En Irlande, le pape François exprime sa "honte" des abus sexuels dans l'Eglise et rencontre des victimes

DirectLCI
VISITE - Ce samedi à Dublin, le souverain pontife a évoqué sa "honte" et sa "souffrance" face à "l'échec des autorités ecclésiastiques" pour affronter les "crimes ignobles" du clergé en Irlande. Un pays où le sujet des abus sexuels est particulièrement sensible.

Il était attendu à double titre. Trente-neuf ans après la dernière visite d'un pape en Irlande, l'actuel souverain pontife, François, était aussi attendu, ce samedi 25 août 2018, sur le dossier des scandales sexuels. Le sujet avait encore une fois éclaté au grand jour après des révélations, la semaine dernière, d'abus anciens commis aux Etats-Unis et des démissions, ces derniers mois, de prélats au Chili, en Australie et aux Etats-Unis. 

Le Premier ministre irlandais, Leo Varadkar, n'a pas du tout éludé ces affaires qui ont notamment touché l'Irlande. "Les blessures sont encore ouvertes et il y a beaucoup à faire pour que les victimes et les survivants obtiennent justice, vérité et guérison. Saint-Père, je vous demande d'utiliser votre position et votre influence pour que cela se fasse ici en Irlande et dans le monde entier", a-t-il déclaré lors d'un discours au château de Dublin aux côtés du pape. 


"Par-dessus tout, Saint-Père, je vous demande d'écouter les victimes [...] C'est une histoire de tristesse et de honte [...] une tache sur notre État, notre société et sur l'Église catholique", a-t-il ajouté. Depuis 2002, plus de 14.500 personnes se sont déclarées victimes d'abus sexuels commis par des prêtres dans ce pays. 

Le grave scandale causé par les abus sur les mineurs de la part des membres de l'Église Pape François, le 25 août 2018, à Dublin

Une "honte" évoquée à son tour par le chef de l'Eglise : "L'échec des autorités ecclésiastiques –évêques, supérieurs religieux, prêtres et autres– pour affronter de manière adéquate ces crimes ignobles a justement suscité l'indignation et reste une cause de souffrance et de honte pour la communauté catholique. Moi-même, je partage ces sentiments", a déclaré le pape. 


"Je ne peux que reconnaître le grave scandale causé en Irlande par les abus sur les mineurs de la part des membres de l'Église chargés de les protéger et de les éduquer", a-t-il ajouté. Les dirigeants de l'Église catholique irlandaise sont accusés d'avoir couvert des centaines de prêtres soupçonnés de s'en être pris à des milliers d'enfants pendant plusieurs décennies.


Le Vatican a par ailleurs indiqué dans la soirée que le pape avait rencontré huit victimes irlandaises d'abus commis par des ecclésiastiques.

En vidéo

Pédophilie dans l'Eglise : un prêtre lance une pétition pour demander la démission du cardinal Barbarin

Outre le scandale des abus sexuels, le pape a aussi eu une pensée particulière pour "les femmes qui dans le passé ont subi des situations particulièrement difficiles". Des enquêtes ont révélé l'existence de nombreuses adoptions illégales d'enfants nés de femmes non mariées. Une pratique réalisée par l'État irlandais avec la complicité de l'Église catholique.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter