Israël et le Hamas.


À partir de "02h00, aucun tir n'a été détecté et les avions [de l'armée] sont retournés à leurs bases", a indiqué l'armée israélienne. La trêve a été favorisée par l'Égypte, puissance régionale entretenant à la fois des relations avec Israël et le Hamas, mouvement considéré comme "terroriste" par l'État hébreu, l'Union européenne et les États-Unis.


Le président américain Joe Biden a estimé, peu avant son entrée en vigueur, que le cessez-le-feu était "une vraie opportunité" d'avancer vers la paix entre Israéliens et Palestiniens, et exprimé sa "sincère reconnaissance" à l'Égypte pour son rôle dans les négociations.

RÉACTION INTERNATIONALE


L'Allemagne a salué, vendredi, le cessez-le-feu entré en vigueur entre Israël et le Hamas dans la bande de Gaza et souhaite désormais "s'attaquer aux causes profondes" du conflit, a déclaré Heiko Maas le chef de la diplomatie allemande.


"C'est bien qu'un cessez-le-feu intervienne" et qu'il n'y ait "plus de victimes", s'est réjoui sur Twitter le ministre allemand des Affaires étrangères, tout juste rentré d'une visite en Israël et dans les territoires palestiniens. Il a adressé un "grand merci à l'Égypte pour sa médiation".

HEZBOLLAH


Le mouvement chiite libanais Hezbollah, bête noire d'Israël, a salué vendredi une "victoire historique" des factions palestiniennes à Gaza après l'entrée en vigueur d'un cessez-le-feu avec l'État hébreu pour cesser les hostilités meurtrières.


Allié de Téhéran, un autre ennemi juré d'Israël, contre qui il a combattu à plusieurs reprises ces dernières décennies, le Hezbollah soutient traditionnellement le mouvement islamiste palestinien Hamas au pouvoir dans l'enclave palestinienne de Gaza.


"Le Hezbollah félicite le peuple palestinien héroïque et sa vaillante résistance pour la victoire historique remportée [...] contre l'ennemi sioniste", a indiqué dans un communiqué le mouvement armé, poids lourd de la politique libanaise considéré comme un groupe "terroriste" par Israël et les États-Unis.

ONU


Le secrétaire général de l'ONU António Guterres a salué l'entrée en vigueur, ce vendredi, du cessez-le-feu entre Israël et le Hamas tout en appelant les dirigeants israéliens et palestiniens à faire preuve de responsabilité "au-delà du retour au calme" afin de démarrer un "dialogue sérieux" sur les causes du conflit.


António Guterres a également incité les dirigeants mondiaux à proposer une initiative en faveur de la reconstruction qui "supporte les Palestiniens et raffermisse leurs institutions".

JOE BIDEN OPTIMISTE


Le président américain a pris la parole depuis la Maison-Blanche.

Cessez-le-feu entre Israël et le Hamas : "Une vraie opportunité" vers la paix pour Joe Biden

RÔLE DE L'ÉGYPTE


Médiateur incontournable dans le conflit depuis plusieurs années, l'Égypte est chargée de veiller au respect de cette trêve entre les deux belligérants.

Israël/Gaza : l'Égypte chargée de veiller au respect du cessez-le-feu

LA DIPLOMATIE AMÉRICAINE PROCHAINEMENT SUR PLACE 


Le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken se rendra au Moyen-Orient "dans les prochains jours" pour y rencontrer ses homologues "israélien, palestinien et régionaux" et "travailler ensemble à la construction d'un avenir meilleur pour les Israéliens et les Palestiniens", a annoncé jeudi le département d'État.

LE HAMAS MANIFESTE SA "VICTOIRE"

   

Le Hamas revendique la "victoire" dans sa confrontation armée avec Israël, a affirmé un haut responsable du mouvement devant des milliers de personnes réunies vendredi pour des manifestations de joie à Gaza City, après l'entrée en vigueur d'un cessez-le-feu avec l'État hébreu.

"Ceci est l'euphorie de la victoire", a lancé Khalil al-Hayya, numéro deux du bureau politique du Hamas dans la bande de Gaza, lors d'un discours devant des manifestants en liesse, promettant en outre de "reconstruire" les maisons détruites par les frappes israéliennes.

ENTRÉE EN VIGUEUR DU CESSEZ-LE-FEU

Le cessez-le-feu entre Israël et le Hamas, mouvement islamiste au pouvoir dans la bande de Gaza, est officiellement entré en vigueur à 02H00, heure locale (01h00 en France).

Dans la bande de Gaza, des tirs de joie ont retenti, selon des journalistes de l'AFP, alors que côté israélien aucune alerte au tir de roquette n'a été recensée dans les premières minutes suivant l'entrée de ce cessez-le-feu devant mettre fin à plus de 10 jours d'affrontements meurtriers.

LE ROYAUME-UNI SOUHAITE UN ACCORD "DURABLE" 


Le Royaume-Uni a salué jeudi l'accord de cessez-le-feu à Gaza approuvé par Israël et le Hamas, et a appelé toutes les parties à le rendre "durable".

"Toutes les parties doivent travailler pour rendre le cessez-le-feu durable et mettre fin à l'inacceptable cycle de violence et de pertes de vies humaines", a tweeté le ministre britannique des Affaires étrangères Dominic Raab, ajoutant que Londres soutient "les efforts pour parvenir à la paix".

JOE BIDEN S'EST EXPRIMÉ


Le président américain Joe Biden a estimé jeudi que le cessez-le-feu à Gaza, attendu dans la nuit, représentait "une vraie opportunité" d'avancer vers la paix, tout en exprimant sa "sincère reconnaissance" à l'Égypte pour son rôle dans les négociations.

"Je suis convaincu que les Palestiniens et les Israéliens méritent tout autant de vivre en sécurité et de jouir d'un même niveau de liberté, de prospérité et de démocratie", a déclaré Joe Biden depuis la Maison Blanche. "Mon administration poursuivra notre diplomatie discrète et infatigable pour aller vers cet objectif. Je suis convaincu que nous avons une vraie opportunité d'avancer et je m'engage à travailler en cette direction". 

RELATIONS ISRAÉLO-AMÉRICAINES 


Joe Biden a changé de ton face au Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu. Lors de leur cinquième échange téléphonique depuis le début du conflit, le président américain aurait exprimé son impatience pour parvenir à un cessez-le-feu avec un ton plus "direct, franc et sincère", selon un membre de son administration.


Bien que fervent soutien d’Israël tout au long de sa carrière politique, Biden était sous pression de son propre parti qui l’appelait à dénoncer de façon plus virulente les actions récentes d’Israël.

LES DÉGÂTS EN CHIFFRES 


Le ministère du Logement de Gaza estime que 16.800 logements ont été endommagés lors des affrontements. Celui de l'Agriculture chiffre que les dégâts causés aux infrastructures agricoles s'élèvent à 27 millions de dollars.


De son côté, l'Association des industriels israéliens, annonçait le 13 mai dernier que les combats entre le 11 et le 13 mai avaient coûté 166 millions de dollars à l'économie du pays.

JOE BIDEN VA RÉAGIR AU CESSEZ-LE-FEU


Le président américain Joe Biden prévoit de s'exprimer jeudi à 23h45 depuis la Maison-Blanche après l'annonce du cessez-le-feu entre Israël, le Hamas et le Djihad islamique à Gaza.

L'ÉGYPTE CHARGÉE DE VEILLER AU RESPECT DU CESSEZ-LE-FEU


L'Égypte va envoyer deux délégations à Tel-Aviv et dans les Territoires palestiniens pour veiller au respect du cessez-le-feu approuvé jeudi soir par Israël et les groupes armés palestiniens, ont indiqué des sources diplomatiques égyptiennes.


"Deux délégations égyptiennes seront envoyées à Tel-Aviv et dans les Territoires palestiniens pour surveiller la mise en œuvre (du cessez-le-feu) et le processus pour maintenir des conditions stables de manière permanente", ont fait savoir ces sources à l'AFP, soulignant que cette trêve "simultanée et mutuelle" avait été "négocié par l'Égypte".

UN CESSEZ-LE-FEU CONFIRMÉ À GAZA


Israël, le Hamas et le Djihad islamique se sont accordés sur un cessez-le-feu à Gaza. Les précisions de Laurent Hauben, envoyé spécial de TF1/LCI en Israël.

LES VÉRIFICATEURS


Le conflit israélo-palestinien s'est accompagné de son lot de fausses publications, chaque partie voulant dénoncer la violence de l'autre. Nous les avons passées au crible.

Conflit israélo-palestinien : l'autre guerre, celle des images détournées

"LA RÉALITÉ DU TERRAIN DÉTERMINERA LA POURSUITE DE L'OPÉRATION"


Le ministre de la Défense Benny Gantz a félicité jeudi Tsahal, les forces armées israéliennes, pour "les réalisations militaires sans précédent en termes de force, de précision et d'importance stratégique dans la lutte contre les groupes terroristes dans la bande de Gaza". 


L'armée "continue d'être prête à protéger les citoyens israéliens" en cas de nouvelles attaques. "La réalité sur le terrain déterminera la poursuite de l'opération", a-t-il conclu.

LE CHEF DE LA DIPLOMATIE US PRÊT À ALLER SUR PLACE S'IL Y A "UN BON MOMENT"


En visite à Kangerlussuaq, au Groenland, le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken a commenté jeudi la nouvelle du cessez-le-feu, tombée durant son point presse dans ce territoire rattaché au Danemark. "J'ai vu ces informations", "je ne peux pas les confirmer", a-t-il dit, promettant de rappeler son homologue israélien dans l'avion pour les États-Unis.


"Je suis prêt à aller à tout moment en Israël et au Moyen-Orient, si cela aide à aller au-delà de la violence et à travailler pour améliorer les vies des Israéliens comme des Palestiniens", a ajouté Antony Blinken. "Et s'il y a un bon moment pour cela, je le ferai assurément".

Infos précédentes

Suivez en direct les dernières informations sur cette situation jamais vue depuis plus de quatre ans. 

Toute l'info sur

Israël-Palestine : cessez-le-feu après 11 jours de combat

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Alerte aux orages : fin de l'alerte dans les 9 derniers départements concernés

EN DIRECT - Covid-19 : 10.386 personnes hospitalisées, dont 1655 en soins intensifs

EN DIRECT - Régionales : "Râler c'est bien mais à un moment donné, il faut aller voter", dénonce Jordan Bardella

Autonomie de 1000 km, charge en 3 min... Découvrez la première berline à hydrogène française

Régionales : Marine Le Pen dénonce un "désastre civique" et appelle ses électeurs à "déconfiner leurs idées"

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.