Espagne : il y a le feu à la maison royale!

Espagne : il y a le feu à la maison royale!

International
DirectLCI
ECHECS AU ROI - L'infante Cristina, la fille de Juan Carlos, a été inculpée mardi dans une affaire de corruption. Un nouveau coup dur pour la famille royale, dont l'image est sérieusement écornée en Espagne.

C'est une grosse épine plantée sur la couronne espagnole. Une de plus. La fille cadette du roi en personne a été inculpée mardi pour "délits fiscaux présumés et blanchiment de capitaux". L'infante Cristina, septième dans l'ordre de succession au trône, est soupçonnée d'avoir coopéré avec son époux, l'ancien handballeur reconverti dans les affaires Iñaki Urdangarin, dans le vaste scandale de corruption qui l'éclabousse depuis trois ans. Il est accusé d'avoir détourné 6,1 millions d'euros d'argent public quand il présidait, entre 2004 et 2006, une société à but non lucratif, l'institut Noos.

La princesse finira-t-elle devant un tribunal ? Ce serait un coup de tonnerre sans précédent dans la Maison royale. Mais il n'étonnerait même plus les Espagnols tant leur monarchie, longtemps ultra-populaire, traverse ces derniers temps une période orageuse.

Scandales à répétition

Car depuis plusieurs mois, le roi à la santé chancelante accumule les ennuis en tous genres : vive polémique sur son onéreuse partie de chasse à l'éléphant au Botswana, révélations sur une supposée maîtresse et de prétendus enfant cachés, blessure au pied de son petit-fils de 13 ans qui s'entraînait au tir avec un fusil... Un sondage, publié dimanche par le journal El Mundo, a montré l'ampleur du malaise. Soixante-deux pour cent des Espagnols souhaitent que Juan Carlos, 76 ans, abdique, et à peine un sur deux (49,9%) soutient désormais la monarchie. Soit une chute de cinq points en un an.

Lundi, son apparition lors d'une cérémonie militaire, visiblement fatigué, le verbe hésitant et appuyé sur des béquilles, a marqué les esprits. Mais Juan Carlos a toujours écarté l'option de l'abdication. "Je veux vous exprimer, en tant que roi d'Espagne, ma détermination à poursuivre l'exercice fidèle du mandat et des compétences que m'attribue l'ordre constitutionnel", a-t-il répété le 24 décembre dans son discours de Noël. Il va devoir s'employer à redorer son blason dans les mois à venir.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter