Jeanette Epps, première astronaute noire à s'envoler pour la Station spatiale internationale

Jeanette Epps, première astronaute noire à s'envoler pour la Station spatiale internationale
International

HISTORIQUE - En 2018, Jeanette Epps rejoindra l'ISS. Elle sera ainsi la première personne noire à partir en mission dans la fameuse Station spatiale internationale.

Elle sera la première femme noire à se mettre en orbite, direction la Station spatiale internationale (ISS). Jeanette Epps, 46 ans, qui est physicienne et a notamment travaillé pour la CIA, va partir en mission en 2018, a annoncé la Nasa mercredi 4 janvier, dans un communiqué.

La première femme noire dans l'ISS, et même plus : le premier astronaute noir. Jeanette Epps rejoindra l'ISS en qualité d'ingénieure de vol, aux côtés notamment de son compatriote Andrew Feustel, un astronaute chevronné. Au total seize astronautes noirs, dont cinq femmes, ont été recrutés par la Nasa sur un total de 321 astronautes sélectionnés à ce jour. L'un de ces astronautes afro-américains est Charles Bolden, devenu le patron de l'agence, nommé par le président Barack Obama.

La première personne noire dans l'ISS

Tous ces astronautes noirs ont déjà participé à des missions dans les navettes spatiales, mais Jeanette Epps va devenir la première personne noire à faire partie d'un équipage de l'ISS. Les six membres d'équipage effectuent des missions en orbite de six mois.

Jeanette Epps détient un doctorat en ingénierie aérospatiale de l'Université du Maryland. Elle a été sélectionnée en juillet 2009 avec treize autres candidats pour rejoindre cette classe d'astronautes de la Nasa, la vingtième promotion depuis la création de ce corps d'élite. Elle a suivi une formation en langue russe de manière à pouvoir travailler avec ses collègues de l'agence spatiale russe qui font toujours partie des équipages de l'ISS.

Depuis l'arrêt du programme des navettes spatiales, les Etats-Unis dépendent exclusivement des vaisseaux Soyouz russes pour acheminer leurs astronautes à l'ISS au coût de plus de 70 millions de dollars le siège. Cette dépendance devrait prendre fin à partir de 2018 avec le début des vols des vaisseaux des sociétés américaines SpaceX et Boeing.

Lire aussi

En vidéo

JT 13H - Thomas Pesquet à bord de l'ISS, un mois après

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

"Nous avons perdu la maîtrise" de l'épidémie, alerte l'infectiologue Karine Lacombe

Le Maroc condamne la publication des caricatures de Mahomet

Caricatures, loi sur le voile, mise à l'honneur d'Israël... quand la France est visée par un boycott

EN DIRECT - Covid-19 : la Catalogne envisage un reconfinement le week-end

Des médecins réclament un couvre-feu à 19h et un confinement le week-end

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent