La dépouille de Franco sera exhumée de la Valle de Los Caidos jeudi

International

DEVOIR DE MEMOIRE - Après 44 ans et plusieurs années de combat politique, les restes du dictateur espagnol vont être déplacés du mausolée en mémoire de la Guerre civile espagnole. La dépouille sera réinhumée dans un cimetière de la banlieue de Madrid.

Après des années de conflit politique sur le sujet, l'histoire de l'exhumation des restes de Franco va prendre fin. La dépouille du dictateur va quitter jeudi 24 octobre le mausolée de la Valle de los Caidos, une monumentale sépulture située dans une chaîne montagneuse à 50 km de Madrid, surmontée d'une gigantesque croix, symbole d'une Espagne qui ne parvient pas encore à faire front commun face à un passé toujours aussi clivant.

Cette décision est l'aboutissement d'une loi espagnole sur la mémoire historique, votée en 2006, à l'initiative du gouvernement socialiste de José Luis Rodríguez Zapatero. Ce texte prévoyait ainsi la "dépolitisation" du lieu, où reposent, outre Franco et son allié militaire José Antonio Primo de Rivera, 35.000 soldats tombés pendant la guerre civile, principalement des nationalistes. Le monument avait été construit par des milliers de combattants républicains, qui avaient perdu cette guere ayant ensanglanté le pays entre 1936 et 1939.

Lire aussi

Pour arrêter l'apologie du franquisme

Preuve que le conflit historico-politique n'était pas soldé, il aura fallu attendre 13 ans pour que la justice espagnole épuise les derniers recours de la famille du dictateur, soutenue par l'église catholique espagnole, mais aussi le camp conservateur, tenant d'une ligne peu regardante sur les crimes commis par le camp nationaliste pendant la guerre et la dictature. Le projet, mis en sourdine sous la mandature du président du gouvernement Mariano Rajoy, avait repris de l'épaisseur à l'arrivée au pouvoir du socialiste Pedro Sanchez, en 2018, ce dernier souhaitant, à l'instar de ses prédécesseurs, faire en sorte que ce lieu ne soit plus un lieu d'apologie du franquisme.

Après que le dernier recours familial visant à maintenir Franco dans sa tombe avait été écarté par la Cour suprême espagnole, l'église catholique avait, elle aussi, abandonné ce combat. 44 ans après sa mort, le Caudillo va donc quitter ce qui ne sera finalement pas sa dernière demeure, dont il avait lui-même ordonné la construction. L'exhumation terminée, les restes de Franco seront ensuite déplacés au cimetière du Pardo, dans la banlieue madrilène, "en présence de la famille du dictateur" et de la ministre de la Justice Dolores Delgado, a précisé le gouvernement espagnol dans un communiqué.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter