Escale agitée à Amsterdam pour le "navire de la torture"

Escale agitée à Amsterdam pour le "navire de la torture"
International

PAYS-BAS - L'Esmeralda fera escale à Amsterdam pendant cinq jours. Mais la venue du magnifique voilier n'est pas du goût de tous : dans les années 1970, il avait servi de lieu de torture pour l'armée chilienne.

En apparence, il est majestueux. L’Esmeralda , superbe quatre-mâts de 113 mètres de long, est attendu à Amsterdam du 19 au 23 août pour le festival nautique Sail , un événement quinquennal auquel participeront près de 600 autres voiliers. Mais sous la peinture immaculée du navire se trouve le sang d'opposants au régime d'Augusto Pinochet, torturés à bord il y a une quarantaine d'années. Une histoire gênante qui pourrait bien créer quelques remous dans le port d'Amsterdam .

Le passé trouble de la goélette, désormais voilier-école de la marine chilienne, remonte aux années 1970. "Admiré pour sa beauté, fustigé pour son passé, l’Esmeralda navigua de 1973 à 1980 le long des côtes chiliennes, cueillant au passage des opposants politiques [au dictateur] Pinochet, relate le quotidien néerlandais De Volkskrant . A bord, ils étaient incarcérés, violés et torturés. Pour certains, jusqu’à la mort."

Pas de mention de son passé ensanglanté

A Amsterdam, les associations de défense des droits de l’homme regrettent que le passif du " navire de la torture " soit aujourd’hui passé sous silence. Pour Rafael Railaf, de la fondation Mapuche , une organisation néerlando-chilienne d’exilés qui ont fui la dictature de Pinochet, "on dirait que le Chili cherche à dissimuler le passé" de l’Esmeralda. "Le navire est magnifiquement peint en blanc, mais en dessous il a le sang des prisonniers", affirme-t-il avant de préciser qu’il n’est "pas contre sa venue (mais) nous voulons que l’on se souvienne au moins des victimes". Une critique à peine voilée aux organisateurs de Sail : sur le site de l’événement, pas un mot ne concerne l'histoire du quatrième plus grand voilier du monde. Amnesty International a de son côté rappelé que le Chili n’avait toujours pas reconnu les graves violations des droits de l'homme commises sur l’Esmeralda.

Avant de voguer vers les Pays-Bas, le bateau se trouvait en Normandie début août. A Rouen, la venue du navire n’avait presque pas fait de vagues : ouvert au public, le fameux quatre-mâts avait quasiment été épargné par les allusions gênantes. Tout juste l'ambassadeur du Chili en France, Patricio Hales Dib, avait-il dû répondre à une question sur le sujet à Paris-Normandie : "Il faut garder cette mémoire pour que cela ne se reproduise pas. Mais nous n’abandonnons pas l’Esmeralda ; on ne va pas laisser un symbole de la patrie aux violateurs des droits humains."
 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent