Esclavage de migrants en Libye : Macron annonce un accord international pour des évacuations d'urgence

DirectLCI
LIBYE - L'Union européenne, l'Union africaine et l'ONU se sont mises d'accord mercredi sur la mise en place d'évacuations d'urgence et la création d'une "task-force" visant à démanteler les réseaux de passeurs. C'est Emmanuel Macron, deux semaines après l'émoi suscité par des images de vente d'esclaves en Libye, qui en fait l'annonce depuis la Côte d'Ivoire.

Les dirigeants de neuf pays européens et africains, dont la Libye, ainsi que l'ONU, l'Union européenne et l'Union africaine, ont décidé de mener des "opérations d'évacuation d'urgence dans les prochains jours ou semaines" des migrants victimes des trafiquants d'êtres humains en Libye, a annoncé Emmanuel Macron mercredi soir. Cette décision a été prise lors d'une réunion d'urgence à Abidjan en Côte d'Ivoire, avec l'UE, l'UA, l'ONU, l'Allemagne, l'Italie, l'Espagne, le Tchad, le Niger, la Libye, le Maroc et le Congo.

A la demande de la France, "il a été acté qu'une coopération étroite serait mise en place avec une task force opérationnelle associant les services de police et d'intelligence entre l'ensemble des gouvernements présents autour de la table", a ajouté Emmanuel Macron, afin de "démanteler les réseaux et leurs financements". L'organisation sera en "lien étroit" avec des pays de la péninsule arabique, africains et européens.


Cette réunion fait suite à un reportage diffusé mi-novembre sur la chaîne américaine CNN montrant une vente aux enchères de migrants comme esclaves en Libye. Le reportage avait suscité une vague d’indignation dans le monde. Sous les yeux des journalistes, une douzaine de migrants défilaient pour être vendues en quelques minutes. Ces derniers, maltraités, étaient entassés dans des hangars attendant d'être vendus.

Plusieurs manifestations avaient eu lieu un peu partout en Afrique ainsi que devant les ambassades libyennes dans les pays européens pour dénoncer ces crimes. Présent ce mercredi à Abidjan, le Premier ministre libyen Fayez Seraj a réaffirmé son accord pour autoriser un accès total au sol libyen à cette task force.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter