VIDÉO - "Nous allons finir le travail" : Donald Trump lance officiellement sa campagne pour 2020

International

Toute L'info sur

La présidence Donald Trump

CAMPAGNE - Fidèle à son style, Donald Trump a fait le show mardi 18 juin en Floride, au moment de lancer officiellement sa campagne pour la présidentielle. Le milliardaire a vanté son bilan, avec un nouveau slogan : "Keep America great".

C’est depuis Orlando, en Floride, que Donald Trump a donné mardi 18 juin le coup d’envoi de sa campagne pour la présidentielle 2020. Le président américain, en quête d'un second mandat après sa victoire surprise de 2016, s’est exprimé devant 20.000 personnes environ sur la scène de l'Amway Center, et a rapidement enflammé la foule de ses supporters."Regardez ce qui se passe à Orlando en ce moment! On n'a jamais rien vu de pareil (sauf si vous jouez de la guitare). Cela va être de la folie", tweetait avant même son discours le président de 73 ans.

"Quatre ans de plus! Quatre ans de plus!", reprenaient régulièrement ses soutiens dans la salle, rythmant un discours à la tonalité très agressive, sans véritables nouvelles propositions politiques. Promettant "un séisme dans les urnes", M. Trump l'a assuré : "nous y sommes arrivés une fois, nous y arriverons encore. Et cette fois nous allons finir le travail".

Lire aussi

Faisant huer tour à tour les médias "Fake News", Hillary Clinton, Barack Obama ou encore l'enquête du procureur spécial Robert Mueller, l’ancien homme d’affaires a accusé ses adversaires politiques de vouloir "détruire le pays tel que nous le connaissons". Comme en 2016, lorsqu'il avait brandi l'idée de construire un mur à la frontière avec le Mexique, il a insisté sur le nécessité de fermeté sur l'immigration.

"Le monde entier envie notre économie"

Sur son bilan, Donald Trump a mis en avant les bons chiffres de ce qu'il appelle tout simplement "L'Economie Trump". "Notre pays (...) est en pleine croissance maintenant, et franchement, il s'envole vers de nouveaux sommets incroyables", a-t-il lancé. "Le monde entier envie notre économie, qui est peut-être la meilleure économie de l'Histoire de notre pays". "Personne n'a fait ce que nous avons fait en deux ans et demi", s'est-il félicité.

Tel un chauffeur de salle jouant avec la foule, il a fait mine de lui faire choisir, à l'applaudimètre, le meilleur slogan possible. "Vous êtes prêts? Je veux vous entendre!", a lancé l'ancien animateur de télé-réalité. "Make America Great Again" (Rendre à l'Amérique sa grandeur)? "Keep America Great" (Garder sa grandeur à l'Amérique)?

Lire aussi

Vaincre le cancer et le sida

Le président américain aussi réitéré ses positions connues sur l'Iran et Israël, en défendant sa décision emblématique sur le transfert de l'ambassade américaine à Jérusalem. "Nous avons renoué le lien d'amitié avec notre cher allié, l'Etat d'Israël", a-t-il déclaré sous les applaudissements. Sur l'Iran, Donald Trump a de nouveau dénoncé l'accord "désastreux" sur le nucléaire iranien dont il a retiré les Etats-Unis en 2018, claironnant avoir "imposé les sanctions les plus dures jamais appliquées contre le premier Etat parrain du terrorisme dans le monde". 

Le président américain a par ailleurs juré que sous son mandat, les Etats-Unis viendraient à bout du cancer, du sida et prépareraient la voie pour envoyer des Américains sur Mars.

Donald Trump, qui a fait son entrée sur scène aux côtés de sa femme Mélania, qui a pris la parole en premier, a pris le temps enfin de saluer un par un les membres de sa famille qui l'accompagnaient et ses alliés républicains présents dans la salle. 

En campagne permanente depuis son élection, le milliardaire n’avait jamais caché sa volonté de se présenter à nouveau. Ce rassemblement lui a donné l'occasion de capter toute la lumière, avant une séquence qui sera plus favorable à ses adversaires démocrates, qui se retrouveront huit jours plus tard à Miami pour deux débats cruciaux dans une primaire qui s'annonce très ouverte. Parmi ces candidats, le socialiste Bernie Sanders, déjà candidat en 2016, qui a été l'un des premiers à réagir au discours du président : "Ecouter Trump m'a vraiment fait sentir que c'est un homme qui vit dans un univers parallèle (...) et doit être battu", a déclaré le sénateur indépendant.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter