"En tant qu'athée, je pourrais être considéré comme un terroriste" : Yann Le Cun, le cerveau français de Facebook, refuse de se rendre en Arabie Saoudite

"En tant qu'athée, je pourrais être considéré comme un terroriste" : Yann Le Cun, le cerveau français de Facebook, refuse de se rendre en Arabie Saoudite

International
DirectLCI
RELIGION - Le Français Yann Le Cun, Monsieur intelligence artificielle de Facebook, a fait savoir sur le réseau social qu'il déclinait une invitation à donner une conférence à l’Université des sciences et technologies du roi Abdallah. En cause : le fait qu'il soit athée, ce qui est considéré comme une forme de terrorisme en Arabie saoudite.

"Merci beaucoup pour l’invitation mais je suis désolé, je me dois de la décliner. Étant ouvertement athée, je pourrais être, selon une déclaration de 2014 du ministre de l’Intérieur saoudien, considéré comme un terroriste". Ces mots, Yann Le Cun les a écrits dans une lettre adressée à l’Université des sciences et technologies du roi Abdallah par qui il avait été invité. 


Directeur du laboratoire de recherche d’intelligence artificielle de Facebook et professeur à l’université de New York, Yann Le Cun n’a jamais caché être athée. Or, en 2014, le gouvernement saoudien a présenté une mesure rendant "tout ce qui invite à l’athéisme ou qui remet en question les fondamentaux de l’islam" passible de la même peine qu’un terroriste, soit la peine de mort.

Le cerveau français du réseau social ne devait pas parler de religion lors de cette conférence mais, selon lui, un refus public pouvait avoir plus d’impact sur la règlementation draconienne du pays qu’un cours donné devant une assemblée d’étudiants. "En tant qu’avocat de ma religion et du rationalisme, en tant qu’humaniste et défenseur des droits de l’homme (et des femmes), je ne pouvais pas accepter l’invitation d’un pays qui me voit comme un ennemi", précise-t-il dans sa lettre qu’il a lui-même publiée sur son compte Facebook.  

En vidéo

Un jeune Saoudien condamné à être exécuté en Arabie saoudite : mobilisation générale

Prison et coups de fouet pour athéisme

À ceux qui voient cette invitation comme une ouverture vers les personnes ne croyant en aucune divinité religieuse, il explique que la demande provenait d’un chercheur n’ayant pas la nationalité saoudienne, qui n’était en aucun cas une personnalité officielle membre du gouvernement. Il précise également qu’il ne refusera pas toutes les invitations provenant de pays dont il ne partage pas les principes. Pour autant, il y a parfois des situations, comme celles-ci, où il explique ne pas pouvoir bafouer ce en quoi il croit.

Le sort réservé aux athées est cruel en Arabie saoudite. L’écrivain et bloggeur Raif Badawi avait ainsi été condamné en 2014 à dix années de prison – tout comme son avocat qui a écopé de sept ans et 600 coups de fouet - ainsi qu’à 1.000 coups de fouet pour désobéissance à son père, cybercrime et apostasie (qui, en Arabie Saoudite, est passible de la peine de mort). On lui reprochait d’avoir "mis en place un site web qui compromet la sécurité générale" et d’avoir "tourné en ridicule des figures de l’Islam". Son crime : avoir déclaré dans un post que "musulmans, chrétiens, juifs et athées sont tous égaux". 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter