En Egypte, une chaîne demande à des présentatrices de perdre du poids

International
POLEMIQUE - L’Union de la radio et de la télévision égyptienne a donné un mois à ses présentatrices pour perdre du poids. D'ici là, interdiction de passer à l'antenne. Une décision qui passe mal en Egypte.

Une "allure appropriée". C’est ce que souhaite l’Union de la radio et de la télévision égyptienne (ERTU) de la part de ses présentatrices. Comprenez plutôt : un physique conforme à certains critères, sous peine de se voir interdites d’antennes. Huit femmes se sont vues demander de perdre du poids pour pouvoir retourner devant la caméra.

Selon Safa Hikary, la directrice de la chaîne et elle-même ancienne présentatrice, le physique des femmes concernées serait "non conforme". Pire, il aurait des conséquences sur la concurrence avec les autres chaînes. Conséquence : les huit présentatrices disposent d’un mois pour mincir, selon le site de la BBC et le New York Times.

Une "Egyptienne comme les autres"

Khadija Khatab, qui présente une émission sur ERTU, fait partie des "malheureuses" élues. Contactée par le New York Times, elle assure cependant ne pas avoir reçu à ce jour "d’ultimatum". Avant que celle qui se considère comme "une Egyptienne comme les autres" n’évoque des "mesures" qui pourraient être prises à son encontre si jamais elle échouait à perdre du poids d'ici le 15 septembre.

Pas sûr que la chaîne ne maintienne sa mise à pied. Cette dernière a en effet été critiquée par le Centre d'orientation et de sensibilisation des femmes, une association qui estime que cette sanction "viole la Constitution" et constitue une forme de violence contre les femmes.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter