EN IMAGES - La Mecque : la fin d'un grand pèlerinage diminué par la pandémie

EN IMAGES - La Mecque : la fin d'un grand pèlerinage diminué par la pandémie

CORONAVIRUS - Une dizaine de milliers de fidèles musulmans ont conclu, dimanche 2 août au soir, le grand pèlerinage à La Mecque, marqué cette année par des mesures de sécurité sanitaire très strictes en raison de la pandémie de Covid-19. Retour en images sur une manifestation littéralement exceptionnelle.

En 2019, ils étaient quelque 2,5 millions de participants, venus du monde entier. Mais cette année, pandémie de Covid-19 oblige, seuls une dizaine de milliers de fidèles, résidant en Arabie saoudite, ont effectué le grand pèlerinage à la Mecque, plus communément appelé le Hajj, l'un des cinq piliers de l'islam. Signe de ces temps forcément particuliers : dimanche 2 août, les pèlerins ont consacré ce cinquième et dernier jour du Hajj à la lapidation rituelle des stèles représentant Satan à Mina, mais en utilisant des cailloux stérilisés fournis par les autorités, plutôt que ceux qu'ils ramassaient eux-mêmes auparavant.

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Les dernières infos sur l'épidémieA quel stade en est l'épidémie, département par département ?

Ils se sont ensuite rendus à La Mecque, ville la plus sainte de l'islam, pour réaliser le "tawaf d'adieu", des circonvolutions autour de la Kaaba, une structure cubique au coeur de la Grande mosquée et vers laquelle les musulmans du monde entier se dirigent pour leurs prières.

L'Arabie saoudite a déployé, en cette occasion, un dispositif sécuritaire et sanitaire d'une importance inédite autour des sites religieux. En conséquence de quoi, plusieurs rites, durant lesquels les fidèles devaient toujours porter des masques et respecter la distanciation physique, ont été parfois modifiés. Le moment fort du Hajj, l'ascension du Mont Arafat, qui s'est déroulé jeudi à 20 km à l'est de La Mecque, a ainsi été abrégé. Lors de ce rituel, les fidèles demandent la miséricorde de Dieu. Constatez ci-dessous les différences, flagrantes, entre 2019 et 2020.

Un Hajj à taille humaine... et plus écologique

Le royaume a officiellement enregistré près de 279.000 cas d'infections, dont plus de 2.900 décès, l'un des taux de mortalité les plus élevés dans le monde arabe, et environ 240.000 guérisons. vendredi à l'occasion de l'Aïd, le roi Salmane a adressé ses vœux aux musulmans, en prenant soin de souligner que les autorités saoudiennes avaient "redoublé d'efforts" pour protéger les fidèles.

Autre signe des temps, propre à 2020 et à la pandémie, pour finir : les centaines de tonnes de déchets laissés chaque année par les fidèles sur le Mont Arafat, où ils passent une journée, ont disparu. Pas de pollution atmosphérique générée par des dizaines de milliers de véhicules de transport ou de surconsommation d'eau, non plus. Et, de l'aveu de tous, pour une fois, l'air était respirable au Hajj. Ce qui a fait dire à Nouhad Awwad, qui collabore aux campagnes de Greenpeace au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, interrogé par l'AFP : "Le Hajj de cette année, bien qu'il se déroule à un moment difficile à l'échelle mondiale, peut être une source d'espoir. Il donne une idée de ce que pourrait être un pèlerinage vert." "Inch'aAllah".

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Les organisateurs de la manifestation pro-palestinienne interdite à Paris maintiennent leur appel

EN DIRECT - Fin de la traque dans les Cévennes : le suspect en garde à vue pour "assassinat"

Tensions au Proche-Orient : d’où vient l’arsenal militaire du Hamas ?

VIDÉO - "Une femme libérée et de pouvoir" : Amandine Petit a défilé en Marianne à Miss Univers

Fin de la traque dans les Cévennes : comment les gendarmes ont poussé le fugitif à se rendre

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.