Les entreprises espagnoles obligées de publier les écarts de salaire homme-femme

La ministre du travail espagnole Yolanda Diaz rejoint le premier ministre Pedro Sanchez lors d'une session de questions au gouvernement, en mai 2020.
International

PROGRÈS - Un décret approuvé par le gouvernement espagnol doit permettre aux salariées d'exiger l'égalité salariale. En 2018, les femmes gagnaient en moyenne 14% de moins que les hommes en Espagne.

Les entreprises espagnoles devront désormais publier les écarts de salaires entre leurs employés en fonction de leur sexe, afin de permettre aux femmes de réclamer une plus grande égalité. C'est ce que prévoit un décret approuvé mardi 13 octobre par le gouvernement du Premier ministre socialiste Pedro Sanchez.

"Il est crucial de savoir comment fonctionne le système de rémunération car c'est là que se perçoivent toutes les discriminations dont nous souffrons en tant que femmes, au cours de notre carrière professionnelle et de notre vie", a déclaré la ministre du Travail Yolanda Diaz lors d'une conférence de presse, critiquant au passage les plans "égalité" adoptés par le passé. La mesure veut "en finir avec le fait que les femmes ne puissent pas exercer leurs droits de citoyennes", a souligné la ministre.

Cette nouvelle grille devra notamment comporter les salaires moyen et médian en vigueur dans l'entreprise "détaillés par sexe", pour chacune des catégories professionnelles et chaque type de poste de travail, afin de respecter une "obligation de rémunération égale pour un travail de valeur égale", stipule le texte.

Un décret limité aux entreprises de plus de 50 salariés

Cette obligation de transparence doit permettre aux salariées et aux syndicats de pouvoir exiger l'égalité salariale, au sein de l'entreprise ou devant la justice, a expliqué Yolanda Diaz. Fruit d'un accord entre les principaux syndicats de salariés et le gouvernement espagnol, cette mesure ne concernera que les entreprises de plus de 50 salariés. La principale organisation patronale du pays a refusé de s'associer à cet accord. Les entreprises concernées ont désormais six mois pour se mettre en conformité avec ce règlement. 

Les Espagnoles gagnaient en 2018 en moyenne 14% de moins que leurs compatriotes masculins, soit un peu mieux que la moyenne européenne (14,8%) et française (15,5%), selon les dernières données disponibles d'Eurostat, basées sur le salaire horaire brut.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Reconfinement : le mode d’emploi des attestations de déplacement

EN DIRECT - Attentat de Nice : un homme suspecté d'avoir été en contact avec l'assaillant interpellé

CARTE - Reconfinement : regardez jusqu’où vous pourrez sortir autour de chez vous

EN DIRECT - Un nouveau confinement et des rues loin d'être vides

Reconfinement : les commerces qui devront fermer, ceux qui vont rester ouverts

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent