Vive montée de tension entre l'Iran et l'Arabie Saoudite avant le pèlerinage de la Mecque

International
GUERRE DES MOTS - A l'approche du pèlerinage annuel de la Mecque, qui doit débuter samedi, la tension ne cesse de monter entre l'Iran et l'Arabie Saoudite. Dernière diatribe en date, le président iranien a appelé ce mercredi les musulmans à "punir" l'Arabie Saoudite pour ses "crimes".

La tension monte brutalement entre l'Arabie saoudite, chef de file de l'islam sunnite, et l'Iran, son rival régional chiite, en froid depuis des mois. En cause, le pélerinage annuel de La Mecque, qui débute samedi et dont les Iraniens  sont privés cette année. Une première depuis presque trente ans.


A l'origine de cette mesure, la gigantesque bousculade à La Mecque, il y a un an, qui avait provoqué la mort de quelque 2.300 pèlerins, dont 464 Iraniens. Téhéran avait ensuite accusé les autorités saoudiennes d'"incompétence" dans l'organisation du hajj. 


Depuis, les joutes verbales vont crescendo entre les rivaux iraniens et saoudiens. 

Les Iraniens ne sont pas des musulmansLe grand mufti saoudien

Lundi, le guide suprême iranien, l'ayatollah Khamenei a remis en cause la gestion des lieux saints de l'islam par l'Arabie saoudite. "Les dirigeants saoudiens qui ont bloqué le chemin du hajj aux fidèles iraniens sont des égarés honteux qui voient la continuation de leur pouvoir oppressif dans l'alliance avec le sionisme et les Etats-Unis et ne renoncent à aucune trahison sur ce chemin", a dénoncé M. Khamenei. 


En réponse, le grand mufti saoudien, cheikh Abdel Aziz al-Cheikh, a affirmé que les Iraniens "ne sont pas des musulmans", dans une déclaration à un quotidien saoudien publiée mardi.


Les musulmans doivent punir l'Arabie Saoudite pour ses crimesLe président iranien

Ce mercredi matin, les attaques entre les deux pays ont même atteint une virulence inédite. Alors que l'Arabie saoudite accusait l'Iran de chercher à "politiser" le pèlerinage de La Mecque, le président iranien Hassan Rohani a lancé un appel sans précédent : "Les pays de la région et le monde islamique doivent coordonner leurs actions pour régler les problèmes et punir le gouvernement saoudien", a-t-il déclaré au cours d'un conseil des ministres, selon des propos rapportés par l'agence d'Etat Irna.


 "Si le problème avec le gouvernement saoudien se limitait au hajj, on aurait peut-être trouvé une solution. Mais malheureusement ce gouvernement, avec les crimes qu'il commet dans la région et son soutien au terrorisme, verse 

le sang des musulmans en Irak, en Syrie, au Yémen et quotidiennement bombarde sauvagement les femmes et les enfants yéménites", a ajouté Hassan Rohani.


Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter