Espagne: un YouTubeur condamné pour avoir piégé et humilié un sans-abri

International
HUMILIATIONS - ReSet, un YouTuber espagnol, a été condamné ce vendredi pour une vidéo mise en ligne il y a deux ans. Il se filmait en train de piéger un sans-abri en lui offrant des biscuits fourrés avec du dentifrice.

La vidéo lui avait apporté la gloire. Désormais elle le condamne. Kanghua R., alias ReSet, a été condamné ce vendredi 1er juin par un tribunal de Barcelone à quinze mois de prison et une amende de 20.000 euros d’indemnisation à sa victime. A 21 ans, il est accusé d'avoir porté "atteinte à l’intégrité morale" d'une personne à qui il a joué un mauvais tour. Le YouTubeur, très connu en Espagne, se filmait en train de donner des biscuits remplis de dentifrice à un sans-abri. 

Piégé un sans-abri pour le buzz

Il y a plus de deux ans, cette star du réseau social en Espagne est devenue célèbre en humiliant un mendiant dans une vidéo. Il se filmait en train de préparer des biscuits de la marque "Oreo" en  retirant la crème blanche entre les deux biscuits au chocolat pour la remplacer par une pâte dentaire, avant d'aller les donner à un inconnu. Sa cible : Gheorge L., un SDF d'origine roumaine qui fait la manche devant un supermarché Lidl. Le jeune homme, qui a alors 19 ans, s'approche du sans-abri et lui donne 20 euros puis un paquet de ce cadeau empoisonné. Ce dernier les consomme puis est pris de vomissements. 


Alors qu'il continue son chemin, il commente son action ainsi : "Je suis peut-être allé un peu loin, mais voyez le côté positif, ça l'aidera à se laver les dents!", dit-il face caméra avant d'estimer que sa victime ne s'est pas "beaucoup lavée les dents depuis qu'[elle] est devenue pauvre".

Éclate alors une vive controverse. Le jeune homme est vivement critiqué et insulté. Si la vidéo originale est désormais supprimée, d'autres ont resurgi sur le réseau social au logo rouge. Et les commentaires y sont toujours aussi virulents. ReSet décide donc de se faire pardonner en retournant voir l'homme sans domicile fixe. Il explique qu'il va passer la nuit dehors avec lui pour comprendre ses conditions de vie. Une initiative qu'il accompagne d’une enveloppe de 300 euros  afin que l’homme ne le dénonce pas. Un mea culpa qui ne suffit pas à la juge du tribunal barcelonais. Pour elle, cette action n’a pas aidé le prévenu à réfléchir à son comportement "dégradant" ou à sincèrement s’excuser. Elle y voit plutôt une façon de "nettoyer son image" après la polémique. 


Lors du procès, le jeune homme s’est défendu en avançant que cette vidéo faisait partie des "défis" auxquels il s’adonne souvent sur sa chaîne. C’est en effet l’un des ses abonnés qui lui a soufflé l’idée. Un challenge relevé mais qu’il a modifié afin de viser un SDF. Jackpot, cette séquence, devenue virale, lui aura permis de "capter de façon efficace l’attention morbide de ses followers" et d'obtenir l’augmentation des revenus que lui accordait Google pour de la publicité. Une "blague" qui lui aura quand même fait gagner environ 2000 euros.

"Les gens aiment ce qui est morbide"

Si la juge a estimé que la vidéo était un "acte clair et sans ambiguïté d’humiliation", c'est en fait toute une vidéothèque humiliante qu'elle a permis de mettre au jour. Comme l'explique le quotidien espagnol El Pais, ce n’est pas la première fois que l’homme s’adonne à de telles saletés. A chaque fois ses victimes sont vulnérables. Il avait par exemple offert des sandwichs à des personnes âgées et des enfants dans un parc. A l’intérieur… des excréments de chat ! Un comportement que le prévenu n’a pas nié. Lors du procès il s’est justifié ainsi : "Si je vise des personnes plus musclées, je risque d’être frappé." Et d'ajouter que son objectif était de "faire le show". "Les gens aiment ce qui est morbide."


C'est pourquoi le jeune homme de 21 ans a été interdit de se "rendre" sur le lieu où il sévissait pendant cinq ans. A savoir : YouTube. On lui a également ordonné d'effacer, pendant cette période, sa chaîne sur le réseau de partage de vidéos, et évidemment de ne pas en créer de nouvelle. Ce samedi, la chaîne du vidéaste, qui comptabilise 1,2 million d'abonnés, et où une vidéo a été mise en ligne le 21 mai, était toujours en ligne. Tout comme son ancien compte, qui est inactif depuis quatre mois. Kanghua R. a également été condamné à quinze mois de prison . En l'absence d'antécédents judiciaires, les peines de moins de deux ans sont généralement assorties d'un sursis en Espagne. Le YouTubeur ne devrait donc pas passer par la case prison. Cependant ce procès, et la sévérité de la sentence, a permis au tribunal de Barcelone d’en faire une première dans le pays. Et servira de leçon pour tous les plaisantins qui s’adonnent à ce type de pratique impunément. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter