Entreprises : la mixité, un atout pour la productivité, la créativité et les profits

International
ÉGALITÉ - Selon un rapport de l'Organisation mondiale du travail (OIT) publié ce mercredi 22 mai, la mixité améliore les résultats de l'entreprise, et permet de conserver et attirer les talents.

Encore trop peu de femmes accèdent aux postes à responsabilités, sont PDG d'entreprises ou président des conseils d'administration. Pourtant, leur nomination à ces postes et leur présence à part égale avec les hommes dans les entreprises améliorent les résultats de ces dernières ainsi que leur image de marque. 


C'est ce qu'indique l'Organisation mondiale du travail (OIT) dans un rapport publié ce mercredi 22 mai, synthèse d'une enquête auprès de 13.000 entreprises de 70 pays.

Selon le rapport, près des trois quarts des entreprises attentives à la mixité dans leurs postes à responsabilité disent enregistrer une augmentation de leurs bénéfices de 5 à 20%, voire 10 à 15% pour une majorité d’entre elles. Plus de 57% des organisations sondées admettent que les initiatives en faveur de la diversité de genre améliorent leurs résultats. Ainsi, 60,2% déclarent observer une productivité et des profits accrus ; 56,8% disent remarquer une plus grande capacité à attirer et conserver les talents ; 54,5% signalent un surcroît de créativité, d’innovation et d’ouverture d’esprit ; et 54,1% déclarent que la réputation de leur entreprise s’est améliorée.


Aussi, les entreprises dotées de politiques d’égalité des chances dans l’emploi et de cultures favorisant la mixité ont 60% de chances supplémentaires de voir leurs profits et leur productivité augmenter et sont près de 60% plus susceptibles de connaître une meilleure réputation de leurs entreprises, détaille le rapport. 

Au moins 30% de femmes aux postes à responsabilité pour améliorer ses résultats

Or, pour obtenir ces bons résultats, il faut pratiquer une culture inclusive et placer au moins 30% de femmes parmi les cadres, les hauts dirigeants et aux conseils d'administration. Or, près de 60% des entreprises n’atteignent pas ce niveau de diversité femmes-hommes. 


Alors comment y remédier ? L'Organisation mondiale du travail indique qu'il faut faire en sorte d'avoir au moins 40 à 60% d'employés de chaque sexe au sein de l'entreprise. Elle remarque qu'une femme PDG permet une plus grande mixité aux postes de cadres intermédiaires, supérieurs et dirigeants. Ainsi, l’adoption et l’application de politiques encourageant la mixité sont cruciales, notamment des politiques d’égalité des chances dans l’emploi ou la diversité et d’inclusion. L’écart de rémunération entre les femmes et les hommes doit aussi être comblé (à l’échelle mondiale, il est de 22% si l’on prend en compte les salaires mensuels médians).


Le rapport explique également que doivent être explorées les politiques qui peuvent contribuer à une plus grande intégration et à un meilleur équilibre entre vie personnelle et vie professionnelle tant pour les hommes que pour les femmes, telles que la flexibilité des horaires et le congé de paternité. Car les cultures d’entreprise qui exigent une disponibilité horaire et géographique totale pèsent principalement sur les femmes, qui assument l’essentiel des responsabilités domestiques et familiales. 

Les femmes offrent un réservoir de talents considérable, dont les entreprises ne tirent pas suffisamment parti."Deborah France-Massin, directrice du Bureau des activités pour les employeurs de l’OIT

"L’intérêt qu’il y a à permettre à davantage de femmes d’accéder aux postes de direction est irréfutable" explique dans la synthèse du rapport Deborah France-Massin, directrice du Bureau des activités pour les employeurs de l’OIT. "En ces temps de pénurie de main d’œuvre, les femmes offrent un réservoir de talents considérable, dont les entreprises ne tirent pas suffisamment parti. Les entreprises les plus avisées qui souhaitent réussir dans l’économie mondiale devraient faire de la diversité de genre un ingrédient essentiel de leur stratégie commerciale. Les organisations patronales représentatives ainsi que les organisations d’employeurs et les associations professionnelles doivent montrer l’exemple à la fois en promouvant des politiques efficaces et en les mettant effectivement en œuvre."

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter